Mai 68 et les femmes

Les oubliées

 

Quelques livres récents sur celles que Michèle Perrot appellent les OUBLIEES de Mai 68

  • La lutte contre leur situation infantilisée dans les Résidences Universiataires (pas le droit pour ces femmes adultes d'accueillir des garçons dans les chambres des RU) fut dès l'automne 1967 prémonitoire de Mai 68.
  • Elles ont massivement manifesté pendant Mai 68. Elles ont massivement fait grève.
  • Elles assistent aux assemblées générales, mais n'y prennent pas ou peu la parole. Elles participent peu aux piquets de grève.
  • Et après 68, la "militarisation" de nombre d'organisations politiques les éloignera de cette forme de militantisme (aux hommes le casque et la matraque, aux femmes la machine à écrire et la "gestetner").
  • Puis viendra ensuite, le temps du MLF ...
 

En cette année 2018, plusieurs articles de presse et de radio ont parlé des "oubliées" de Mai 68

Femmes et filles : Mai 68

 

Livre de Langautier Pascale & Inès de Warren

Des intellectuelles, artistes et femmes engagées reviennent sur la place occupée par les femmes en mai 1968. Elles tentent de décrypter l'héritage du mouvement sur les plans sociétal, politique et culturel, mais aussi sur ceux de l'éducation et de l'enseignement, et offrent une réflexion sur la place et la représentation des femmes et sur l'évolution de leur statut depuis cette époque.

 

 

 

 

FemmesEtFillesMai68 FemmesEtFillesMai68 [148 Kb]

"Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes ?" ...

 

Titre complet : "Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes ?" : Le genre de l'engagement dans les années 1968

Livre de Fanny Gallot, Fanny Bugnon, Ludivine Bantigny

Les « années 1968 » constituent on le sait une époque de contestation mondialisée. Mais les rôles de genre, les stéréotypes sexués, les clichés virilistes sont-ils eux aussi contestés ? Pour le savoir, ce livre se concentre sur la question de l’engagement, acception plus large que le seul militantisme et plus circonscrite que le vaste champ de la et du politique. Son ambition est de saisir l’influence du genre dans les multiples formes de positionnement et de conflictualité politique, dans les organisations syndicales comme les groupes et partis politiques, les mouvements associatifs et les collectifs militants, dans une période marquée par de nouvelles dynamiques féministes. Les scènes retenues, européennes certes, mais aussi africaines, latino-américaines et états-unienne, se placent volontairement dans une perspective internationale et transnationale, parce que ces expériences politiques circulent, s’échangent, se modifient en se transmettant. Qu’il s’agisse de grèves ouvrières, de groupes d’auto-conscience, de créations artistiques, de mouvements d’émancipation et d’auto-détermination, on y voit les actrices et acteurs mobiliser des ressources qui leur permettent de transformer les rapports sociaux, de résister à l’ordre établi et in fine de rompre la spirale de la domination

ProlétairesQuiLaveVosChaussettes ProlétairesQuiLaveVosChaussettes [124 Kb]

Changer le monde, changer sa vie. Enquête sur les militantes et les ...

 

Titre complet : Changer le monde, changer sa vie. Enquête sur les militantes et les militants des années 1968 en France

Livre sous la direction d’Olivier Fillieule, Sophie Béroud, Camille Masclet, Isabelle Sommier

Cinquante ans après Mai 1968, que sont les militants devenus ? Après avoir jeté toutes leurs forces dans la bataille, cru souvent en l’imminence d’une révolution, suspendu longtemps leurs investissements scolaires, professionnels, voire affectifs pour “faire l’histoire”, comment ont-ils vécu l’érosion des espoirs de changement politique ?
La force de ce livre tient à un triple déplacement du regard – de Paris aux régions, des têtes d’affiche aux militants ordinaires, de la crise de mai à la séquence historique  1966-1983 – autant qu’à la richesse du matériau exploité : un dépouillement d’archives le plus souvent inexplorées, comme les documents déclassifiés des Renseignements généraux et des centaines de récits de vie recueillis à Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Rennes auprès de militants des syndicats ouvriers, des gauches alternatives et du mouvement féministe.
Cette mosaïque d’histoires constitue la chair de ce livre et permet de brosser un portrait non impressionniste des soixante-huitards, de leur carrière professionnelle, de leur vie affective, de la continuité de leurs engagements, apportant des réponses enfin étayées aux questions sui vantes : la vie des soixante-huitards a-t-elle été bouleversée ou simplement infléchie par le militantisme corps et âme des années 1970 ? En ont-ils tiré profit ou le déclassement social fut-il le prix à payer ? Face aux convictions politiques d’antan, les militants font-ils figure d’apostats ou sont-ils toujours ancrés dans un rapport critique au monde social ? Peut-on dire qu’il existe une génération 68 ou n’est-ce qu’un mythe recouvrant d’un voile épais une hétérogénéité de personnes plus grande qu’on ne l’imaginait ?

ChangerLeMondeChangerSaVie ChangerLeMondeChangerSaVie [158 Kb]

Filles de Mai - 68 mon Mai à moi - Mémoires de femmes

 

Livre collectif (direction APA); Préface de Michèle Perrot - Postface de Ludivine Bantigny

Réédition de la brochure de l'APA parue en 2002, puis rééditée une première fois en 2004

"Michelle Perrot a raison d'évoquer une «chronologie existentielle», à propos de ces lignes qui traversent l'événement comme des sillons féconds. 68 se décline en milliers d'expériences intimes et collectives. Celles qu'offre ce livre n'ont pas vocation à être exhaustives, ni même représentatives. Elles s'expriment en revanche avec sincérité, loin des reniements et des rejets qui font depuis plusieurs décennies, dans les médias, le bon ton des rédactions, loin des mépris hautains et des ricanements. Ces témoignages sont une force parce qu'ils ne parlent pas seulement du passé mais donnent espoir pour le présent, à bonne distance des triomphants."(Ludivine Bantigny)

 

FillesDeMai-réédition2018 FillesDeMai-réédition2018 [243 Kb]

L'envers de Flins - Une féministe révolutionnaire à l'atelier

 

Livre de Fabienne Lauret

Le 3 mai 1972, Fabienne Lauret est embauchée à l'atelier couture de Renault-Flins. Issue de la génération de Mai 68, membre du groupe Révolution !, elle est une établie, comme on appelle ces jeunes militant-es qui entraient en usine pour changer le monde. Elle y restera plus de trente-six ans. Loin des clichés habituels, elle nous raconte la condition ouvrière moderne, la souffrance au travail, l'exploitation quotidienne. Féministe, elle est plus particulièrement sensible à la condition des ouvrières et au sexisme dont elles sont victimes, tant de la part de leurs collègues ouvriers que de la direction patronale. La bataille qu'elle mène avec détermination est longue, rude et exige une infinie patience. Militante CFDT, puis déléguée syndicale, elle anime ses premières grèves. Indissociables de son parcours professionnel, ses activités syndicales nous plongent au coeur des fortes luttes sociales qui ont secoué l'usine de Flins. Elue au comité d'entreprise, puis salariée de celui-ci, elle participe au développement d'une autre conception de cette institution sociale, qui heurte les conservatismes de la direction syndicale qui succède à la CFDT et qui utilise contre elle les méthodes patronales les plus éculées. L'Envers de Flins, parcours de vie, parcours de lutte, est aussi le témoignage vivant et fort d'une féministe ouvrière qui n'a jamais renoncé à transformer le monde.

LEnversDeFlins LEnversDeFlins [205 Kb]