Les mises à jour

comment notre site est-il organisé ?

 

 

1*- Chaque nouvelle information est affichée au fur et à mesure dans cette page « Les mises à jour ».

2*- Ensuite chaque information est dupliquée dans la page spécifique, exemples :

« Formations », « Théâtre », « Livres », « Dossiers », « Revues », « Expositions », « Notes, articles, entretiens », etc…

3*- Une information peut donc se retrouver dans plusieurs pages : par exemple un livre se trouve dans la page "Les mises à jour", puis naturellement dans la page « Tous les livres », et peut également faire partie de la page « Livres sur l’écriture » ...

4*- Un événement (un salon, une conférence, une pièce de théâtre, etc…) qui se trouve dans la page « Les mises à jour », est également dans la page correspondante de « L’agenda » au(x) mois où il a lieu.

 

 - le dire et l'écrire

 

 

Voir aussi l'AGENDA 

La dernière lettre : Numéro 371 - 20 octobre 2021

20/10/2021

 

  1. Pour s'inscrire à la newsletter, remplir le formulaire  
  2. Proposer la newsletter à un.e ami.e, cliquer ICI

Le Congrès mondial des écrivains de langue française se poursuit en ligne

La ville de sète fête georges Brassens

19/10/2021

Brassens a 100 ans 

Il y a 100 ans, Georges Brassens voyait le jour à Sète. Sa ville natale, dans laquelle il a grandi et qu’il a ensuite quittée pour mieux y revenir, l’a fortement inspiré. Poète, compositeur, interprète, Brassens a marqué son époque par son regard incisif sur notre société. Il a su la bousculer, la questionner et la mettre en poésie. Ce centenaire, en plus de l’anniversaire festif auquel sont conviés tous les Sétois, va permettre de jeter un premier regard historique sur l’œuvre et l’homme dans son siècle, avec en fil conducteur, cette liberté individuelle si chère à l’artiste. Les célébrations de ce centenaire, qui vont s’étaler de juin à décembre, mettront à l’honneur les événements de la Ville, des festivals et associations avec le soutien du ministère de la Culture, de la région Occitanie, de Sète Agglopôle Méditerranée, de la Métropole de Montpellier et Port Sud de France.

Flaubert, adolescent incandescent : Mémoires d’un fou

18/10/2021

Un article paru dans DIACRITIK (le 18/10/2021) à l'occasion de la parution de "Mémoires d'un fou" aux éditions 1001.

"Les éditions 1001 nuits livrent une nouvelle édition de l’éblouissant Mémoires d’un fou dont l’écriture fût initiée par Flaubert à l’âge de quinze ans et qu’il achèvera à l’hiver 1838. 

Être expert en navigation dans le temps et avoir la possibilité de retrouver tous les instants de sa vie en un éclair et à n’importe quel âge : c’est ce genre de folie que dit ce récit signé par un Flaubert adolescent semblant avoir tout vécu. À la fin de sa vie – son journal en témoigne – il peut être illuminé comme s’il posait son regard sur la campagne normande pour la première fois. De quel genre de passage spécial dans le temps parlons-nous ici ? On peut avancer les mots autobiographie précoce si l’on veut mais il s’agit avant tout de s’adonner massivement à la littérature, de vivre uniquement à partir de cette visée. Flaubert est un forçat, qui opère très tôt une mise en joue radicale de la société. « …je ne suis pas entré (comme on dit) dans la société, car elle m’a paru toujours fausse et sonore, et couverte de clinquant, ennuyeuse et guindée. » Il se consacre exclusivement à la lecture, à la concentration. Départ canon ! Flaubert évoque son destin d’écrivain comme s’il était déjà derrière lui..."

... AIMEZ-VOUS PARLER DE VOS LIVRES ?

18/10/2021

 Mis à jour

Des auteurs répondent sur "Le nouveau blog de Pierre Ahnne"

"Pour fêter le dixième anniversaire de mon blog, créé en septembre 2011, j’ai demandé à des écrivains que j’ai rencontrés ou dont j’ai parlé au cours de ces dix années de répondre à une question : « Aimez-vous parler de vos livres ? » Les textes qu’ils m’ont fait l’amitié de m’adresser paraîtront, à raison d’un par semaine, dans l’ordre où ils me sont parvenus"

  Gilles Sebhan (28/08/2021)
 

Patrick Boman (04/09/2021)

  Anne Serre (11/09/2021)
  Eric Faye (25/09/2021) 
  Stéphane Lambert (02/10/2021)
   Hélène Veyssier (09/10/2021)
Victor Remizov (16/10/2021)

Parole tenue - Les nuits d'un confinement, mars-avril 2020

15/10/2021

Livre de Wajdi MOUAWAD

Dès le premier jour du premier confinement de l’année 2020, Wajdi Mouawad, directeur du théâtre de la Colline, prend la parole. Jour après jour. Pour briser la solitude, pour offrir une présence à l’autre, pour regarder ce qui nous arrive ensemble. Pour rester vivant ? Postée au quotidien comme un journal partagé sur le site du théâtre, cette parole intime et publique à la fois – et comme toujours avec Wajdi Mouawad, intimement politique –, et traversée des hauts et des bas tragi-comiques de la condition du confiné, c’est à l’évidence une écriture, une réécriture permanente du monde. C’est aujourd’hui un livre.

Le mythe Perec

15/10/2021

Un article paru dans la revue DIASPORIQUES / CULTURES EN MOUVEMENT n° 54 -  juillet 2021 (par jean-Luc Joly, président de l'association Georges Perec)

"Certains écrivains deviennent des auteurs : ils entrent dans l’histoire littéraire, leur œuvre est étudiée, enseignée, ils sont partie prenante de la culture d’un pays, d’un continent ; certains auteurs deviennent des classiques : ce qui caractérise alors leurs livres, pour reprendre les mots d’Italo Calvino, c’est qu’ils n’ont « jamais fini de dire ce qu’ils ont à dire » ; on peut les lire et les reprendre : en dépit de leur grand âge parfois, ils sont toujours neufs, ils constituent une réserve toujours recommencée de savoir, de vérité, de sagesse. Ils sont éternellement prégnants par anticipation. Certains classiques, enfin, deviennent des mythes : le public les connaît et les reconnaît, parfois même sans les avoir lus ; ce ne sont pas simplement des créations : ..."

L'Espèce humaine et autres écrits des camps

15/10/2021

Livre collectif

[David Rousset : L'Univers concentrationnaire. François Le Lionnais : La Peinture à Dora. Robert Antelme : L'Espèce humaine. Jean Cayrol : De la mort à la vie - Nuit et brouillard. Elie Wiesel : La Nuit. Piotr Rawicz : Le Sang du ciel. Charlotte Delbo : Auschwitz et après : Aucun de nous ne reviendra - Une connaissance inutile - Mesure de nos jours. Jorge Semprun : L'Écriture ou la Vie.]

« Il restera les livres, disait Jorge Semprun. Les récits littéraires, du moins, qui dépasseront le simple témoignage, qui donneront à imaginer, même s’ils ne donnent pas à voir… Il y aura peut-être une littérature des camps… je dis bien : une littérature, pas seulement du reportage… »
Les textes réunis dans ce volume ont été écrits entre 1946 et 1994 par des survivants des camps nazis. Ces survivants partagent un même dessein : témoigner de l’expérience qui a été la leur, la rendre mémorable dans une langue – le français – qu’ils ont reçue en héritage ou dont ils ont fait le choix. Moins en rapportant des épisodes extrêmes, des moments limites, qu’en rendant compte de l’ordinaire du temps concentrationnaire, sur quoi la mort règne et dans lequel s’effacent les formes et figures de l’humain.
Tous constatent que les mots manquent pour exprimer une telle insulte à l’espèce humaine. « On ne se comprenait pas » (Antelme). « Il n’y a rien à expliquer » (Cayrol). L’écriture touche là aux limites de son pouvoir. Dans une entreprise de cet ordre, impossible de satisfaire aux exigences de transparence et de véridicité généralement associées au langage quand il se fait témoignage. Pour que l’indéchiffrable monde des camps échappe, si peu, si partiellement que ce soit, à l’incommunicable, pour que quelque chose existe qui relève de la transmission, chacun de ces écrivains doit explorer l’envers du langage et approfondir la « réalité rêvée de l’écriture » (Semprun). C’est à « la vérité de la littérature » (Perec) qu’il revient de préserver la vérité de la vie.
Littérature. Le mot peut paraître sans commune mesure avec l’objet de tels récits. Il ne choquait pas leurs auteurs. C’est que la part littéraire ne relève pas chez eux d’un savoir-faire ou d’une rhétorique, moins encore d’un désir d’esthétisation. Mais d’un souci éthique de la forme, d’une morale du style. Antelme : « il faut beaucoup d’artifice pour faire passer une parcelle de vérité. » Semprun : « Raconter bien, ça veut dire : de façon à être entendus. On n’y parviendra pas sans un peu d’artifice. Suffisamment d’artifice pour que ça devienne de l’art ! » Permettre d’imaginer l’inimaginable, rendre le lecteur sensible à une vérité aussi inconcevable exige une profonde réélaboration de la réalité.
C’est en cela que les livres ici réunis sont des chefs-d’œuvre de la littérature du second XXe siècle. Et c’est pour cela que les qualifier de chefs-d’œuvre de la littérature ne les disqualifie pas, ne les rend pas inférieurs à la fonction que leur ont assignée leurs auteurs : témoigner d’« une catastrophe qui a ébranlé les fondements mêmes de notre conscience » (Cayrol).
C’est bien à la littérature – ici non pas truchement de l’illusion, mais instrument de la vérité – que ces survivants, ces écrivains, ont confié le soin de dérober au silence et à l’oubli une part de leur expérience et une pensée de ce que furent les camps, non pas simple moment de l’Histoire, mais entreprise sans précédent de négation de l’homme.

La Saga Des Cazalet - Tome 4 : Nouveau Départ

15/10/2021

Livre d'Elizabeth Jane Howard

Juillet 1945. Deux mois après la fin de la guerre, la famille Cazalet décide de quitter Home Place pour retourner vivre à Londres. Pourtant, si la paix est enfin signée, rien ne sera jamais plus comme avant... Rupert, après cinq ans d'absence, retrouve une Angleterre encore sous le coup des privations et des bouleversements politiques. L'espoir déçu de renouer avec la vie d'avant-guerre semble confirrmé par la mort du Brig et par le divorce d'Edward et de Villy. Les plus âgés des enfants Cazalet, désormais adultes, doivent apprendre à composer avec leurs parents dont ils découvrent que les préoccupations ne sont pas si éloignées des leurs. Louise s'ingénue à trouver des échappatoires à la vie conjugale, mais sa tentative de revenir à sa première passion, le théâtre, se solde par un échec. Clary et Polly partagent toujours un appartement à Londres ; Clary est la secrétaire d'un agent littéraire exigeant et tyrannique, tandis que Polly devient assistante dans une entreprise de décoration d'intérieur. Chacune s'efforce de tracer sa voie, entre mésaventures et déconvenues amoureuses. Ami et proche confident, Archie se révèle plus que jamais le dépositaire des secrets de la famille. Nouveau Départ est le tome du difficile renouveau. L'heure est venue pour chacun de surmonter les épreuves passées et de se défaire des inhibitions pour découvrir la vertu de l'aveu.

 

Les 3 premiers tomes de "La saga des Cazalet" 

  1. Etés anglais - Tome 1
  2. A rude épreuve - Tome 2 
  3. Confusion - Tome 3
  •  Le tome 1  vient de sortir au format poche chez FOLIO

La Panoplie littéraire : Marie-Hélène Lafon

15/10/2021

Le dossier de la revue DECAPAGE n° 64 - octobre 2021

Entrée en littérature sur le tard, elle a petit à petit imposé sa voix. Dans le JDD (en 2016), Bernard Pivot : « L’écriture de Marie-Hélène Lafon est dure. Tenue, acérée, impitoyable. Mais aussi visuelle, sensuelle, avec, comme dans le regard des femmes, des éclairs de cruauté et de compassion. » Marianne Payot dans L’Express (2020) :
« Aucune graisse mais beaucoup de chair » dans ses textes. Les personnages de ses romans vivent en nous, comme les membres de notre famille qu’on ne fréquente plus mais à qui on continue de penser. Ses lecteurs se reconnaissent entre eux et dans ses livres. Beaucoup lui écrivent de longues lettres, bouleversés par ses romans. Marie-Hélène Lafon sait ce qu’elle doit à chaque lecteur et aussi aux libraires.
Pour tous, elle dresse sa Panoplie en toutes lettres, de A à Z.

A lire aussi le dossier sur les réseaux sociaux : Les réseaux sociaux : simple occupation, façon de meubler les temps morts, fenêtre sur l’époque, mise en scène de soi, véritable addiction ? 15 écrivains reviennent sur ce que la pratique – ou l’observation – des réseaux sociaux leur inspire.

Le 22.03.2014

L'APA organise sa prochaine a Table-ronde 2014 sur le thème Ego numericus.

Elle a lieu le 22 Mars 2013, à l’École Normale Supérieure, 45 rue d'Ulm, 75005, Paris.

L’écriture numérique et la connexion universelle sont-elles en train de changer notre identité: notre rapport au temps, à l’espace, à l’information, à la pensée, à autrui, à nous-mêmes ? Après l’horloge, l’imprimerie et le chemin de fer, l’ordinateur et Internet seraient-ils en train de créer un homme nouveau ? Homo faber, devenu homo numericus, aura-t-il la même mémoire, les mêmes modèles, les mêmes projets ? L’identité narrative, fondée sur le récit, s’effacera-t-elle devant l’identité numérique, fondée sur le dialogue ? Quelle place pour le for intérieur, le silence, la lenteur, l’intime ? Quels nouveaux rapports entre les générations ? « Ego numericus » : apothéose ou éclatement de l’individu tel qu’il s’est construit dans l’Europe de l’époque moderne ?

avec Dominique Cardon, Christine Genin, Christophe Grossi, et Pierre, dit l'Idéaliste.

Portraits d’écrivains en héritiers mineurs

14/10/2021

Un article paru le 13 octobre 2021 dans EN ATTENDANT NADEAU à propos de

"Trois récits de généalogie familiale accompagnent cette rentrée littéraire, Sages femmes de Marie Richeux, Une vie cachée de Thierry Hesse et Les enfants de Cadillac de François Noudelmann. Dans chacun d’eux, un auteur ou une autrice reconnue, établie, s’éprouve comme le premier ou la première écrivant-e de sa famille, revient sur l’origine modeste et minorée de celle-ci, en interroge les silences, interrogeant ainsi les malaises de l’histoire nationale, qui n’en manque guère. Et de l’un à l’autre de ces récits, avec d’évidentes différences de ton et d’attention littéraire, une figure autobiographique commune prend consistance : celle de l’écrivain en héritier généalogique d’histoires et de figures mineures, souvent tues, qu’il lui appartient de déchiffrer et de faire connaitre, voire de réhabiliter. S’ensuivent des récits de soi qui font de l’activité d’écrire la secrète survivance familiale de façons d’être ou d’activités professionnelles socialement peu valorisées – et de l’humilité une sorte de patrimoine ou de matrimoine littéraire...."

Sorj Chalandon présente son livre "Enfant de salaud"

14/10/2021

Vidéo de la librairie Mollat

Des prix littéraires

14/10/2021

Calendrier des prix littéraires de l'automne 2021 : ICI

Des prix :

  • Prix Nobel de Littérature (7 octobre 2021) : ABDULRAZAK GURNAH, pour l'ensemble de son oeuvre [un article d'En Attendant Nadeau]
  • Prix Fondation Prince Pierre de Monaco (12 octobre 2021) : ANNIE ERNAUX, pour l'ensemble de son oeuvre [LivreSHebdo]
  • Coup de coeur des Lycéens (12 octobre 2021) : ROUKIATA OUEDRAOGO, pour son livre "Du miel sous les galettes"

Pierre Ahnne à propos de "Smotshè, Biographie d’une rue juive de Varsovie"

14/10/2021

Article paru le 13 octobre 2021 sur le blog de Pierre Ahnne

"Jusqu’où ira le biographique ? En colonisant le roman, au moins ne changeait-il pas d’objet. C’était toujours l’histoire de gens… Benny Mer, journaliste, traducteur et éditeur israélien, change l’objet, lui, et, du coup, inaugure un genre nouveau : la biographie de lieu — ici, de rue. 

La rue Smotshè (en yiddish), Smocza (en polonais) était une longue artère dans un des quartiers juifs de Varsovie. Elle s’est trouvée placée au cœur du ghetto. Notre auteur a entrepris de rassembler tout ce qu’il a pu trouver sur ce sujet, c’est le cas de le dire, bien délimité : extraits de presse, textes littéraires, documents d’archives et témoignages recueillis auprès des rares anciens habitants encore en vie ou de leurs descendants. Il y a ajouté des photos, prises, pour la plupart, entre les deux guerres. Et il a élaboré une construction simple et singulière : naissance de l’héroïne, à la fin du XVIIIe siècle ; sa vie d’un numéro à l’autre, avec trois pauses consacrées en particulier aux enfants de la rue, aux relations qu’y ont entretenues Juifs et Polonais non juifs, aux théâtres qui y ont existé...."

Camille de Toledo : « Conter une autre histoire de l’avenir »

13/10/2021

Un entretien avec l'auteur du livre "Le Fleuve qui voulait écrire", paru dans DIACRITIK du 13 octobre 2021

"Dans un grand entretien, et au nom du Parlement de Loire, Camille de Toledo a accepté de répondre aux questions de Diacritik pour nous présenter cette autre Vie nouvelle, à l’échelle des écosystèmes, qu’est Le Fleuve qui voulait écrire. À l’origine du collectif, il a animé les auditions du parlement avant de mettre en récit les voix plurielles déployant une interrogation essentielle portée par Loire : « Et si les entités naturelles, rivières, montagnes, forêts, océans, glaciers et sols… étaient, à force d’exploitation, de prédation, en voie d’inventer leur grammaire, exigeant leur représentation ? »

Il va être extrêmement complexe de rendre la richesse du Fleuve qui voulait écrire en quelques questions. Mais peut-être peut-on commencer par revenir sur l’origine de ce livre : il est « le dépôt » (au sens géologique du terme d’abord) de deux années de travail, de notes et enregistrements, des auditions et débats, puis le rassemblement et la « mise en récit » de ces auditions, une mise en récit qui est mise en commun et partage, à la fois rassemblement et déploiement. Peux-tu nous raconter la genèse de ce projet qui est aussi une expérience ?

… il y a un désir, le long de Loire, de penser un parlement de la rivière, porté par Maud Le Floch et le pôle art et urbanisme. J’avais, de mon côté, cette pratique – je l’ai encore – autour de ce que je nomme les « institutions potentielles » ...."

Les utopiales

13/10/2021

Du 29 octobre au 1 novembre 2021, festival de la science fiction - Cité des Congrès de Nantes - 5, rue de Valmy - Nantes

"... Cette année, les Utopiales questionnent les transformations mineures et majeures qui en découlent, chevauchent la transition, évoluent pour mieux s’adapter en même temps que l’humanité toute entière.

La science-fiction l’avait prédit et le Fléau est là. Pour la première fois de son histoire peut-être notre espèce doit affronter globalement une calamité commune. Nous sommes tous, les êtres humains, au coude à coude pour gérer la situation collective. Que ferons-nous demain ? Parviendrons-nous à réformer suffisamment nos désirs, comportements et usages afin de faire face aux épreuves prochaines ?
La transformation est peut-être la clé de l’avenir.

C’est pourquoi, les Utopiales 2021 traiteront des Transformations, que nous subirons, que nous provoquerons ou que nous choisirons.

Et en cet instant T, où notre planète bascule, serons-nous décroissants ou survivalistes ?
Solidaires prêt à tout construire et reconstruire ou loups solitaires se nourrissant des restes d’un monde jusqu’à épuisement total ?
Existe-t-il encore une place pour l’utopie d’une post apocalypse heureuse ?"

La dernière lettre : Numéro 370 - 13 octobre 2021

13/10/2021

 

  1. Pour s'inscrire à la newsletter, remplir le formulaire  
  2. Proposer la newsletter à un.e ami.e, cliquer ICI

Festival d'Avignon 2021

 

Le programme du festival du 5 au 25 jullet 2021

Fondé en 1947 par Jean Vilar, le Festival d'Avignon est aujourd'hui l'une des plus importantes manifestations internationales du spectacle vivant contemporain. Chaque année, en juillet, Avignon devient une ville-théâtre, transformant son patrimoine architectural en divers lieux de représentation, majestueux ou étonnants, accueillant des dizaines de milliers d'amoureux du théâtre de toutes les générations. Le Festival réussit l'alliance originale d'un public populaire avec la création internationale. Avignon, c'est également un esprit : la ville est un forum à ciel ouvert, où les festivaliers parlent des spectacles et partagent leurs expériences de spectateurs. Un mois durant, tous peuvent avoir accès à une culture contemporaine et vivante.

Le programme est composé de spectacles, mais aussi de lectures, d'expositions, de films et de débats, qui sont autant d'entrées dans l'univers des artistes et intellectuels invités. Il y a, chaque soir au Festival, une ou plusieurs « premières », qui font d'Avignon un véritable lieu de créations et d'aventures, pour les artistes comme pour les spectateurs.

Canadiennes et québécoises - 9E FESTIVAL INTERNATIONAL DES ÉCRITS DE FEMMES

12/10/2021

Les 16 et 17 octobre 2021 - La Maison de Colette - 8-10 rue Colette 89520 Saint-Sauveur en Puisaye - Tél. : 03.86.44.44.05. / 03.86.44.44.06

À l’occasion du jumelage entre la Maison de Colette et la Maison Gabrielle-Roy au Manitoba, le Festival international des écrits de femmes met en lumière la diversité des écrits de femmes francophones, anglophones et autochtones au Canada.

Des pionnières du XIXe siècle aux féministes du XXIe siècle, les femmes de lettres ont incarné au Canada les grandes révolutions littéraires et sociales : de Gabrielle Roy, qui inventa le roman moderne canadien, à Nelly Arcan et à Marie-Claire Blais qui placèrent la littérature canadienne au cœur des avant-gardes mondiales, jusqu’à Margaret Atwood dont l’œuvre incarne aujourd’hui le combat féministe.

Conformément à sa vocation, le FIEF permettra de faire découvrir ou redécouvrir les grandes figures de cette histoire au féminin pluriel et donnera la parole aux créatrices contemporaines qui incarnent et font vivre la littérature au Québec et dans tout le Canada avec une attention particulière aux littératures autochtones qui en font la richesse.

Conférences, tables rondes, lectures, entretiens et signatures.

Avec la participation de : Daphné B., Joséphine Bacon, Hélène Dorion, Louise Dupré, Lise Gaboury-Diallo, Marie-Thérèse Fortin, Lise Gauvin, Achmy Halley, Marie-Eve Lacasse, Marie-Andrée Lamontagne, Linda Leith, Antonine Maillet*, Jeanne Mathieu-Lessart, Danielle Michel-Chich, Madelaine Monette, Nicole Pellegrin, Brigitte Pilote, Marie Hélène Poitras*, François Ricard, Lori Saint-Martin, Josyane Savigneau, Chloé Savoie-Bernard, Anne-Isabelle Tremblay…

Les violences faites aux femmes

12/10/2021

Un Cycle de lectures suivies de tables rondes au théâtre de la Boutounière - 25 rue Popincourt 75011 Paris

  • Dimanche 10 octobre 2021 à 16h - Dimanche 24 octobre 2021 à 16h
  • Dimanche 7 novembre 2021 à 16h - Dimanche 14 novembre 2021 à 16h
  • Dimanche 12 décembre 2021 à 16h - Lundi 13 décembre 2021 à 16h (séance destinée à des jeunes de 14 - 18 ans)

Lors de ces manifestations organisées à raison de deux dimanches après-midi par mois, des extraits d’ouvrages littéraires, pièces de théâtre, poésies, romans, essais et témoignages, seront lus par des actrices en présence d’un public. Ces temps littéraires seront suivis d’une table ronde constituée d’intellectuelles, d’artistes, de chercheuses, de journalistes, de personnalités médiatiques, de femmes politiques, s’interrogeant sur la place de la femme dans nos sociétés, et toutes répondant à ce souhait : un temps de partage culturel et intellectuel ayant pour visée la compréhension d’un processus d’exclusion et définir les moyens d’actions utiles à la lutte contre cette forme de violence. 

Cette initiative mêlant l’artistique et le débat accueillera des participantes comme Marianne Denicourt, Cécile Brune, Geneviève Fraisse, Danièle Obono, Raphaëlle Rémy-Leleu, Sophie Bessis...

Chaque séance fera l’objet d’une captation audiovisuelle diffusée en Live puis en streaming sur les réseaux sociaux.

Entrée 10€ - Réservations recommandées  (Passe Sanitaire et port du masque obligatoires)

A propos de "Changer : méthode" et autres livres d'Edouard Louis

12/10/2021

Une recension de Christian Lejosne (sur son blog) à propos de "Changer : méthode" et autres livres d'Edouard Louis

"Édouard Louis boucle avec ce livre un cycle de cinq récits autobiographiques (1) commencé en 2014 avec Pour en finir avec Eddy Bellegueule. Sept années d'une trajectoire tout sauf linéaire, discontinue, fragmentée, pleine de ruptures, permettent, bon an mal an, à l'auteur de prendre place dans ce que l'on appelle l'ascenseur social. Né dans une famille ouvrière du nord de la France, pauvre et rurale, l'auteur franchit la frontière invisible le menant à la classe moyenne d'une ville de province (Amiens) puis à Paris où il se croit (pour un temps) parvenu au sommet du monde. Un parcours atypique de transfuge de classe et d'homosexualité progressivement assumée qu'il cherche à décrypter à travers ce livre. Pour gravir les différents échelons de la société, il utilise chaque fois la même méthode : le mimétisme pour tenter de s'adapter ; puis, faute d'y parvenir, la fuite vers d'autres contrées. Allant jusqu'à se perdre tout à fait. Pour se trouver enfin ? ..."

Séminaire Autobiographie et Correspondances, saison 2021-2022

11/10/2021

le programme de la nouvelle saison du séminaire Autobiographie et correspondances, qui sera cette année consacrée à l’écriture de la biographie, avec comme d’habitude quelques incursions du côté du journal et de la correspondanc

Samedi 20 novembre 2021 – 10h-13h – Salle Beckett, 45 rue d’Ulm
Françoise Simonet-Tenant : Le Site Ecrisoi
Véronique Montémont : Biographie et contexte : éditer les mémoires politique d’Albert Beugras

Samedi 11 décembre 2021- 10h-13h – Salle Beckett, 45 rue d’Ulm
Janine Altounian, entretien autour de L’Effacement des lieux (PUF, 2019)
Hélène Gestern : La biographie subjective (autour d’Armen, Arléa, 2019)  

Samedi 15 janvier 2022 – 10h-13h00 – Salle Beckett, 45 rue d’Ulm
Laurence Santantonios : la collection « Le Dire et l’Ecrire », autour des fonds APA (avec plusieurs auteurs de la collection)

Mardi 15 février 2022, 17h-19h, Amphi Jaurès, séance commune avec le séminaire général
Jean-Marc Hovasse invite Bertrand Marchal : « Mallarmé, correspondance et genèse »

Jeudi 17 mars 2022 – 17h-19h – Salle Paul Langevin, Bâtiment Jaurès, 29 rue d’Ulm
Entretien avec Evelyne Bloch-Dano, biographe
Nicolas Malais et Sophie Pujas, présentation de Journaux intimes, raconter la vie (Gallimard/Hoëbeke, 2021)

Samedi 14 mai 2022 – 10h-13h – Salle Celan, 45 rue d’Ulm
Guy Ducrey, présentation de la correspondance de Jean Cocteau et Georges Gréciano
Bernard-Marie Garreau, Les Dimanches de Carnetin

La Machine de Turing

10/10/2021

Jusqu'au 30 janvier 2022, une pièce de théâtre de Benoit Solès , mis en scène par Tristan Petitgirard au Théâtre du Palais Royal - 38 rue de Montpensier , 75001 Paris.

L'incroyable destin d'Alan Turing, le mathématicien anglais qui a brisé le code secret de l'Enigma allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.

Turing a construit une machine pensante qui se révèlera être le premier ordinateur. Contraint au silence par les services secrets, il fut condamné pour homosexualité, avant de se suicider en croquant une pomme empoisonnée rappelant étrangement un célèbre logo...

"Vous est-il déjà arrivé de détenir un secret, un grand secret ? Non ? Dans ce cas, vous ignorez combien il peut être difficile de le garder pour soi.
De toutes les choses immatérielles, le silence est l'une des plus lourde à porter. Et justement, ma vie était remplie de secrets...
Avez-vous déjà entendu parler de l'Enigma ? Bien sûr que non, comment le pourriez-vous ? Alors, c'est le moment d'être bien attentif."

Savoir faire émerger une voix et un univers, trouver la langue qui va le porter

10/10/2021

Un entretien paru dans L'INVENTOIRE, revue électronique d'ALEPH-ECRITURE, le 9 octobre 2021

Christophe Duchatelet est l’auteur de trois romans : Le Stage agricole, Flammarion, 1997. Pelles & Râteaux, Calmann-Lévy, 2008. Par-dessus ton épaule, Grasset, 2017. Il travaille dans l’édition comme ghostwriter et conseiller littéraire. Cofondateur de La Revue Perpendiculaire (Flammarion, 1995-1998), il a également été scénariste pour la TV et le cinéma. Il enseigne le storytelling éthique à l’Iscom. Titulaire d’un master de Création littéraire à l’Université de Paris 8, ses recherches littéraires explorent la question des voix (humaines et non humaines) à travers des récits aux accents fantastiques (écologie, nouvelle alliance avec le vivant).

Le 14 juillet 1953 - le 17 octobre 2021

10/10/2021

Une page de livres sur deux journées de massacres d'Algériens à Paris, il y a respectivement 77 et 60 ans.

  1. Le 14 juillet 1953, à la fin de la manifestation commémorant la prise de la Bastille, la police tue 6 Algériens et un ouvrier parisien.
  2. Le 17 octobre 1961, à l'appel du FLN une manifestation pacifique est organisée pour protester contre le couvre-feu discriminatoire instauré par le Préfet de police Maurice Papon. Les forces de l'ordre dispersent très violemment cette manifestation. Selon les historiens, on compte aux alentours de 100 à 250 morts et disparus et 2300 blessés en quelques jours.

Le visage de pierre

10/10/2021

Livre de William Gardner Smith

Fuyant les États-Unis et le racisme qui y règne, Simeon, un noir américain, arrive au début des années 1960 à Paris. Ici, les noirs se promènent sans craindre pour leur vie, et la diaspora américaine a pignon sur rue : dans les cafés, on refait le monde entre deux morceaux de jazz, on discute de politique en séduisant des femmes… Tout semble idyllique dans la plus belle ville du monde. Mais Simeon s’aperçoit bien vite que la France n’est pas le paradis qu’il cherchait. La guerre d’Algérie fait rage, et un peu partout, les Algériens sont arrêtés, battus, assassinés. En rencontrant Hossein, un militant algérien, Simeon comprend qu’on ne peut être heureux dans un monde cerné par le malheur : il ne peut pas rester passif face à l’injustice. Écrit en 1963, Le Visage de pierre fut le seul livre de William Gardner Smith à n’avoir jamais été traduit en français, et l’on comprend pourquoi : pour la première fois, un roman décrivait un des événements les plus indignes de la guerre d’Algérie, le massacre du 17 octobre 1961. Dans cet ouvrage où l’honneur se trouve dans la lutte et dans la solidarité, William Gardner Smith explore les zones d’ombre de notre récit national.

Patrick Modiano : "Basculer dans l'imaginaire"

09/10/2021

Un entretien avec Patrick Modiano sur France Culture, le 7 octobre 2021

Reprenant ses thèmes de prédilection, de la mémoire aux traumatismes de l’Occupation, Patrick Modiano transmet une nouvelle fois les sensations du passé retrouvé, un véritable « art de la mémoire » dont il nous parle ce matin. 

La vie des langues - Oslo / Hanoï

09/10/2021

Du 18 au 21 novembre 2021 à Saint-Nazaire - Alvéole 12

Du 22 au 24 novembre 2021 Paris et Ile de France

"Si on ne souscrit pas au mythe de Babel, leur apparition est énigmatique : elles naissent, croissent, se déploient, rayonnent, puis s’éteignent. Nous savons tous que nous parlons, écrivons surtout, de futures langues mortes. Le passé de notre propre langue, le temps passant, se dérobe : la plupart des lecteurs français lisent aujourd’hui les œuvres de Rabelais ou de Montaigne dans des versions modernisées. Cette vie des langues, leur évolution, leur fragilité, est le thème des rencontres internationales Meeting de cette année 2021, à Saint-Nazaire et à Paris.
Les écrivains invités se penchent ici sur l’histoire de leur propre langue d’écriture et de lecture. Les deux littératures mises à l’honneur lors de cette dix-huitième édition des Rencontres sont la norvégienne et la vietnamienne, écrivains norvégiens confrontés à la dualité nationale de leurs langues d’usage, nynorsk et bokmål, écrivains vietnamiens maniant l’une des rares langues asiatiques transcrite en alphabet latin, le quôc ngū, après les écritures hán puis nôm d’origines chinoises. Et nous demanderons à tous ces écrivains, depuis différentes régions du monde, d’Espagne et des Comores, de la Somalie comment ils ont découvert la littérature mondiale traduite dans leurs langues." 

le journal littéraire dans les contextes français et hispanique

10/10/2021

Les 8 et 9 novembre 2021, un colloque international organisé par les universités de Pau et de Cordoba - Salle du Conseil de Lettres - Bâtiment UFR Lettres Université de Pau et des Pays de l´Adour

Depuis le XIXe siècle, le journal personnel a progressivement été considéré comme une œuvre littéraire et a donné naissance à un nouveau genre narratif propre à la modernité: le journal littéraire. Dans cette catégorie se trouvent de nombreux textes, depuis les journaux privés du XIXe ou du début du XXe siècle, jusqu’aux écrits publics des  premières décennies du XXIe siècle, qui tous développent les possibilités littéraires de la structure diaire. Il s’agit toutefois d’œuvres qui se trouvent souvent aux limites mouvantes du concept de littérature. Tout en participant à une évolution d’un grand intérêt du point de vue historico-littéraire, elles mettent en jeu de nombreux éléments nouveaux d’un point de vue théorique. Ce colloque analysera des exemples de ce phénomène narratif dans deux traditions diaires différentes mais liées: celles des milieux français et hispanique. Les lignes de recherche proposées sont au nombre de trois: la théorie du journal littéraire; la configuration auctoriale dans le journal littéraire; l’analyse des journaux littéraires de ces domaines. Grâce à la participation de chercheurs d’universités françaises et espagnoles, une perspective comparative est envisagée, qui mettra en lumière, avec les similitudes et les différences propres à chaque environnement, le développement du journal littéraire dans le contexte européen.

avant que j'oublie

09/10/2021

Livre d'Anne Pauly [Edition poche - Cet ouvrage,  paru initialement en août 2019] a reçu le prix du Livre Inter 2020, le prix Summer 2020, le prix Robert-Walser 2020, le prix Pauline-de-Siminane 2020, le prix Envoyé par la Poste 2019 et le prix À livre ou verre des librairies Mémoire 7 à Clamart et Le Point de coté à Suresnes.]

Il y a d’un côté le colosse unijambiste et alcoolique, et tout ce qui va avec : violence conjugale, comportement irrationnel, tragi-comédie du quotidien, un « gros déglingo », dit sa fille, un vrai punk avant l’heure. Il y a de l’autre le lecteur autodidacte de spiritualité orientale, à la sensibilité artistique empêchée, déposant chaque soir un tendre baiser sur le portrait pixelisé de feue son épouse ; mon père, dit sa fille, qu’elle seule semble voir sous les apparences du premier. Il y a enfin une maison, à Carrières-sous-Poissy et un monde anciennement rural et ouvrier.

De cette maison, il va bien falloir faire quelque chose à la mort de ce père Janus, colosse fragile à double face. Capharnaüm invraisemblable, caverne d’Ali-Baba, la maison délabrée devient un réseau infini de signes et de souvenirs pour sa fille qui décide de trier méthodiquement ses affaires. Que disent d’un père ces recueils de haïkus, auxquels des feuilles d’érable ou de papier hygiénique font office de marque-page ? Même elle, sa fille, la narratrice, peine à déceler une cohérence dans ce chaos. Et puis, un jour, comme venue du passé, et parlant d’outre-tombe, une lettre arrive, qui dit toute la vérité sur ce père aimé auquel, malgré la distance sociale, sa fille ressemble tant.

[Un article de DIACRITIK du 03/09/2019]

chevreuse

09/10/2021

Livre de Patrick Modiano 

« Pour la première fois depuis quinze ans, le nom de cette femme lui occupait l'esprit, et ce nom entraînerait à sa suite, certainement, le souvenir d'autres personnes qu'il avait vues autour d'elle, dans la maison de la rue du Docteur-Kurzenne. Jusque-là, sa mémoire concernant ces personnes avait traversé une longue période d'hibernation, mais voilà, c'était fini, les fantômes ne craignaient pas de réapparaître au grand jour. Qui sait ? Dans les années suivantes, ils se rappelleraient encore à son bon souvenir, à la manière des maîtres chanteurs. Et, ne pouvant revivre le passé pour le corriger, le meilleur moyen de les rendre définitivement inoffensifs et de les tenir à distance, ce serait de les métamorphoser en personnages de roman. »

[Présentation par l'auteur à la GRANDE LIBRAIRIE, le 7 octobre 2021 - vidéo]

[Un article d'EN ATTENDANT NADEAU, le 6 octobre 2021]

ChevreuseChevreuse [73 Kb]

implosions

08/10/2021

Livre de Hyam Yared

Le 4 août 2020 à 18 heures et 7 minutes, la narratrice se voit propulsée sous le bureau de sa thérapeute. Elle est à quatre pattes, entre son mari et leur psy. Une bombe vient de ravager Beyrouth. Une apocalypse. Et le scénario en train de se produire dans ce cabinet : celui d'un couple en déliquescence. La narratrice est une affranchie. Elle veut vivre tout de suite et tout à la fois. Être mère, épouse et écrivaine, « beauvoirienne » et pondeuse multi―récidiviste. Plutôt que de choisir, elle a embrassé la multitude : femme remariée, mère de cinq filles, auteure de nombreux livres, écartelée entre Beyrouth et Paris, entre sa soif d'écriture et ses maternités, entre la joie de l'enfantement et l'instinct de fuite. Son énergie vitale est ce prix, c'est une bombe à retardement. Comme son couple, tiraillé entre un homme analyste et une femme guidée par les méandres de l'écriture. En bref, « la rencontre d'une centrale nucléaire avec une éolienne ». Comme cette ville qu'est Beyrouth, fendue, divisée, sectionnée de toutes parts, par les guerres, les rancoeurs entretenues, jusqu'à cette ultime désintégration. La narratrice n'a plus que l'écriture pour consolation. Elle prend la plume à bras le corps et nous offre un récit d'une puissance inouïe où se reflètent jusqu'au vertige l'explosion de la ville et la déflagration intime, la dérive orwellienne de notre planète et l'hyper-connexion des êtres humains qui évoluent désormais « en distanciation sociale ». On retrouve le style plein d'humour et de rage de vivre de Hyam Yared, ses réflexions sur le sens de nos vies, la sexualité, le couple, la maternité, l'inadaptation au monde délirant dans lequel nous vivons... et l'amour qui triomphera toujours de la fin du monde.

[Recension de Georgia Makhlouf dans L'ORIENT LITTERAIRE, le 7 octobre 2021]

ImplosionsImplosions [154 Kb]

Hyam Yared réinvente l’intime au milieu du désastre

08/10/2021

Un article de Georgia Makhlouf paru le 07/10/2021 dans L'ORIENT LITTERAIRE, à propos du livre "Implosions" de Hyam Yared

"Un couple et un pays qui explosent en même temps, voilà le sujet dont Hyam Yared s’empare pour son sixième roman qui vient de paraître. Elle le fait avec une énergie remarquable, conférant à son récit un rythme battant qui ne faiblit pas, un souffle jubilatoire.

Le 4 août 2020 de sinistre mémoire, la narratrice est chez sa psychothérapeute avec son mari. Ensemble, ils ont décidé d’entreprendre de sauver leur couple qui, après un temps d’amour brûlant, connaît une traversée du désert à laquelle ils ne se résignent pas. Lui se plaint de son pessimisme qui a tué entre eux l’érotisme, de ses humeurs qui changent aussi vite que défilent les secondes, de son désir de quitter le pays qui resurgit à tout propos car tout déteint sur son humeur : la situation politique, la parution d’un livre, la dévaluation de la monnaie locale, les couches tectoniques de l’Histoire ... "

Vivian Maier en toute discrétion

07/10/2021

Livre de Françoise Perron

Une nouvelle photographe, Vivian Maier, est découverte en 2010 alors qu’elle vient de disparaître. Ses dizaines de milliers de clichés, dont une majorité de négatifs non développés, ont été découverts après sa mort, faisant d’elle une artiste célèbre. À partir de là, tous s’interrogent sur l’histoire de cette femme, sur sa personnalité, et découvrent qu’elle a aussi, un lien très fort avec la France.
Françoise Perron est partie sur ses traces, à New York, à Chicago et dans les Hautes-Alpes et a recueilli le récit de ceux qui l’ont bien connue en France et aux États-Unis, dévoilant ainsi, au-delà de la caricature de nounou acariâtre, qui a souvent circulé à son sujet, une personnalité trouble et attachante. De l’enfance de Vivian Maier dans cette vallée du Champsaur des années trente en passant par l’adolescence au sein d’une famille qui se déchire, jusqu’à cette jeune femme qui brave les usages de la société américaine des années cinquante, le livre retrace toutes les époques. À travers l’oeuvre prolifique de la photographe, dispersée entre les mains de différents collectionneurs, l’ouvrage dévoile les différentes facettes de sa personnalité : son intelligence, sa curiosité intellectuelle.

[Exposition de photographies jusqu'au 16 janvier 2022 au Musée du Luxembourg - Paris]

La dernière lettre : Numéro 369 - 06 octobre 2021

06/10/2021

 

  1. Pour s'inscrire à la newsletter, remplir le formulaire  
  2. Proposer la newsletter à un.e ami.e, cliquer ICI

Smotshè : biographie d’une rue juive de Varsovie

05/10/2021

Livre de Benny Mer

Entre les deux guerres, les Juifs représentent environ un tiers de la population de Varsovie. Benny Mer choisit de les faire revivre à travers la visite guidée d’une des rues les plus pauvres du quartier juif de la ville, la rue Smocza (Smotshè en yiddish). Pour cela, il s’est plongé dans la presse yiddish, ses annonces, les faits divers, les fragments littéraires…
Les personnages rencontrés – souvent des petites gens, tailleurs, vendeuses au marché… – sont une source essentielle pour l’auteur. Il tente alors de retrouver ce qu’ils sont devenus après 1939 et parvient parfois à retracer qui a été enfermé dans le ghetto, qui y est mort, qui y a combattu durant l’insurrection, etc.

SmotsheSmotshe [208 Kb]

521 ROMANS POUR LA RENTRÉE LITTÉRAIRE 2021

05/10/2021

Mise à jour de la page "Rentrée littéraire 2021"

La folle et inconvenante histoire des femmes

04/10/2021

Du 03 octobre au 30 décembre 2021, le Jeudi, vendredi et samedi à 19h et 21h, dimanche à 20h, une pièce de Laura Léoni au théâtre de au théâtredx Le Funambule Montmartre - 53 rue des Saules, 75018 Paris

Une immersion drôle, détonante et décalée dans l'histoire des grandes muettes des siècles passés, les femmes !

Ce spectacle met en scène une jeune femme qui, à travers un livre d'histoire légué par sa grand-mère, décide de donner enfin la parole aux grandes muettes des siècles passés, les femmes.

De la Préhistoire jusqu'au XXIème siècle, elle donnera vie à des personnages féminins, réels ou fictifs, hétérosexuels ou homosexuels, qui ensemble entre humour et engagement se feront les témoins de cette grande histoire oubliée des femmes, leur histoire.