Théâtre-Cinéma-Télévision

La tournée de la Compagnie Yannick Jaulin

 

Causer d'amour

Il apparaît ancré dans sa terre, planté dans son parlange vendéen. Projeté sur un cadre de toile, son ombre le dépasse. Elle porte en elle toute la tradition du conte avec ses monstres, ses rois et leurs amours. Surtout leurs amours. Car l’amour est bien le grand sujet de ce nouveau spectacle de Yannick Jaulin.
Avec une impudence pudique, il retrouve rapidement le français pour conter son échec d’amour. Sa désespérante habitude à ne pas savoir bien aimer, pas assez, pas vraiment... Il part à la recherche des sources de ce handicap qui le laisse avec deux mariages sur le flanc. Il revisite son enfance paysanne dans ce monde où l’amour était omniprésent mais où on n’en parlait jamais franchement.
Entre les deux, l’universel des contes et l’unicité de son histoire, Il trouve ce point d’équilibre ténu. Des mœurs amoureuses des oiseaux à son introspection, il brasse les grands mythes, les doutes de l’homme, les mystères de l’amour qui dure...
Les compositions de Morgane Houdemont au Violon et Joachim Florent à la contrebasse, tel un chœur de tragédie grecque, viennent résonner avec les mots et amplifier le propos

les 3, 4 juin 20

20h30

TAP, Poitiers (86)

Il était une fois, une rose de fer… Rokia Traoré rend hommage à Miriam Makeba

 

Du 6 au 14 juin 2020 au Chatelet - 2 rue Edouard Colonne 75001 Paris

De par son environnement familial, la chanteuse malienne a baigné dès son enfance dans un univers mêlant étroitement tradition et modernité. Son père joue du saxophone, ses sœurs entonnent des chants traditionnels lors des cérémonies familiales, elle-même écoute du jazz, du blues et toutes les musiques irriguant les années 70 et 80. Si elle a vécu en Europe, et notamment en France dans les années 1990, elle a choisi de s’installer à Bamako en 2009. Très proche du monde des griots maliens, Rokia Traoré n’hésite pas à mêler dans son écriture la musique mandingue et les influences occidentales. Son talent ne passe pas inaperçu : remarquée par le grand chanteur et musicien Ali Farka Touré, elle enregistre son premier disque en 1998 sous sa direction artistique.

S’ensuivent quatre albums et de nombreuses collaborations avec Eric Truffaz, Alexandre Tharaud, Ibrahim Maalouf… En dehors de ses concerts, elle se produit au théâtre, que ce soit au Festival d’Avignon ou sous la direction de Peter Sellars. Sa notoriété grandit, elle devient une des voix féminines qui comptent en Afrique avec Angelique Kidjo et Asa. Elle chante dans les plus grandes salles, tout en continuant à puiser aux sources de la culture de l’Empire du Mali. En 2005, cette artiste dotée d’une voix exceptionnelle a participé aux États-Unis à un spectacle consacré à l’immense Billie Holiday, dont elle revendique l’héritage. C’est à une autre légende, la chanteuse sud-africaine Miriam Makeba, qu’elle a souhaité cette fois rendre hommage, avec son spectacle Il était une fois, une rose de fer…

Myriam Makeba - Pata Pata (Live 1967)