Mai 68 - 50 ans après

Rencontres, expositions, ...

 

Cinquante ans après, plusieurs institutions culturelles s’associent et interrogent l’histoire et l’héritage de Mai 68 à travers des rencontres, des expositions, des ouvertures d’archives, des ateliers participatifs, du théâtre, de la musique, des débats, des interventions inédites...

 

Le 68 des enfants - L'album jeunesse fait sa révolution

 

 Exposition du 2 mai au 28 juillet 2018 à la médiathèque Françoise Sagan - 8 rue Léon Schwartzenberg 75010 Paris 

Mai 1968 et les mouvements de protestation qui ont bouleversé l’Europe et les USA durant une décennie se caractérisent avant tout par la rébellion d’une partie de la jeunesse.

C’est aussi un moment charnière pour le livre pour enfants. Un grand vent de liberté traverse l’édition, dont une des grandes figures, François Ruy-Vidal, sera particulièrement mise à l’honneur, suite au don de ses archives au fonds patrimonial Heure Joyeuse. Ses collaborations au sein de plusieurs maisons en font un acteur incontournable de la période. Les dessins originaux, correspondance, dossiers de fabrication rassemblés révèlent l’émergence d’une génération de jeunes talents de l’illustration et du graphisme, comme Nicole Claveloux, Étienne Delessert, Henri Galeron, Claude Lapointe ou encore Agnès Rosenstiehl.

L’ordre du jour pour ces pionniers est de bousculer toutes les conventions. Des albums pop et psychédéliques côtoient des livres d’art abstrait ; alors que le mouvement féministe publie des fables anti-sexistes pour petites filles, d’autres courants contestataires produisent des fables écologiques, des manuels de révolte politique pour écoliers, ou bien des journaux radicaux écrits par des élèves eux-mêmes.

L’exposition s’appuie sur le travail de chercheurs en littérature jeunesse dans le cadre d’un programme européen et s’accompagne d’une sélection d’albums de l’époque à feuilleter sur place. Clin d’œil entre hier et aujourd’hui, les étudiants des Arts décoratifs de Strasbourg s’en sont inspirés pour créer des dessins spécialement pour cette exposition.

1968, quelle histoire ! BARRICADES, EXPRESSION, RÉPRESSION

 

Du 2 juillet au 23 septembre 2018, dans le cadre du Festival de la Phtographie en Arles, de 10H00 à 19H30

"1968 : les Trente Glorieuses paraissent apporter confort et modernité. La société prend un coup de jeune, les enfants du baby-boom de l’après-guerre atteignent l’adolescence. Avec leurs propres modèles et leur culture, ils ne se retrouvent pas dans les valeurs jugées archaïques de leurs aînés. Mobilisation, impopularité, combats de rue, nuits blanches et bagarres : les archives de la préfecture de police de Paris montrent l’autre côté des barricades. On suivra aussi la chronologie des « événements » au travers des affiches, produites pour beaucoup par les étudiants des Beaux-Arts de Paris, aidés et conseillés par des artistes. Afin de comprendre comment le pays a basculé dans la plus grande grève générale que le pays ait connu jusqu’alors, des photographies, documents, livres et affiches montrent le contexte social, culturel et politique de cette année 68. Pour clore le parcours, l’artiste argentin Marcelo Brodsky présente son travail, réalisé à partir de documents d’archives sur l’embrasement du monde."

Reprise

 

A partir du 30 mai 2018, le film de H. Le Roux dans une version restaurée.

Le 10 juin 1968 c'est la reprise aux usines Wonder de Saint-Ouen. Pour faire revenir au travail les ouvriers et surtout les ouvrières, la CGT et la CFDT locales mettent le paquet.
Mais une jeune ouvrière en larmes refuse et crie qu'lle "n'y foutra plus les pieds dans cette taule".

Le Roux, en 1995, tente de retrouver cette ouvrière et interviewe plusieurs protagonistes de l'époque.

 

Un film de 10 minutes sur la reprise du travail aux usines Wonder (juin 1968)

 

Mai 68 en Alsace

 

Du 28 avril au 7 octobre 2018 - exposition à la Bibliothèque Nationale Universitaire - Salle d’exposition - 1er étage - 6 place de la République Strasbourg

Avec Mai 68, Paris a occupé le devant de la scène et a bien souvent occulté ce qui s’était passé en province. Dans l’imaginaire collectif, Mai 68 évoque d’abord des images en noir et blanc de manifestations et de barricades au Quartier latin. Si Paris est bien l’épicentre du mouvement, ces seules images passent sous silence une réalité plus complexe qui touche l’ensemble des régions françaises.

Loin des cigognes et des colombages des cartes postales, l’Alsace de 1968 apparaît elle aussi traversée par le vent de la contestation. Dans une région réputée conservatrice, Mai 68 sème le trouble. Dès 1966, à l’Université de Strasbourg, les situationnistes et leurs partisans, qui ont pris le contrôle de l’AFGES, principale association étudiante, remettent en cause les fondements de la société. Grâce à la publication du pamphlet De la misère en milieu étudiant qui fait scandale, les thèses situationnistes sont diffusées pour la première fois à grande échelle. Leurs théories subversives inspirent la contestation étudiante à Strasbourg comme ailleurs....

Entrée libre et gratuite.

Mai 68 : Exposition Gilles Caron

 

Du 4 mai au 28 juillet à l'Hôtel de Ville de Paris - 5 rue Lobau 75004 Paris

Une exposition majeure du photographe Gilles Caron sera présentée à l’Hôtel de Ville, dans la salle Saint-Jean, à partir du 4 mai, à l’occasion du 50ème anniversaire des événements de mai 1968. En 7 sections, le public pourra découvrir le Paris de 1968 à travers la présentation d’environ 300 photographies, incluant des clichés d’époque et des épreuves modernes d’après les négatifs originaux conservés dans les archives en grande partie inédites de la fondation Gilles Caron.

Silence Radio : Mai 68 à l'ORTF

 

Exposition gratuite du 22 mars au 29 juin 2018 à la Maison de la Radio - Paris Il y a cinquante ans, le mouvement protestataire de Mai 68 transformait profondément la société française. S’associant aux événements qui secouaient la population et annonçaient une société nouvelle en devenir, l’ORTF se mobilisait contre le silence qu’on lui imposait, pour la liberté d’informer. Si aujourd’hui la majorité des Français estime que l’information et les médias participent à l’ équilibre d’une société démocratique, c’est après un long et éprouvant parcours de plus de deux décennies que la parole s’est libérée.

Cinquante ans après, à l’initiative de la Direction de la musique et de la création culturelle, Radio France et l’INA retracent ce parcours historique, le SILENCE RADIO du printemps 1968, par une rétrospective des événements vécus dans l’enceinte de la Maison ronde, et de l’ORTF plus largement.
Un parcours alimenté d’archives inédites de l’INA, d’affiches, de slogans, d’extraits de courriers des auditeurs et téléspectateurs, de photos exclusives, de la description du quotidien des journalistes et de toutes les équipes qui constituaient alors l’information permettra aux visiteurs d’entrer dans ce qui fut une phase décisive pour l’avenir de l’ORTF....

Mai 68 - 50 ans après

 

De mars à juin, les bibliothèques et le comité d'histoire de la Ville de Paris se penchent, cinquante ans après, sur les événements de mai 68 et les bouleversements qu'ils ont apporté dans la société française. Retour sur le mois qui a changé la France.

Le récit interactif "Mai 68, 50 ans ans" avec toute la programmation

Des images, des commentaires, des sons

MAI 68 PAR LES PHOTOGRAPHES DE FRANCE-SOIR

 

Du 8 au 27 mai 2018 - Entrepôts Larosa - 1978 Avenue Gilbert Martelli, 34200 Sète

Une exposition de photos dans le cadre du 10è rendez-vous "IMAGES SINGULIERES"

Mai 68 a cinquante ans... La belle affaire pour les générations qui n’ont pas idée de ce que fut cette révolte contre un immuable ordre établi d’une société figée dans ses archaïsmes. Cette France gaulliste fière et peu encline à régler ses comptes avec l’Histoire, son histoire. De Gaulle semblant faire face seul, en potentat protecteur au passé. Mais les guerres et la fin de la colonisation ne se digèrent pas si facilement.

Mai 68, appelons cet événement comme cela même si les soubresauts de ces quelques semaines firent longtemps écho et furent lourds de conséquences et de débats en France et ailleurs. Avortement, féminisme, salaire minimum, emprise patronale, autant de questions qui nous animent encore et encore. On pourrait dire que les étudiants ont à cette époque là amorcé à leur manière brutale et provocatrice la question de la modernité et de l’avenir de la société....

Vernissage le jeudi 10 mai à 18h00

Icônes de Mai 68 - Les images ont une histoire

 

Du 17 avril 2018 au 26 août 2018 à la BNF François-Mitterrand / Galerie 1 - Paris

50 ans après les événements de mai-juin 1968, cette exposition revient sur la construction médiatique de notre mémoire visuelle collective. Elle permet de suivre la trajectoire d’images célèbres – les portraits de Daniel Cohn-Bendit face à un CRS par Gilles Caron et de la « Marianne de 68 » de Jean-Pierre Rey ; de comprendre comment et pourquoi la mémoire visuelle de Mai 68 se conjugue en noir et blanc alors que les événements ont été couverts en couleurs par la presse de l’époque ; de découvrir qu’en marge de la presse magazine, des initiatives d’expositions et de projections photographiques ont vu le jour face à une vision médiatique dominante des faits ; ou encore de saisir pourquoi la première « nuit des barricades » – qui fit « monter à la une » des magazines les affrontements de mai 1968 – n’a paradoxalement laissé aucune image persistante, aucune icône… Autant de clés pour appréhender le rôle majeur des acteurs médiatiques et éditoriaux dans l’élaboration des représentations des faits.

"Images en lutte" : Mai 68 s'affiche aux Beaux-Arts

 

Jusqu'au 20 mai, du mardi au dimanche de 13h00 à 19h00, aux Beaux-Arts, 13 quai Malaquais, Paris 6e

Alors que la France s'apprête à commémorer, ou à vilipender, l'héritage de Mai 68 à l'occasion de son cinquantenaire, les Beaux-Arts de Paris proposent "Images en lutte", une exposition des images qui ont fleuri sur les murs de Paris. La plupart d'entre elles ont été conçues là où elles sont exposées et marquent aussi bien que des photographies l'ambiance artistique et politique de l'époque...

 

Chris Marker, les 7 vies d'un cinéaste

 

Du 3 au 29 mai 2018 à la Cinémathèque Française Henri Langlois - 51 rue de Bercy 75012 Paris

L'exposition Chris Marker est un voyage. Un voyage dans l'espace et le temps, un voyage qui accompagne, de la Deuxième Guerre mondiale et la Résistance jusqu'à sa mort en 2012, le parcours exceptionnel d'un cinéaste et d'un homme hors du commun. Ce voyage est à la fois la chronique d'une existence longue et très remplie, et une libre circulation dans les différentes couches du temps aux côtés d'un explorateur inventif de possibles déplacements entre présent, passé et avenir, déplacements dont La Jetée a offert le modèle le plus connu. Cette exposition est en même temps un voyage dans l'espace, à la surface de la planète, aux côtés d'un infatigable globe-trotter, curieux du monde et de ses habitants : la Californie, l'Islande, la Corée, la Guinée-Bissau, la Sibérie, la Chine, l'Amérique latine de Mexico à Valparaíso en passant par La Havane, jalonnent ces trajets où l'amour du Japon occupe une place singulière. Les parcours de Chris Marker, à l'occasion, l'auront même mené sur Mars ou sur la planète virtuelle de Second Life...

68, les archives du pouvoir

 

Des exposition se tiendront sur les deux sites des Archives nationales

  • Hôtel de Soubise à Paris- 60 rue des Francs Bourgeois 7004 Paris : du 3 mai au 17 septembre
  • Pierrefitte-sur-Seine - 59 rue Guynemer, 93380 Pierrefitte-sur-Seine : du 24 mai au 22 septmbre

... À travers des documents d’archives en grande partie inédits, l’exposition invite à découvrir 68 depuis l’autre côté de la barricade, depuis les bureaux de l’administration, de la préfecture ou du pouvoir exécutif. Ce parti-pris assumé ne vise pas à raconter une nouvelle histoire de 68, à se superposer aux récits précédents : l’exposition souhaite au contraire, en tenant compte des renouvellements historiographiques, contribuer à la polyphonie des événements de 1968. L’objectif est avant tout citoyen : il s’agit de montrer comment le patrimoine archivistique de la Nation française peut expliquer et donner à voir les mécanismes d’un État en difficulté.
Outre le 50 e anniversaire des événements, 2018 marque également l’ouverture de la majorité des archives des services de l’État encore non librement communicables (selon le Code du patrimoine). La commémoration n’est pas seulement une opportunité : elle est également une ouverture à la Nation de ses archives. Cette mise à disposition se donnera tout particulièrement à voir dans la salle de lecture éphémère de reproductions de dossiers d’archives mise en place dans les jardins de l’hôtel de Soubise....

Mai 68 Assemblée Générale

 

Du 28 avril au 20 mai 2018 au Centre Pompidou - 75004 Paris

À l’occasion du 50 e anniversaire de Mai 68, le Centre Pompidou propose une manifestation pluridisciplinaire souhaitant éviter la commémoration et la célébration de Mai 68, sans non plus tenter d’en faire le bilan. L’évènement s’interroge sur sa permanence et sa réactualisation, d’autant plus au Centre Pompidou, institution culturelle d’un nouveau genre dont la préfiguration germe au lendemain de 1968.
Il y a de l’esprit de Mai dans ce Centre ouvert sur la société.

Mai 68 – Assemblée Générale , c’est l’occupation permanente du Forum du Centre Pompidou sur plus de trois semaines sous forme d’expositions, de débats, de performances, des projections et des ateliers, le tout en entrée libre.
Trois axes majeurs en structurent la programmation.
Une fresque visuelle de 60 mètres de long sera le lieu d’une réinterprétation par le graphiste Philippe Lakits des slogans et des affiches de Mai 68 et une mise en valeur du fonds d’images du Centre International de Recherche sur l’Image Politique (CIRIP) d’Alain Gesgon. Cette tapisserie de Bayeux contemporaine replongera le visiteur dans le graphisme des Ateliers populaires, sans fétichisme. Il s’agit aussi de donner l’idée de l’impact des slogans de Mai dans une France sans journaux, radio ni télévision (en grève)....

Mai 68. L’architecture aussi !

 

Exposition du 16 mai au 16 septembre 2018 - Cité de l'architecture - Galerie haute des expositions temporaires - 45 avenue du Président Wilson - Paris 16e

La Cité de l’architecture & du patrimoine, propose à ses visiteurs une diversité culturelle exceptionnelle, en un lieu unique, sur 22 000 m 2 au cœur de Paris.
Du renouvellement urbain à la revitalisation du patrimoine, la question de la ville préoccupe chaque jour davantage nos contemporains....

Escif Open Borders

 

Au mois de mai, au Palais de Tokyo 13, avenue du Président Wilson 75116 Paris

Le Palais de Tokyo invite l’artiste Escif à déployer, sur la façade arrière de son bâtiment, une peinture monumentale sur laquelle il va reproduire les écritures qui accompagnaient les révoltes étudiantes de Mai 68 et les graffitis tracés clandestinement par les visiteurs dans les toilettes du Palais. Il va également déplacer en trompe-l’œil les éléments qui la composent (portes, escaliers de secours, drapeaux officiels).
La composition générale de la peinture reprendra celle du jeu de société  Serpents et échelles qui plonge le joueur dans un parcours entre vice et vertu. Une manière pour l’artiste de rendre à la rue le graffiti en questionnant la part de situationnisme et de politique qui anime l’action d’écrire sur les murs depuis les grottes pariétales jusqu’aux rues et souterrains actuels, tout en prolongeant la célèbre citation de Duchamp qui affirmait que « l’art est un jeu entre tous les hommes de toutes les époques. » ...

A l'Université de Nanterre - le programme officiel

 

Pour le cinquantenaire de Mai 68, l’Université Paris Nanterre choisit de reposer in situ les questions de l’imagination au pouvoir et des articulations entre art et politique, en impliquant toute sa communauté dans des moments forts de créations et de rencontres.

Entre janvier et octobre 2018, le campus s’ouvrira au plus large public et accueillera de nombreux invités pour des journées où se croiseront débats et manifestations artistiques. Échanges, performances et projections seront l’occasion d’élargir 68 dans le temps et l’espace, et réinterrogeront notre rapport à la cité, au travail, à la politique, à l’art et au collectif, sous l’angle de la jeunesse et des croisements générationnels.

Mondes possibles

 

Du 7 avril au 25 mai au Théätre des Amendiers 7 avenue Picasso Nanterre

D’avril à mai 2018, le centre dramatique national Nanterre-Amandiers célèbre à sa manière le 50 e anniversaire de Mai 68, invitant des créations artistiques dont le point commun est de défricher des territoires utopiques.

D’avril à mai 2018, le théâtre laisse sa porte grande ouverte et s’affranchit de la séparation entre intérieur et extérieur, scène et plein air, ville et théâtre. Une manière de se demander comment faire encore monde ensemble. À rebours de toute commémoration nostalgique,  Mondes possibles vient interroger les utopies de Mai 68 et rassemble, le temps de ce qui pourrait être un festival, des créations d’artistes et penseurs européens. Tandis que certains projets revisitent l’héritage contestataire et libertaire des événements de mai, d’autres échafaudent,
de manière plus prospective, des mondes possibles pour les temps à venir. Installations, spectacles en plein air, portrait de la ville de Nanterre, abécédaire philosophique, conférence théâtrale, concert, films, ou pièce chorégraphique, tous viennent poser la question du commun et de l’être ensemble....

A l'Université de Nanterre - les événements labellisés

 

La thématique annuelle est une stratégie que l’Université Paris Nanterre a adoptée depuis 2014. Son objectif est de rythmer l'année avec un fil conducteur, de donner une cohérence à nos actions de communication et de mettre en valeur auprès de l'ensemble de la communauté universitaire et des partenaires extérieurs différentes activités de l'université.

A cette occasion, une programmation officielle est prévue tout au long de l’année.
Hormis ce programme institutionnel, un processus de labellisation est mis en place dont l’objectif est de soutenir des manifestations ou des initiatives pouvant s’inscrire d’une manière ou d’une autre dans le cadre de cette thématique.