Revues

ECRITURE, HISTOIRES DE VIE, Littérature ...

 

Depuis 2015, des revues consacrées exclusivement à la littérature ou l’autobiographie. D’autres, dans un contexte plus général de formation, consacrent une partie de leur production à la démarche autobiographique, aux histoires de vie, à l’écriture, ou au hasard d’un numéro, un article, un dossier à un de ces sujets. 

Années antérieures  :    L'année 2014     L'année 2013

Le mythe Perec

 

Un article paru dans la revue DIASPORIQUES / CULTURES EN MOUVEMENT n° 54 -  juillet 2021 (par jean-Luc Joly, président de l'association Georges Perec)

"Certains écrivains deviennent des auteurs : ils entrent dans l’histoire littéraire, leur œuvre est étudiée, enseignée, ils sont partie prenante de la culture d’un pays, d’un continent ; certains auteurs deviennent des classiques : ce qui caractérise alors leurs livres, pour reprendre les mots d’Italo Calvino, c’est qu’ils n’ont « jamais fini de dire ce qu’ils ont à dire » ; on peut les lire et les reprendre : en dépit de leur grand âge parfois, ils sont toujours neufs, ils constituent une réserve toujours recommencée de savoir, de vérité, de sagesse. Ils sont éternellement prégnants par anticipation. Certains classiques, enfin, deviennent des mythes : le public les connaît et les reconnaît, parfois même sans les avoir lus ; ce ne sont pas simplement des créations : ..."

La Panoplie littéraire : Marie-Hélène Lafon

  Le dossier de la revue DECAPAGE n° 64 - octobre 2021

Entrée en littérature sur le tard, elle a petit à petit imposé sa voix. Dans le JDD (en 2016), Bernard Pivot : « L’écriture de Marie-Hélène Lafon est dure. Tenue, acérée, impitoyable. Mais aussi visuelle, sensuelle, avec, comme dans le regard des femmes, des éclairs de cruauté et de compassion. » Marianne Payot dans L’Express (2020) :
« Aucune graisse mais beaucoup de chair » dans ses textes. Les personnages de ses romans vivent en nous, comme les membres de notre famille qu’on ne fréquente plus mais à qui on continue de penser. Ses lecteurs se reconnaissent entre eux et dans ses livres. Beaucoup lui écrivent de longues lettres, bouleversés par ses romans. Marie-Hélène Lafon sait ce qu’elle doit à chaque lecteur et aussi aux libraires.
Pour tous, elle dresse sa Panoplie en toutes lettres, de A à Z.

A lire aussi le dossier sur les réseaux sociaux : Les réseaux sociaux : simple occupation, façon de meubler les temps morts, fenêtre sur l’époque, mise en scène de soi, véritable addiction ? 15 écrivains reviennent sur ce que la pratique – ou l’observation – des réseaux sociaux leur inspire.

Geneviève Brisac : sur les grands chemins de Virginia Woolf

 

Avis de parution

Chaque année sont édités les actes des Rencontres de l'édition précédente. Les actes de 2020 sont maintenant disponibles.

Ont participé : Geneviève Brisac, Jakuta Alikavazovic, Anne Alvaro, Geneviève Brisac, Thierry Bourguignon, Sylvie Blum, Jean-Marie Chevrier, Marie Cosnay, Agnès Desarthe, Frédéric Goupil, Jean Guiloineau, Francesca Isidori, Élodie Karaki, Mathieu Larnaudie, Benoît Laureau, David Lescot, Pierre Michon, Irène Morgadinho, Anne Mulpas, Florence Seyvos, Lucie Taïeb, David Vincent, Cécile Wajsbrot.

3 livres sur notre site

  1. Quel soulagement : se dire "j'ai terminé"
  2. Un lieu à soi
  3. VIRGINIA WOOLF - VITA SACKVILLE-WEST. Correspondance 1923-1941

50 ans d'histoire littéraire : les grands entretiens

 

Supplément au numéro 500 de la revue LIRE-MAGAZINE LITTERAIRE (supplément UNIQUEMENT en vente avec la revue)

Pour retrouver des extraits de soixante entretiens parus dans la revue depuis plus de quarante ans.

Un éclairage sur le travail des auteurs et autrices, le sens de leur oeuvre et leur vision du monde.

La rentrée littéraire 2021 : la revue "Lire - Magazine littéraire"

 

Numéro spécial Rentrée littéraire - ° 499-septembre 2021

Au sommaire :

  • Le grand entretien de Claire Chazal avec Kazuo Ishiguro pour Klara et le soleil (ed. Gallimard)
  • L'univers de deux écrivains : Claire Berest (Artifices, ed. Stock) et Abel Quentin (Le voyant d'Etampes, ed. l'Observatoire).
  • Le portrait : David Diop, un pont entre deux rives (La porte du voyage sans retour, ed. Seuil)
  • L'enquête : La figure du père (Amélie Nothomb, Jean-Baptiste Del Amo, Marc Dugain, Sorj Chalandon, Claire Castillon et Eric Fottorino...). 
  • Le cahier critique :
  • Philipp Weiss, une brève histoire du monde (Le Grand Rire des hommes assis au bord du monde, ed. Seuil). 
  • Dimitri Bortnikov, Le seigneur des Agneaux (L'agneau des neiges, ed. Rivages)
  • Lydie Salvayre, Eloge de la folie douce (Rêver debout, ed. Seuil)
  • Mariana Enriquez, Sublime effroi (Notre part de nuit, ed. du sous-sol)
  •  Antonio Moresco, Du silence au ravissement (Les ouvertures, ed. Verdier)
  • Les premiers romans de Salomé Kiner, Pierre Darkanian, Maud Ventura, et Julie Ruocco. 
  • Mais aussi Agnès Desarthe, Alexandre Labruffe, Nina Bouraoui, Christophe Donner, Philippe Jaenada...  
  • Les extraits en avant-première Mona Chollet, Réinventer l'amour (ed. Zones) - Jean-Christophe Grangé, Les Promises (ed. Albin Michel)
  • Et le grand dossier : Jane Austen, au delà du sentimental

80 Maisons d'écrivains pour l'été

 

Un hors-série du MONDE - juin 2021
Aragon-Triolet, Balzac, Chateaubriand, Cocteau, Colette, Dumas, Giono, Hugo, Loti, Mallarmé, Mauriac, Proust, Saint-Exupéry, Sand... Que chercher en visitant une maison d’écrivain ? Un souvenir amoureux. Une atmosphère enfuie. Un parfum envolé. Un rêve éveillé. Comment ne pas frissonner sur la terrasse de Malagar, en se disant que François Mauriac a, peut-être, écrit Le Nœud de vipères en contemplant ces mêmes vignes ? Comment ne pas aimer le jardin de Mallarmé en s’y promenant ? Et se dire que, sans doute, Colette se souvenait des roses de sa maison natale en racontant l’enfance de son héroïne Claudine ?
A l’heure où les routes des vacances s’ouvrent à nouveau en toute liberté, Le Monde vous propose, pour l’été, quatre-vingts escapades buissonnières en France sur les pas des écrivains qui ont façonné notre inconscient collectif.

Edgar Morin, le philosophe indiscipliné

 

Hors-série LE MONDE - édition 2021 (réédition augmentée du hors-série paru en décembre 1999)

Un numéro sur sa vie, son oeuvre.

Sociologue du temps présent et penseur fraternel, Edgar Morin est un braconnier du savoir pour qui la philosophie doit être un antidote aux œillères de l’esprit. Du phénomène yéyé à l’impératif écologique, il a offert des repères à nos temps déboussolés, sans peur de la « complexité » et des contradictions de la condition humaine, forgeant une éthique de l’incertitude et plaidant pour une symbiose des civilisations. A l’aube de son centième anniversaire, Le Monde se penche sur l’œuvre et la vie de ce fi ls du siècle.

La présentaion de Nicolas Truong :

"Il aura 100 ans le 8 juillet et a parcouru tous les domaines du savoir, vécu intimement les extases de l’histoire. Théoricien de la connaissance et héros de la Résistance, dissident du stalinisme et infatigable promoteur du « principe espérance », anthropologue de la mort et sociologue du temps présent, Edgar Morin est un touche-à-tout universel.

Né en 1921, il est un enfant du siècle. Résistant, notamment dans le réseau de François Mitterrand, il s’est opposé aux carcans de l’esprit et à certaines formes d’engagement. Contre une raison réduite au calcul, une science sans conscience, une séparation des connaissances universitaires, il propose de relier les savoirs, d’enseigner la transdisciplinarité, de réformer notre pensée...."

Cap au sud, la littérature méridionale

 

Dossier du numéro 498 juillet-août 2021 de la revue LIRE

  1. MARCEL PAGNOL, L’ENFANCE ET LA LUMIÈRE : La Gloire de mon père, le Château de ma mère… Les écrits autobiographiques de l’un des auteurs les plus emblématiques du Sud ont fait de sa jeunesse provençale un matériau universel. Pourquoi, dans...
  2. PAUL VALÉRY, LA MER EN PARTAGE : Marqué par les paysages de son enfance, le poète sétois demeure fasciné par le Sud et la Méditerranée, au point d’imprégner ses écrits d’un rythme évoquant le mouvement des vagues. Inspiration...
  3. MARSEILLE, LA MUSE INSOUMISE : De la grande cité, porte de l’Orient, à la ville contemporaine en voie de gentrification, des pièces de Pagnol aux polars de Jean-Claude Izzo : comment la littérature contemporaine a-t-elle raconté la...
  4. ROMAIN GARY OU LA PROMESSE DE NICE : « J’ai gardé, de mon premier contact avec la France, le souvenir d’un porteur à la gare de Nice », écrivit le plus français des auteurs nés en Lituanie. Dans quelques-uns de ses romans, la ville...
  5.  JEAN GIONO, LA PROVENCE INTIME : Né à Manosque, l’auteur du Hussard sur le toit connaissait intimement sa région l’ayant arpentée très jeune. Ses écrits et son parcours reflètent son attachement à ses terres mais aussi à ceux qui...
  6. LE SUD RÉVÉLÉ EN 4 CHEFS-D’ŒUVRE MÉCONNUS LE DERNIER FEU : Maria Borrély (Parole/Main de femme, 2018) Deux parrains prestigieux ont soutenu la Marseillaise Maria Borrély : André Gide incita Jean Paulhan à publier son premier roman Sous le vent, puis Jean...
  7.  LA LITTÉRATURE DE PROVENCE ET SES SENS CACHÉS : La prose de Giono ou celle de Pagnol recèlent de nombreux emprunts au provençal, inaccessibles au lecteur non renseigné. Quelques exemples tirés de ces écrits francophones du Sud. La Provence a été...
  8.  DES MOTS BIEN DE CHEZ EUX : Voici quelques exemples de provençalismes fréquents, mal identifiables ou mal compris dans la littérature francophone de Provence1. BRAVE : Mot d’usage fréquent, il n’a ni le sens péjoratif (gentil...

Au sommaire également : 

  • Les 60 livres de votre été.
  • Le grand entretien de Michel Bussi par Claire Chazal
  • L'univers d'Olivier Py
  • L'enquête : Les écrivains sur la route

En cadeau : le livret des extraits de la rentrée littéraire en avant-première : Amélie Nothomb, Jean-Baptiste Del Amo, Lydie Salvayre, Cécile Coulon, Philippe Jaenada...

La mémoire dans l'oulipo

 

Dans la revue LIRE n°497 - juin 2021

A l'occasion de la parution et du succès du livre d'Hervé Le Tellier "L'ANOMALIE" un article sur l'OULIPO (Ouvroir de littérature potentielle).

Le Tellier est président de l'OULIPO depuis 2019.

Raymond Queneau écrivait : l'OULIPO veut "réintroduire dans l'écriture littéraire contemporaine la notion de contrainte qui en avait été un peu chassée par l'idéologie postromantique du spontanéisme, de l'aléatoire et du génie inné"

Et la bibliothèque oulipienne idéale en 5 oeuvres.

Comment la littérature peut changer nos vies

 

Hors-série n°26 - juin - juillet 2021 de la revue SCIENCES HUMAINES

Ce hors-série rassemble les meilleurs articles publiés ces dernières années sur le sujet dans le magazine Sciences Humaines

Présentation : « D’autres vies que la mienne » : la promesse de la littérature est tout entière contenue dans ce titre d’Emmanuel Carrère. Parcourez quelques pages d’un roman, et vous voici embarqué dans un autre train que celui de votre existence : vous investissez d’autres rôles, explorez d’autres contrées, assimilez d’autres langues, idées et styles de vie.

La littérature a la vertu de nous décentrer. Elle nous projette dans d’autres univers où aller rêver, vibrer, penser. À bien y regarder, elle nous enseigne autant que les sciences humaines, quoique sous des formes moins savantes. La plume du romancier fouille et creuse au plus profond de ce qui fait l’être humain. Le polar nous fait pénétrer dans des univers sociaux méconnus. Le roman historique fait jaillir des personnages là où l’histoire s’en tient aux faits d’archives. Le conte ou la chanson incarnent les dilemmes existentiels et interrogations philosophiques, que tous, petits et grands, se posent sur le sens de la vie. Chacun à leur manière, ils nous confrontent à ce que l’existence compte d’imprévisible, de magique, de magnifique et de tragique.

Les humains ont besoin d’histoires, tout comme ils ont besoin de héros et de mots, pour donner une forme et de la beauté au chaos. La littérature fait bien plus que nous distraire. Elle nous transpose dans un ailleurs propice à la réflexivité. Elle nous tend toute une palette de modèles pour nous former et nous métamorphoser. Elle nous façonne, nous raconte le vaste monde où nous vivons et nous relie à la communauté des humains.

L'enfance en exil

 

N°1333 avril-juin 2021 de la revue  "Hommes & migration" éditée par le du Musée national de l’histoire de l’immigration

L'histoire des mobilités juvéniles hors du cadre familial ne date pas d'hier. Aujourd'hui, d'après l'Unicef, un migrant sur huit dans le monde est un enfant. Ce numéro nous plonge au cÅ?ur des dispositifs publics français d'accueil des mineurs non accompagnés à partir du vécu de ces adolescents et d'une analyse critique des pratiques professionnelles des travailleurs sociaux en charge de ce public considéré comme "incasable". Il interroge également les artistes et les acteurs culturels qui tentent de donner la parole à ces jeunes tout en les aidant à panser leurs traumatismes par un travail de résilience et de consolidation de leur projet de vie future.

Jeunesses

 

Le numéro 87 - juin  2021 de la revue de l'APA "LA FAUTE A ROUSSEAU" est paru

Présentation du dossier : « Il faut que jeunesse se passe », dit le proverbe : et certes elle ne manque pas de passer, et même à toute allure ! Que reste-t-il de nos jeunes années ? Nous avons voulu dans ce dossier donner des éclairages divers, à travers les voies du récit autobiographique et du journal personnel, sur la notion de jeunesse et notre manière de la considérer. Tout est affaire de regard… « À quel âge est-on jeune ? À quel âge est-on vieux ? À 75 ans, je me sens petite fille ayant juste un peu grandi – si peu », constate Marie-Dominique Pot, méditant sur une éducation qui n’opposerait pas jeunes et vieux. Être jeune, d’ailleurs, est-ce si enviable ?
 
Pas sûr quand on songe aux tourments de l’adolescence, que relisent d’un œil amusé, en flash-back, Bernard Massip, transcrivant ses journaux de jeune homme, Isabelle Valeyre repensant à ses années de formation, Catherine Bierling revisitée par la « jeune fille lilas » qu’elle était à 16 ou 17 ans. Tandis que Patrick Goujon voit son avenir dans le rétroviseur.
 
Bien des écrivains ont laissé dans leurs ouvrages la trace de ces aiguillages opérés dans leur jeune âge avec des effets durables sur leur parcours. Ernest Renan perd la foi et s’éloigne du chemin tout tracé de la prêtrise. Julien Green, au contraire, se convertit au catholicisme, en même temps qu’il découvre son orientation homosexuelle. Quant à Pierre Nora, il s’éloigne de l’enseignement pour se tourner vers le journalisme et l’édition…
 
La traversée de la jeunesse s’inscrit aussi au féminin, Philippe Lejeune évoquant à travers trois exemples le « je » des jeunes filles d’antan, tandis que les livres d’Annie Ernaux (Mémoire de fille) ou de Simone de Beauvoir (Les Inséparables) exposent des épisodes déterminants de leur âge tendre, à la charnière de la vingtaine. Pour sa part Marie Pra, qui a déposé son journal d’adolescente à l’APA dès 1998, au sortir de cette période, apporte un double témoignage, à la fois à titre individuel et sur cette époque elle aussi de transition....
Enfin, le vidéaste Irvin Anneix retrace plusieurs « web-séries » qu’il a réalisées avec des adolescents et qui interrogent leur rapport à l’intime, à l’expression de leur recherche d’identité, à leurs pratiques des réseaux sociaux.

Femmes de lettres, 101 auteures essentielles

 

Numéro spécial de « LIRE » (Juillet-Septembre 2021)

Les poètes, les engagées, les taulières, les provocatrices, les réalistes, les visionnaires... Toutes ces femmes qui ont marqué l'histoire grâce à leurs écrits.

Ce hors-série vous embarque pour un tour du monde du génie littéraire féminin sans omettre aucun registre : théâtre (Yasmina Reza), jeunesse (Astrid Lindgren), polar (Agatha Christie), érotisme (Pauline Réage), enquête (Svetlana Alexievitch), philosophie (Simone Weil), fantastique (Mary Shelley) ou encore bande dessinée (Catherine Meurisse). 

"Un besoin d’éclaircissement impossible à rassasier"

 

Un entretien avec Pierre Bergounioux dans LE MATRICULE DES ANGES n° 223 - mai 2021 à l'occasion de la publication de "Carnet de notes : 2016-2020" (Editions Verdier)

Le nouveau numéro vient de paraître avec un dossier consacré au poète Serge Pey, le chaman-troubadour. Au sommaire de ce N°223 : deux récits coup de poing (Joseph Andras), un périple viticole (Pierre Patrolin), un projet de rénovation urbaine (Arno Bertina, Mathieu Larnaudie, Oliver Rohe), une supercherie (Max Aub), un vent de folie (Edgar Mittelholzer), une éditrice aventureuse (Marie Barbier), un nouveau Carnet de notes (Pierre Bergounioux), les échanges franco-américains en poésie, un texte de combat (Georges Bernanos)…

Autour de Simone de Beauvoir

 

Numéro 46 de la revue LES MOMENTS LITTERAIRES

Le journal intime de Simone de Beauvoir, diariste intermittente, est encore largement à découvrir. Les deux extraits inédits que nous publions appartiennent aux années 1945 et 1946.

Le premier est un carnet de voyage tenu en 1945 lors d’un séjour à Madrid où l’écrivaine passa quatre jours, dans l’intention d’écrire un reportage pour Combat – le journal de Camus.

Le second reprend les pages de son journal d’aout 1946. Au travers de cette chronique parisienne, nous découvrons le couple Sartre-Beauvoir au cœur de la vie intellectuelle, artistique et politique parisienne. Ces deux extraits sont présentés par Sylvie Le Bon de Beauvoir.

Dans La Force des Choses, Simone de Beauvoir évoque à plusieurs reprises Blossom Douthat, une jeune américaine (appelée Joan par l’auteur) qui, au cours d’un séjour en France (1957-1958), rencontre l’écrivaine. Les Moments littéraires publient l’année 1958 du journal de Blossom que Simone de Beauvoir qualifie, dans ses Mémoires, d’"extraordinaire" et d’"extravagant". Claudine Krishnan retrace le parcours des 17 volumes de ce journal que Blossom laissa à Simone de Beauvoir avant de revenir aux États-Unis.

Autour de Simone de Beauvoir

  • Simone de Beauvoir à Madrid et Paris au lendemain immédiat de la Seconde Guerre mondiale de Sylvie Le Bon de Beauvoir
  • Journal du 28 février au 3 mars 1945 – Madrid de Simone de Beauvoir
  • Journal août 1946 – Retour à Paris fin août de Simone de Beauvoir
  • Un journal « extraordinaire » de Claudine Krishnan
  • Journal, tome 17 (3-10 juin 1958) de Blossom Margaret Douthat

 

Les collections de "Lire Magazine Littéraire"

 

Déjà 25 volumes parus

Des dossiers richement illustrés consacrés aux grands écrivains et aux questions philosophiques qui passionnent. Dans chaque numéro, des portraits, des reportages, des entretiens et des points de vue éclairés.

Les 25 numéros : Romain Gary, Sade, Virginia Woolf, Baruch Spinoza, Molière, La Trahison, Stefan Zweig, La Folie, Louis-Ferdinand Céline, Le Plaisir, Françoise Sagan, Colette, Emile Zola, Marguerite Yourcenar, Stendhal, Denis Diderot, Jean-Jacques Rousseau, Maupassant, Honoré de Balzac, Verlaine & Rimbaud, Les écrivains sous l’occupation, Blaise Pascal, Emil Cioran, George Orwell, La morale

Les collections de Lire Magazine littéraire

 

Des dossiers richement illustrés consacrés aux grands écrivains et aux questions philosophiques qui passionnent.   Retrouvez dans chaque numéro : des portraits, des reportages, des entretiens et des points de vue éclairés.  Commandez 5 volumes, le 6ème vous est offert avec le code de réduction :  COLLECTIONSLML

Baudelaire, un génie en mal de spleen

 

Hors-série anniversaire de la revue LIRE-Magazine Littéraire

• Récit d’une vie tumultueuse

• Les Fleurs du mal, L’Albatros, Les Paradis artificiels, L’Invitation au voyage... Ses oeuvres majeures passées au crible

• Baudelaire vu par : Jean Teulé, Jean-Louis Murat, Philippe Delerm, Antoine Compagnon...

Segalen : l'orient fantôme

 

Le dossier du numéro 221 - mars 2021 de la revue "LE MATRICULE DES ANGES"

"Un dossier pour saluer l’œuvre de Victor Segalen (1878-1919), arpenteur de territoires inconnus, sorte de fils idéaliste de Rimbaud et de Gauguin. L’auteur des «Immémoriaux», de «Stèles» ou d’«Equipée» rejoint la Pléiade. Au sommaire également : Diego Vecchio, Richard Morgiève, Eve Babitz, Thomas Belle, Michel Leiris"

Avec un long entretien avec deux poètes, Christian Doumet et Alexis Pelletier, qui parlent de l'héritage de Segalen sur la littérature et particulièrement sur eux-mêmes.

Louise Michel, l'égérie de la commune

 

Le 1 consacre un numéro à Louise Michel (n° 447 - mars 2021)

Il y a cent cinquante ans, le 18 mars 1871, s’ébrouait pour quelques mois la Commune de Paris, cette insurrection populaire née dans les ruines d’une guerre perdue et vite écrasée par la république encore balbutiante. Ce hors-série du 1 revient sur la vie et les combats de Louise Michel, qui en est devenue incontestablement l’icône ardente. Exilée sept ans en Nouvelle-Calédonie, cette femme de lettres et d’action, dont le nom figure aujourd’hui au fronton de près de deux cents écoles, n’en resta pas moins le prophète inlassable de la révolution. Retour sur un destin hors du commun.

Albert Camus épistolier

 

Le dossier du numéro 46 de la revue EPISTOLAIRE, revue de l'A.I.R.E.

Ce numéro consacre un dossier à la correspondance d’Albert Camus. Les nombreux volumes de lettres de cet écrivain ont permis des études approfondies. Les contributions ouvrent une réflexion sur le genre d’épistolier que fut Camus. Comment sont ses lettres ? Est-il attentif, assidu ? Que dit-il ? Quel rôle jouent les lettres dans l’élaboration de son œuvre ? Quels types de relations se dessinent à travers elles ?

"L'autobiographie c'est l'anarchisme de la littérature"

 

Un entretien avec Edouard Louis à l'occasion de la publication de "COMBATS ET METAMORPHOSES D'UNE FEMME", dans le dossier principal du numéro 1322 - 31 mars 2021 de la revue "LES INROCKUPTIBLES"

"Après “Qui a tué mon père”, Edouard Louis signe aujourd’hui “Combats et métamorphoses d’une femme”, l’histoire de sa mère, itinéraire d’une victime de la violence sociale et patriarcale vers son émancipation. Une nouvelle pièce apportée à l’œuvre de l’écrivain, une fresque autobiographique qui dessine une “cartographie du monde social”..."

Orwell, socialiste malgré lui

 

Dossier du numéro 1234 de la revue "QUINZAINES"

Extrait de l'article "Orwell, socialiste malgré lui"

Orwell publiait en 1946 un article intitulé Politics and the English Language (« la politique et la langue anglaise »), une dénonciation de la manière dont les intellectuels britanniques écrivent leur langue, qui se terminait par une liste de recommandations visant à éviter leurs travers. L’année suivante, en 1947, « loin de la foule déchaînée », sur l’île de Jura en Écosse, Orwell entreprenait la rédaction de Nineteen Eighty-Four , qui parut en juin 1949.

La fameuse dystopie est complétée d’un appendice intitulé « The Principles of Newspeak », les principes de la novlangue, cette forme abâtardie et corrompue de l’anglais qu’un régime totalitaire a su imposer en Oceania avec pour objectif l’élimination du thoughtcrime (« crimemental »)....

  • Le sommaire (certains articles sont intégralement disponibles en ligne à partir du sommaire ; d'autres partiellement) 

George Orwell, ça nous regarde

 

Un numéro spécial de PHILOSOPHIE MAGAZINE (Hors-Série n° 48)

"De la droite à la gauche, des « anti-vaccins » aux opposants à la loi « Sécurité globale », tout le monde se prétend « orwellien », aujourd’hui. En apparence… 

Mais qui connaît vraiment l’écrivain britannique ? Qui l’a lu, au-delà de 1984 et de la Ferme des animaux ? Ce hors-série brosse le portrait d’Orwell en penseur : théoricien clairvoyant des régimes totalitaires, défenseur acharné de la vérité contre toutes les manipulations idéologiques, et avocat de la dignité et de la décence des gens ordinaires.

Ce hors-série présente ici Orwell sous un autre jour, tout en montrant les résonances de sa réflexion engagées avec celles de ses contemporains – Aldous Huxley, Bertrand Russell, Viktor Klemperer – et avec celles de ses héritiers, comme Claude Lefort ou Simon Leys

Avec, aussi, des entretiens exclusifs avec Jean-Claude Michéa, Jean-Jacques Rosat, Raphaël Enthoven, Agnès Vandevalde-Rougale, Stéphane Leménorel, et des articles de Laurence Devillairs et Ollivier Pourriol.

Entretien : Pierre Bergounioux se confie à Claire Chazal

 

L'entretien dans le numéro 495 - Lire Magazine Littéraire - Avril 2021

Et aussi

- À quoi sert (vraiment) l'Académie française ? Près de 400 ans de secrets bien gardés... - L'univers attachant de Line Papin - Le portrait : "Valérie Perrin, un cœur simple" - L'enquête : La littérature homosexuelle française.

La Panoplie littéraire d’Yves Ravey

 

Dossier du numéro 63 de la revue DECAPAGE

Yves Ravey discret et pudique, écrivain d’une vingtaine de livres aux Éditions de Minuit, il se prête au jeu de l’autoportrait et explore ses archives, sa bibliothèque, évoque son rapport à l’écriture et nous parle de son métier.

Et aussi une plongée dans l’intimité de la création grâce à l’exploration des carnets d’écrivains (Carole Fives, Clément Bénech, Clément Ribes, Colombe Boncenne, Éric Chevillard, Éric Laurrent, François-Henri Désérable, Jakuta Alikavazovic, Julia Kerninon, Patrick Goujon, Simon Roussin, Sylvain Prudhomme, ).Vincent Almendros.

Femmes - Une révolution française

11/03/2021

Dans le numéro 9 - Printemps 2021 de la revue ZADIG 

"Avec ce neuvième opus, Zadig va au plus près de celles qui refusent la fatalité de la domination masculine et donne la parole à ces cheffes de famille ou à ces responsables politiques qui préparent les conditions d’une véritable égalité hommes-femmes dans notre société. En attendant – qui sait ? – qu’une femme remporte l’élection présidentielle.

À retrouver dans ce numéro : Élisabeth Badinter, Karine Tuil, Najat Vallaud-Belkacem, Sandra Laugier, Leïla Slimani, Tania de Montaigne"

8 mars - 8 femmes - 8 voix

 

D'intéressants entretiens dans le numéro 823 - avril 2021 du magazine MARIE-CLAIRE

3Pour faire écho à la Journée internationale des droits des femmes, nous avons souhaité donner la parole à huiit personnalités -écrivaines, actrices, avocate, chanteuse ou mannequin.
Leurs parcours, leurs voix et leurs combats résonnent avec l'époque et nous inspirent. Car ces huit femmes, admirables et libres, ont souvent fait de leur différence, ethique, sociale ou physique, une force de création et d'engagement.
Ecoutons-les ! Leurs mots lumineux, drôles, crus parfois, nous accompagneront longtemps".

  • Aïssa Maïga, artiste
  • Elisa Rojas, avocate
  • Annie Ernaux, écrivaine
  • Juliette Binoche, actrice
  • Grac Ly, auteure
  • Leïla Bekhti, actrice
  • Lous and the Yakusa, chanteuse
  • Odile Gautreau, mannequin

La déferlante

 

Premier numéro d'une nouvelle revue féministe

La Déferlante est la première revue trimestrielle post-#metoo consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle racontera les luttes et les débats qui secouent notre société. Dans un paysage médiatique encore très majoritairement masculin, La Déferlante est une revue créée et dirigée par des femmes, pour donner la parole aux femmes et visibiliser leurs vécus et leurs combats.

Pour appréhender la complexité et le foisonnement des débats actuels, nous vous proposons des articles de fond, au graphisme soigné car nous pensons que la qualité de la mise en page sert l’accessibilité du propos.

Tous les trois mois, nous publierons une multiplicité de formats journalistiques pour raconter les révolutions féministes : récits, enquêtes, portraits, reportages, bande dessinée, portfolio…

La Déferlante croisera les regards de journalistes, d’auteur.rices, de chercheur.ses, d’artistes et d’activistes. Elle a pour ambition de déconstruire les normes de genre, celles qui se logent partout et principalement dans les creux de nos vies quotidiennes. Aussi, nous consacrerons dans chaque numéro un dossier central à un thème déclinable à l’infinitif : manger, se battre, aimer, voter, etc.

Le dossier du premier numéro s’intitulera « naître », qu’il s’agisse d’une naissance sous X, de celle d’une femme transgenre ou encore de celle d’une revue (la nôtre !).

Renaître

 

Dossier du numéro 86 de La faute à Rousseau (février 2021), revue de l'APA

Extrait de la présentation du dossier : RENAITRE

Ressusciter, renaître, revivre… Qui n’a pas rêvé de recommencer à zéro, de repartir après avoir effacé l’ardoise et du passé fait table rase ? Après avoir reformaté l’ordinateur ?
Cela peut apparaître comme la réponse, délibérée ou non, à un traumatisme majeur, à un événement qui nous a bouleversés. C’est alors une manifestation de résilience. Mais cela peut être aussi une aspiration au changement, une alternative à une existence devenue routinière, dont on croit avoir fait le tour.
Car renaître et revivre, cela revient souvent à changer. Changer d’environnement, de métier, de conjoint et même de nom. Recommencer une nouvelle vie dont les paramètres seront différents. Est-on encore la même personne après avoir changé de nom ? Qui sait ? ...

Actualités du patrimoine autobiographique (belgique)

 

Sortie du n°10 -2020 des "Actualités du Patrimoine Autobiographique aux Archives et Musée de la Littérature".

L'APA-AML est un centre de recherche et de documentation littéraires et théâtrales de la Fédération Wallonie-Bruxelles, les AML étant spécialisés dans la littérature belge de langue française mais pas seulement...
 

Fruit du travail du groupe de lecture APA-AML durant l’année 2020, ce numéro contient une anthologie de textes du confinement et les comptes rendus concernant les différents thèmes des documents des archives du patrimoine autobiographique :

  1. Le voyage en U.R.S.S., en 1933, de Maurice De Wée.
  2. L’agenda d’un invalide de la guerre 1914-1918.
  3. Des lettres d’exode, de marraines de guerre, et des souvenirs d’adolescents datant du conflit de 1940-1945.
  4. Des témoignages sur les séquelles psychiques de la guerre jusqu’à la 3e génération.
  5. Des récits d’histoire familiale, comme celle d’un enfant mulâtre.
  6. Des analyses du fonctionnement de la justice dans les colonies, en Égypte et dans l’ex-Congo belge.
  7. Les souvenirs de Christian Bussy.

 

Diaristes belges francophones

 

Avec leur numéro 45 « Les Moments littéraires » poursuivent la série des numéros « géographiques » entièrement consacrés aux diaristes francophones d’un pays. Après les écrivains suisses romands (n°43, Amiel & Co, janvier 2020), le numéro 45 est dédié aux diaristes belges francophones.

Des carnets d’un cinéaste (Luc Dardenne) au journal graphique (Paul Mahoux), du journal daté (Henri Bauchau) au journal sans date (Caroline Lamarche), la richesse de l’écrit intime belge transparait au travers des dix-huit textes sélectionnés.

Un portfolio d'Anne De Gelas complète le sommaire et montre l’apport de la photographie dans l’écriture de soi.

Après une introduction de Marc Quaghebeur, ce numéro propose des extraits des journaux ou carnets intimes de Henry Bauchau, Luc Dardenne, Anne De Gelas (huit autoportraits), Maurice De Wée, Luc Dellisse, Laurent Demoulin, José Dosogne, Marc Dugardin, Lydia Flem, François Houtart, Sara Huysmans, Caroline Lamarche, Stéphane Lambert, Marcel Lecomte, André Leroy, Maurice Maeterlinck, Diane Meur, Jean-Luc Outers. Hormis le journal de Maurice Maeterlinck, tous ces textes sont inédits.

autour de l'exposition catherine meurisse

 

Pour celles et ceux qui n'ont pas eu la chance de voir l'exposition de la "bédéaste" CATHERINE MEURISSE à la bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou, il est possible de lire les différents articles de présentation et d'analyse parus dans la revue BALISES - n°3-octobre/décembre 2020.

Extrait de la présentation :

« J’avais besoin de mettre les mains dans le dessin comme on met les mains dans la terre pour se sentir mieux » : c’est ainsi que Catherine Meurisse évoque sa reconstruction après l’attentat qui touche le journal Charlie Hebdo, où elle travaille alors.

Le style de Catherine Meurisse s’étoffe au fil du temps mais l’autrice conserve son regard sensible et acéré sur le monde, sa manière d’entrelacer réel et fantaisie, ainsi que son humour. Elle explore de nouvelles sources d’inspiration, sans renier certains compagnons intimes tels que Proust ou Delacroix. Il en résulte une œuvre protéiforme mais tout à fait personnelle, à la fois drôle, érudite, poétique et flamboyante, à découvrir au fil de notre dossier. ...

Ces femmes qui font la bande-dessinée

 

Le dossier du numéro 493-février 2021 de la revue LIRE-LE MAGAZINE LITTERAIRE

En 2016, un collectif de femmes créatrices de BD appelait à boycotter le vote pour désigner le lauréat du Grand prix d'Angoulême. La raison ? Sur les 30 nominés, pas une seule femme !

Et pourtant les femmes ne manquent pas dans le monde de la BD.
La revue LIRE leur consacre le dossier de son numéro de février 2021 et propose une "bédéthèque féminine idéale en 15 albums".

Ce que nous dit Camus

 

Le dossier du numéro hors-série de la revue LE UN (automne 2020)

Alors que 2020 marque les soixante ans de sa mort, le succès de l’écrivain ne se dément pas : son premier roman, L’Étranger, reste l’un des livres les plus lus au monde, ses pièces sont régulièrement montées, et La Peste s’est vendu deux fois plus que d’ordinaire en cette année de pandémie. Comment l’expliquer ? Pourquoi le message camusien continue-t-il de nous parler ? C’est ce que tente d’analyser ce numéro exceptionnel du 1, en décryptant quelques-uns des grands thèmes qui traversent son œuvre d’écrivain et de journaliste. Pour s’offrir, selon le mot de Proust, une « cure d’altitude mentale ».

" hello goodbye ! "

Le dernier numéro de la revue AMERICA (n° 16-hiver 2021).

À l’heure où Donald Trump quitte la Maison Blanche et que les États-Unis entrent dans une nouvelle ère, America tire sa révérence avec un dernier numéro agrémenté pour l’occasion d’un poster inédit et d’une vingtaine de pages supplémentaires. Dans ce 16ème opus, retrouvez d’abord un grand entretien avec l’écrivain irlando-américain Colum McCann qui nous avait fait l’honneur de participer au premier numéro. Persuadé du rôle déterminant de la littérature, l’auteur livre ses inquiétudes nouvelles mais aussi ses espoirs face à l’inconnue de ces années post-Trump. Alors que Joe Biden vient d’être élu 46ème président, America s’interroge sur l’avenir de l’Amérique à travers des portraits de figures démocrates, un reportage sur le devenir du trumpisme ou encore un essai sur les GAFA, les autres maitres du pays. Autre temps forts de ce numéro, un conte fantastique inédit de la star de la BD Emil Ferris inspiré de la trouble période du confinement, une nouvelle de l’immense écrivain Ernest Hemingway, encore jamais publiée en France, ainsi que le parti pris de l’auteure Rachel Kushner qui imagine la conclusion minable de la relation entre le fils de Donald Trump et sa petite amie, métaphore du désamour du pays pour la défaite en hommage au film « Shame ».

Doit-on avoir peur ?

 

Un vingtaine d'articles d'un ouvrage collectif sous la direction d'Eric Fottorino

FAUT-IL AVOIR PEUR ? Le travail que l’équipe du 1 accomplit chaque semaine contribue à nous alerter sur les dangers qui nous menacent. Bien sûr, depuis le début de l’année 2020, la pandémie de Covid-19 a mobilisé toute la planète, au point de donner l’illusion que nos destins n’étaient désormais liés qu’à ce virus mortifère. Ce serait une erreur de le croire.

L’ouverture du procès Charlie nous a rappelé par ailleurs que le terrorisme islamique n’était pas seulement attaché au souvenir de cette journée sanglante de janvier 2015. L’attaque au couteau de journalistes par un jeune Pakistanais de dix-huit ans, devant les anciens locaux du journal satirique, et l’assassinat sauvage de Samuel Paty par un Tchétchène radicalisé ont ranimé certaines craintes, qui ne doivent pas non plus en éclipser d’autres : la sécurité du monde et le risque nucléaire, le réchauffement climatique ou encore ce qu’on appelle à présent le capitalisme de surveillance armé par ce « soft power », que constituent les géants du numérique. 

Alors, faut-il avoir peur ? Oublier ou refuser d’avoir peur, c’est peut-être laisser au pire la possibilité d’advenir : ce qui est redouté n’est pas forcément ce qui arrive. Le philosophe Jean-Pierre Dupuy, évoquant toutes les fois où on est passé à deux doigts de la guerre nucléaire, nous dit qu’« il faut frôler la catastrophe pour se tenir à carreau ». La leçon est (un peu) rassurante : contrairement au dicton, la peur a peut-être le pouvoir d’écarter le danger…

Raconter la vie des personnes accompagnées : contraintes, pratiques, effets

 

Dossier de la Revue Française de Service Social (numéro 279-2020-4) de l'Association Nationale des Assistants de Service Social. 

Cette revue trimestrielle rend compte régulièrement de témoignages, de positions professionnelles, d'apports théoriques, écrits par des professionnels, spécialistes, universitaires.

Présentation du numéro 279 :

Les écrits professionnels prennent différentes formes au cœur des pratiques sociales. Toutefois, le travailleur social est régulièrement amené à faire le récit de vie ou l’histoire de vie de la personne, et doit pour cela respecter l’accord de l’usager, la nécessité de la discrétion et l’exigence de la délicatesse. L’analyse de ces récits témoigne d’effets positifs mais aussi de contraintes, qui soumettent parfois le professionnel à des injonctions paradoxales. Ainsi, comment peut-on raconter la vie d’une personne, son ressenti, son vécu, avec ses mots, en tenant compte de sa culture, de son milieu, de son âge et de ses problèmes sociaux, professionnels, médicaux, mais également des objectifs de l’administration ?

La première partie met en exergue l’intérêt et les difficultés de raconter la vie des personnes, en s’appuyant sur l’exemple des rapports en protection de l’enfance, sur la manière de transmettre la parole des jeunes, des parents, sur la situation des mineurs non accompagnés en lien avec leurs ruptures et leur vécu, ou encore sur l’univers de la psychiatrie où les récits de vie réalisés sur les patients sont fortement liés au diagnostic.

La deuxième partie propose des méthodes favorables au récit de soi, comme l’intérêt de la philosophie pour éclairer le moi et le soi, en particulier lorsqu’elle est pratiquée en groupe, mais aussi la coconstruction du récit dans le développement du pouvoir d’agir et la mise en confiance qu’il suscite, sans oublier la théorie de l’histoire de vie.

La troisième partie présente des expériences spécifique : l’action bienfaisante du biographe hospitalier remettant gratuitement aux patients en fin de vie le livre de leur récit, le travail de mémoire positif des personnes âgées, la pédagogie utilisant les récits de vie dans les formations au travail social, ainsi que le nouveau métier d’écrivain public-biographe en libéral, autant de démarches qui constituent des actions innovantes et constructives.

Conditions biographiques et expériences du Sujet

 

ACTUELS, le Hors-Série n° 10 - novembre 2020 de la revue "Le Sujet dans la cité" (coordination Martine Janner Raimondi)

[extrait de la présentation] Réfléchir aux conditions biographiques en lien avec les expériences du sujet, comme nous y invite ce numro, fait suite au Colloque international "La recherche biographie en situations et en dialogues. Enjeux et perspectives", qui s'est tenu les 16, 17 et 18 octobre 2019 à la Maison des Sciences de l'homme Paris Nord. ...

L'ensemble de ces articles offre au lecteur matières à réfléchir aux enjeux épistémologiques, scientifiquezs et humains qu'il y aurait à entendre les récits de vie des personnes concernant leurs conditions biographiques et leurs expériences. Comme le montrent ces articles, les récits nécessitent des dispositifs d'enquête adaptés, dont les entretiens biographiques constituent une puèce maîtresse. Ils engagent également une posture éthique de la part du chercheur, faite d'humilité mais également d'attention forte et d'intérêt pour les autres. Chacun des récits racontés dans ce numéro, tel des morceaux choisis d'humanité, est amené à nourrir notre pensée. Bonne lecture !