L'Inventoire

c'est qui ? C'est quoi ?

 

L’INVENTOIRE est une revue web destinée à tous les passionnés de littérature. Nous y proposons des interviews d’écrivains, des propositions d’écriture, des interventions pédagogiques et des chroniques littéraires.

Créée à l’initiative du centre de formation Aleph-Écriture, bénéficiant du soutien de l’association européenne des programmes d’écriture créative (EACWP), L’INVENTOIRE est ouvert aux écrivains, lecteurs, formateurs en écriture, enseignants de littérature et bibliothécaires. Ils pourront y apporter leur contribution à l’occasion des appels à écriture du comité de rédaction.

L’INVENTOIRE est une fabrique littéraire, réflexive et collaborative.

Les liens des articles et entretiens ci-dessous renvoient directement vers le site L'INVENTOIRE.

Un parcours collectif d’écriture

 

Article paru le 6 septembre 2018 Le parcours collectif d’écriture dont Pauline Olphe-Galliard nous parle ici est représentatif du travail en atelier, où le processus de création est encouragé par une dynamique de groupe. Ce qui fait l’originalité de l’expérience qu’elle nous raconte, c’est que les personnages des nouvelles des uns, vont se retrouver dans celles des autres. Une aventure passionnante qui donne lieu aujourd’hui à un travail d’édition des textes par les participants.

Valeria Milewski, biographe hospitalière : écrire la vie

 

Texte paru dans L'INVENTOIRE, le 2 juillet 2018. Par Delphine Tranier-Brard, à partir des propos de Valeria Milewski lors de la master Class du 9 juin 2018, animée par Delphine Tranier-Brard et Michèle Cléach.

"Après avoir formé une cinquantaine de biographes, nous avons souhaité, Michèle Cléach et moi, proposer une master class sur le sujet. Très vite, l’idée d’inviter Valeria Milewski, créatrice du métier de biographe hospitalière, s’est imposée. Son parcours nous intriguait. Passer de l’univers de la communication à celui de la biographie en hôpital, c’est un sacré chemin ! La richesse de son expérience serait précieuse, en réponse aux questions des participants de la formation de biographe, et de tous ceux qui s’intéressent au récit de vie.

Les premiers mots qui me sont venus en la rencontrant : la vie incarnée ! Puis d’autres mots, Quelle femme solaire ! Puis d’autres encore, comme s’il ne pouvait en exister de suffisamment neufs pour traduire la puissance avec laquelle dans un même élan, elle irradie la vie et en capte autour d’elle tous les signes. Le texte qui suit a pour vocation de garder trace de sa master class du 9 juin, si représentative du métier de biographe où écriture et relation à l’autre sont indissociables, d’en restituer un peu la lumière...."

le parcours d’un manuscrit dans une maison d’édition

 

Entretien paru le 27 juin 2018

Nelly Garnier travaille comme lectrice chez Albin Michel. Elle reçoit des manuscrits et rédige des rapports de lecture à partir desquels se décideront en comité éditorial la publication des ouvrages. Nous l’avons rencontrée pour l’interroger sur le parcours d’un manuscrit de sa réception à sa publication. En filigrane, elle nous raconte aussi à travers ce témoignage sa passion de la lecture.

Impact des ateliers d’écriture sur l’écriture autobiographique

 

Article paru le 1 juin 2018

Isabelle Rossignol, animatrice et auteur, notamment pour la jeunesse, nous présente ici la transcription de son intervention auprès de l’Association pour l’Autobiographie (APA). Celle-ci collecte, conserve et valorise les textes autobiographiques inédits. Elle examine finement l’impact des ateliers d’écriture sur l’autobiographie, tels que pratiqués chez Aleph-Écriture en réponse à la question si souvent posée : écrire ma vie… comment m’y prendre ?

écrire : le désir et la peur

 

Article paru le 6 mai 2018

Comment « s’autoriser à écrire » ? Alain André a donné, sur ce thème majeur, une conférence au cours de l’université d’été « Écrire et faire écrire », qui s’est tenue à l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud les 28-31 octobre 1991. Les Actes de l’université d’été ont été publiés sous ce titre en 1994, dans le cadre d’un ouvrage hors collection des Cahiers de Fontenay, coordonné par Christine Barré-de Miniac et Dominique Bourgain (et diffusé par OPHRIS, 10 rue de Nesle, Paris 6ème). 

« Devenir écrivain » d’Alain André : un roman dont vous êtes le héros

 

Entretien paru le 12 avril 2018

Á l’occasion de la réédition de son essai « Devenir écrivain » (Editions Leduc.s.), L’Inventoire a rencontré  Alain André, fondateur d’Aleph-Écriture. Il nous confie quelques secrets sur l’aventure d’écrire.

Que proposent vraiment les plateformes d’auto-édition en ligne ?

 

Article paru le 18 mars 2018

Longtemps l’autoédition a eu mauvaise presse, ses pratiques n’étant pas toujours été considérées comme très professionnelles. L’arrivée du livre numérique au début du 21e siècle a considérablement changé la donne.
De nombreux sites proposant des solutions d’autoédition ont vu le jour. S’autoéditer est devenu plus facile et meilleur marché, encore faut-il savoir décrypter les différentes offres des sites spécialisés dans le domaine. L’Inventoire est donc allé regarder de plus près ce que proposent ces nouvelles plateformes d’édition.(article Nathalie Hegron)

Comment se passe le premier atelier d'écriture

 

Article paru le 6 mars 2018

Laurence Soubrick s’est toujours passionnée pour l’écriture. Un jour elle a poussé la porte d’un atelier, et nous raconte ici avec humour sa « première séance » !

Comment un livre arrive-t-il sur la table des libraires ?

 

Entretien paru le 4 mars 2018

Qu’est-ce qui fait le succès d’un livre ? Pourquoi certains ouvrages rencontrent rapidement leurs lecteurs tandis que d’autres mettent plus de temps à se faire connaître, voire passent inaperçus ? On évoque souvent le rôle de l’éditeur dans la rencontre du livre avec son public, très peu celui des commerciaux qui permettent aux livres d’arriver dans les points de vente et donc de finir entre les mains des lecteurs. Afin d’en savoir plus sur le circuit commercial d’un livre, L’Inventoire a rencontré la Directrice commerciale du groupe Libella, Valérie Hernandez.

J’ai testé « L’atelier Ouvert » en librairie !

 

Article paru le 6 février 2018 dans la revue électronique L'INVENTOIRE

"Ça se passe à la librairie Le Rideau Rouge, dans le 18ème, à Paris.

Elle a une voix posée, grave et calme. Solange, qui anime l’atelier d’écriture, nous accueille comme si nous étions des amis de toujours et nous invite à prendre place. Une chaise. Un bloc. Un stylo. On n’a pas à se présenter.

D’abord elle nous parle du livre qui a inspiré sa proposition d’écriture pour cette séance de deux heures d’atelier au Rideau Rouge. Il s’agit d’un premier roman « Ma Reine » de Jean-Baptiste Andrea (Éditions l’Iconoclaste). Sorti en septembre, il a déjà eu plusieurs prix. Elle nous le raconte avec patience et délectation. Shell est un adolescent pas comme les autres qui vit dans une station-service. Un jour où il manque de mettre le feu à la garrigue, ses parents décident de l’envoyer dans une institution. Il décide alors de « devenir un homme », et d’aller faire la guerre, sur le plateau. Mais là-haut pas de guerre, seuls le silence, les odeurs du maquis, et sa rencontre avec une fille, comme lui restée en enfance.

On écoute, on s’imprègne. Solange nous en lit plusieurs extraits...."

À quoi servent les ateliers d’écriture ?

 

Article paru le 20 janvier 2018

Des ateliers d’écriture naissent à peu partout en France, aujourd’hui comme depuis le début des années quatre-vingts. Il est temps d’esquisser un bilan de ces drôles de machines. Elles sont aujourd’hui le support privilégié de l’une des « pratiques culturelles » préférées du grand public adulte. À quoi servent-elles au juste ? Alain André suggère quelques réponses, aiguisées par son expérience d’écrivain et de fondateur d’Aleph-Écriture…

Ce qu’a encore à nous dire la littérature…

 

Un article paru le 19 décembre 2017

Passeport pour la vraie vie, la littérature, ou discipline académique et périmée ? Est-elle encore vivante ? À quoi sert-elle ? Quels textes pour accompagner notre vie, mieux qu’une formulette religieuse, un mantra ou une technique de développement personnel ? (article d'Alain André).

Écrire l’histoire, ça s’apprend!

 

Entretien paru le 11 décembre 2017

Les « Trois mousquetaires », d’Alexandre Dumas ou « Notre-Dame de Paris », de Victor Hugo sont devenus indémodables et le lecteur aime se plonger dans ses époques révolues.  Le roman historique continue d’être très prisé, comme le confirme l’adaptation récente à l’écran d' »Au revoir là-haut » (Goncourt 2013) de  Pierre Lemaître où encore le succès des « Enquêtes de Nicolas Le Floch », de Parrot. Écrire un récit historique nécessite un travail particulier, le romancier n’est pas historien mais doit parvenir à plonger son lecteur dans l’époque voulue. L’exercice, tout en étant passionnant, n’est pas simple comme nous l’explique Alain Bellet !

créer et tenir un blog littéraire

 

Entretien paru en octobre 2017
La critique littéraire existe-t-elle encore ? Si l’on pouvait en douter, l’écrivain Pierre Ahnne nous prouve qu’elle est toujours bien vivante. Pierre Ahnne a des opinions, un goût affirmé pour certaines formes de littératures et porte sur les livres qu’il aime (ou pas), le même regard joyeusement pessimiste (et savoureux) qui fait le sel de son écriture romanesque. Sans pédanterie ni faux pli, il n’omet toutefois pas d’inscrire les livres dont il parle dans leur contexte et celui de l’art du roman.

Comment présenter son manuscrit à un éditeur ?

 

Entretien paru le 8 septembre 2017

e point final du manuscrit posé, une nouvelle étape s’impose à l’auteur : trouver un éditeur pour son texte. L’écrivain se sent souvent démuni. Comment sélectionner et contacter les éditeurs ? Sous quelle forme envoyer son manuscrit ?

L’Inventoire est allé poser quelques questions à François Terrier, ancien journaliste et éditeur, sur les meilleures façons de présenter son manuscrit aux éditeurs.

écrire une biographie ou une autobiographie

 

Entretien paru le 17 juillet 2017

Écrire son autobiographie ou une biographie est un exercice complexe. Malgré l’envie d’écrire et de transmettre, il s’avère souvent difficile d’aller au bout de son projet. Certains décident alors de suivre un atelier d’écriture spécialisé ou une formation à l’écriture biographique. Nous sommes allés rencontrer une spécialiste de la question, Michèle Cléach. Passionnée par la formation, elle anime des ateliers d’écriture littéraire et professionnelle chez Aleph-Écriture autour des histoires de vie.

« Trouver l’humain », transmettre son histoire

 

Article paru le 1 juillet 2017

Gale Burns, poète et enseignant d’écriture créative à la Kingston University de Londres animait le dernier séminaire de la formation de formateurs de l’EACWP avant les ateliers en demi groupes de l’après-midi.

Transmettre son histoire aux autres nous aide t-il à nous délester d’un poids ou à nous réapproprier la mémoire qu’on en a ?