Expositions

Abd el-Kader

 

Du mercredi 6 avril au lundi 22 août 2022 -Mucem (Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée) - 7 promenade Robert Laffont— niveau 2- Marseille

L’ambition de cette exposition est de remettre en lumière la figure de l’émir Abd el-Kader, dans toute sa richesse et son importance historique et intellectuelle, à l’aide des recherches les plus récentes, de sources nouvelles et de collections inédites. La personnalité de l’Emir fut multiple : combattant, stratège, religieux, mystique, moderne, attaché aux traditions, seul et très entouré… Déroulant le fil chronologique de la vie de d’Abd el-Kader, le parcours muséographique explore certains aspects saillants de sa personnalité et de son action, et le replace dans son contexte historique et géographique méditerranéen, entre Orient et Occident. Tenant compte des expositions qui lui ont été consacrées par le passé et de l’abondante bibliographie existante, le Mucem propose de lui consacrer une exposition dynamique et foisonnante, à l’image de sa personnalité mouvante.

« C’est demain que nous partons »- Lettres d’internés, du Vel d’Hiv à Auschwitz

 

Du 27 mars au 22 décembre 2022, une exposition au Mémorial de la Shoah de Drancy - 110-112 Av. Jean Jaurès, 93700 Drancy

À partir de la fin de l’année 1940, des dizaines de milliers de Juifs se retrouvent enfermés dans les camps d’internement de la zone libre puis dans ceux de la zone occupée. Leur seul lien avec l’extérieur est alors la correspondance qu’ils peuvent parfois faire parvenir à leurs proches.

Avec le déclenchement de la « Solution finale » en 1942 et les déportations, ce fil ténu maintenu avec l’extérieur se transforme en adieux avant la déportation. Ces lettres constituent souvent les dernières traces laissées par les victimes à la veille de leur départ, ou même parfois écrites depuis les wagons les emmenant « vers l’Est ».

Miquel Barcelo - La métamorphose

 

Prolongation jusqu'au 23 avril 2022 de l'exposition Miquel Barcelo à la galerie Gallimard - du mardi au samedi de 13H à 19H - 30-32 rue de l'Université, 75007 Paris 

La Galerie Gallimard a l’honneur d’accueillir un nouvel accrochage consacré aux aquarelles originales réalisées par Miquel Barceló pour accompagner l’œuvre de Franz Kafka, La Métamorphose.
Le peintre, dessinateur, graveur, sculpteur et céramiste espagnol Miquel Barceló a sélectionné pour la Galerie Gallimard une quarantaine d’oeuvres originales parmi celles qu’il a réalisées pour accompagner La Métamorphose de Franz Kafka, publiée dans la collection « Grande Blanche illustrée ».

Miquel Barceló, né à Felanitx (île de Majorque) en 1957, entre en 1972 à l'École des arts et métiers de Palma de Majorque et présente sa première exposition personnelle deux ans après, à la Maison de la culture de Manacor. En 1975, il intègre l'École Royale des beaux-arts Saint-Georges à Barcelone, mais il n'y reste pas, préférant suivre une voie personnelle à l’enseignement académique.

Geo-Fourrier : voyageur et maître des arts décoratifs

 

Du 22 mars au 16 juillet 2022 - BIBLIOTHÈQUE FORNEY - 1 Rue du Figuier, 75004 Paris

Une exposition consacrée à Nicolas Georges Fourrier, dit Geo-Fourrier (1898-1966), artiste virtuose aux nombreux talents, qui s’est illustré dans les deux premiers tiers du XX e e siècle. La bibliothèque Forney a décidé de faire redécouvrir cet artisan d’art oublié, ce dessinateur, peintre et photographe qui n’a cessé de montrer les femmes et les hommes au travail, dans leur décor quotidien.

Entrée libre.
Du mardi du samedi de 13 h à 19 h
Visite commentée les samedis à 15 h. Fermeture le 16 avril

Couleurs de l’insouciance - Paroles et images des enfants de la Maison d’Izieu

 

Du 6 avril au 6 juillet 2022, une exposition à la BNF - Paris

Dans le cadre du programme « Dans les collections de la BnF », la Bibliothèque nationale de France s’associe à la Maison d’Izieu pour présenter pour la première fois, une sélection de lettres et dessins originaux des enfants réfugiés en ce même lieu de mai 1943 à la rafle du 6 avril 1944. Les pièces choisies proviennent de la collection de Sabine Zlatin, conservée depuis 1993 à la BnF, et des archives de Serge et Beate Klarsfeld.

La présente exposition propose grâce à 17 lettres et dessins issus des collections de la BnF, 3 dessins et 2 lettres de Georgy Halpern prêtées par Me Serge Klarsfeld d’approcher l’univers de ces enfants, et, à travers leurs créations picturales, d’entrevoir leur imaginaire à travers leurs écrits, d’entendre leurs voix, de connaître leurs liens d’amitié, leurs jeux, leurs vœux, leurs espoirs.

En partenariat avec la Maison d’Izieu, la BNF publie l’ouvrage « On jouait, on s’amusait, on chantait » Paroles et images des enfants d’Izieu, 1943-1944, centré sur la vie quotidienne des enfants à Izieu.

Les vies qu’on mène

 

Du 1 mars au 19 mai 2022 une exposition de 400 photos autour de la mobilité à la Cité Internationale des Arts, Paris - 18, rue de l'Hôtel de ville, 75004

 Une exposition par les photographes de Tendance Floue
Missionnés par le Forum Vies Mobiles, think tank sur la mobilite du futur, 16 photographes du collectif Tendance Floue et un photographe de l'agence Magnum Photos ont parcouru les quatre coins du territoire francais et pose leurs regards singuliers (etonnes, empathiques, distants.) sur ses habitants.

Résultat de ce décryptage acéré du quotidien où la mobilité est omniprésente, l'exposition _Les vies qu'on mene_ presente a la Cite internationale des arts plus de 400 photographies qui offrent une incursion sensible dans la vie des jeunes, des familles et des vieux habitants de notre pays, des pauvres, des citadins, des personnes isolees, des riches et des ruraux, ete comme hiver, de jour et de nuit, avant et pendant la crise sanitaire.

Trois soirees de nocturne seront organisees par le Forum Vies Mobiles et la Cite internationale des arts pour permettre au public de visiter l'exposition jusqu'a 21h et d'assister a une serie de conferences et de performances les 10 mars, 7 avril et 5 mai.

Entrée gratuite

À la rencontre du Petit Prince

 

Du 17 février au 26 juin 2022, une exposition consacrée au livre "LE PETIT PRINCE" au Musée des Arts Décoratifs, 107 rue de Rivoli 75001.
Le Musée des Arts Décoratifs présente la première grande exposition muséale en France consacrée au Petit Prince, chef-d'oeuvre intemporel de la littérature. Plus de 600 pièces célèbrent les multiples facettes d'Antoine de Saint-Exupéry : écrivain, poète, aviateur, explorateur, journaliste, inventeur, philosophe, porté toute sa vie par un idéal humaniste, véritable moteur de son oeuvre.
À l'occasion de cet hommage exceptionnel, le manuscrit original, conservé à la Morgan Library & Museum à New York et jusqu'alors jamais présenté au public français, est mis en regard d'aquarelles, esquisses et dessins - pour la plupart inédits - mais également des photographies, poèmes, coupures de journaux et extraits de correspondances.

Le rire des amants, une épopée afghane

 

Du 21 janvier au 02 avril 2022, une exposition de photos d'artistes afghans, Pavillon Carré de Baudouin, 121 rue de Ménilmontant Paris 

Le Rire des Amants, une épopée afghane, ce sont 6 femmes et hommes de talent qui nous proposent d’entrer en résistance en faisant rayonner au Pavillon Carré de Baudouin la puissance de la création face à la violence rémanente. À travers l’exposition et les rencontres, les visiteurs sont invités à revenir sur une partie de l’histoire de l’Afghanistan et à tenter de saisir le vécu du peuple afghan qui alterne entre résignation, survie, doute, espoir… Rachel Deghati et Pierre Bongiovanni propose aux visiteurs de l’exposition d’explorer les univers de ces 6 artistes :
  1. L’amère rosée de Roya Heydari
  2. L’audace de la beauté de Fatimah Hossaini
  3. La couleur pour survivre de Roshanak
  4. Terres sombres de Naseer Turkmani
  5. Wrong place? de Massoud Hossaini
  6. Le ciel des yeux de Reza

Son oeil dans ma main : Algérie 1961-2019

 

Une exposition et un livre, du 8 février au 17 juillet 2022 à l'Institut du Monde Arabe - 1 Rue des Fossés Saint-Bernard, 75005 Paris

À l’approche du 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, l’exposition « Son œil dans ma main. Algérie 1961-2019. Raymond Depardon / Kamel Daoud » offre un témoignage unique sur l’Algérie en 1961 puis en 2019, à travers le regard de deux grands artistes : l’un français, cinéaste et photographe, revisitant ses photos d’Algérie ; l’autre algérien, journaliste et écrivain, né en 1970, après l’indépendance de son pays.

 "En 1961, le tout jeune Raymond Depardon réalise plusieurs reportages photographiques à Alger, puis à Évian, pendant les premières négociations pour mettre fin à la guerre d’Algérie. Près de soixante ans plus tard, avec le désir de publier ces photographies dans une perspective algérienne, il rencontre Kamel Daoud.
Porté par Barzakh, la maison d’édition algérienne de l’écrivain, un projet d’ouvrage à quatre mains prend forme : un beau livre faisant entrer en résonance photographies « algériennes » de 1961 et textes inédits de Kamel Daoud. Celui-ci a dans l’idée d’écrire des textes très différents, presque disjoints des photos ; il s’agira de méditations ou de rêveries sauvages. Par ailleurs, des « comètes » – une explication de l’image, un commentaire, une fulgurance inspirée par une photographie… – accompagneront une sélection de photos choisies par l’artiste.
Raymond Depardon retourne en Algérie en 2019 et y réalise une série de photos, à Alger puis à Oran, ville où habite Kamel Daoud..."

Vivian Maier, New-York - Chicago | Vivian Maier e(s)t son double

 

Du 4 février au 29 mai 2022, exposition conjointe 

  • Musée de Pont-Aven, Place Julia, 29930 Pont-Aven
  • Musée des Beaux Arts - 40, place Saint-Corentin - 29000 Quimper

Au cœur des préoccupations de Vivian Maier, les scènes de rue de New York puis de Chicago sont à découvrir au Musée des Beaux-Arts de Quimper. Elle immortalise en une fraction de seconde des instantanés de vie de parfaits inconnus, d’anonymes avec lesquels elle partage une destinée et une humanité communes. Des gestes, des détails, un regard, une situation, rien n’échappe à son Rolleiflex qui lui permet de rester discrète. Le monde de l’enfance l’inspire et imprègne son travail.

Au Musée de Pont-Aven, l’autoportrait, sujet récurrent chez Vivian Maier et jamais exploré en France dans son intégralité, est à l’honneur, incarnation de la quête éperdue de sa propre identité. Se dédoublant, elle mêle subtilement jeux d’ombres et de miroirs, de réflexion(s) sur elle-même, maniant avec une grande habileté les angles, les détails, la lumière et les cadrages. Ces autoportraits interrogent : ne sont-ils pas pour elle un moyen d’exprimer la quête de sa propre identité ?

Deux livres :

L'abîme - Nantes dans la traite atlantique et l'esclavage colonial, 1707-1830

 

Jusqu'au 19 juin 2022 (du mardi au dimanche de 10h à 18h), au Château des Ducs de Bretagne - Musée d'Histoire de Nantes

Le musée d’histoire de Nantes propose d’interroger ses collections sous un nouvel angle, afin de révéler les traces invisibles au premier abord mais bien présentes, du destin de celles et ceux qui furent victimes du système colonial. Au-delà de la vision économique et commerciale habituelle, l’exposition lèvera le voile sur la complexité du réel d’une ville qui fut négrière et esclavagiste.

Volontairement immersive, suggestive et sensible, "L’abîme" rend compte de la complexité du réel et sera l’occasion de découvrir les noms de celles et ceux qui, inscrits dans les documents officiels, vécurent à Nantes en subissant le statut de personnes captives mises en esclavage, entre 1692 et 1792. 

Le multimédia y tient une place importante : introduction sonore, lecture de documents historiques en écoute individuelle, diffusion de musiques, vidéomapping sonore sur deux tableaux, projections de noms de personnes esclavagisées sur une cimaise et de documents en grands formats dans l’espace de traversée, rythmeront la visite. La modélisation du navire La Marie-Séraphique est présentée au public à travers un film. 

L’exposition se fait également l’écho de grands débats et sujets qui font notre actualité : migrations, réseaux de l’esclavage contemporain, développement de nouvelles formes de racisme, mouvements pour l’égalité des droits… 

 Avec le soutien de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage.

La vie HLM

 

Jusqu'au 30 juin 2022, une exposition-visites dans la CITÉ ÉMILE-DUBOIS - Allée Charles-Grosperrin - 93300 AUBERVILLIERS

Exposition organisée par l'AMuLoP (Association pour un musée du logement populaire)

L'exposition propose une expérience immersive dans le quotidien et les parcours de quatre familles qui ont habité la cité des années 1950 aux années 2000, à travers la reconstitution de tout ou partie de leurs logements.  

Au cours des deux visites que nous proposons, au choix, le récit de nos guides médiateur·trice·s met à la portée de tous une histoire incarnée d’Aubervilliers et de la France contemporaine vue des quartiers populaires. 

- Visite 1 | Histoire d'une famille ouvrière : En immersion dans le logement de la famille Croisille, reconstitué tel qu’en 1967, nos guides vous présentent sa trajectoire depuis son arrivée dans la cité Émile-Dubois. Après avoir fait connaissance avec la famille, vous serez amené à suivre, dans une journée ordinaire de l’année 1967, le père (ouvrier), la mère (au foyer) ou encore l’un des enfants (une employée de la Sécurité sociale, un apprenti plombier, une écolière).

- Visite 2 | Trois familles, une histoire des quartiers populaires : Dans cette visite, nos guides vous font découvrir l'histoire de trois ménages qui se sont succédé dans une même cage d’escalier, des débuts de la “cité des 800”, en 1957, aux années 2000.

Anselm Kiefer à la galerie Thaddaeus Roppac

 

Du dimanche 9 janvier au mercredi 11 mai 2022, Galerie Thaddaeus Ropac, 69 avenue du Général Leclerc - 93500 PANTIN

Anselm Kiefer revient à la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin en 2022 pour exposer ses nouveaux travaux avec Hommage à un poète. L'artiste présente 18 nouvelles peintures grand format. Anselm Kiefer rend hommages aux poètes Paul Celan, Ingeborg Bachmann, Osip Mandelstam et August von Platen. L'exposition suit celle au Grand Palais Éphémère, Pour Paul Ceylan.

L'artiste aborde les thématiques qui lui sont familières : la sédimentation du souvenir, la destruction et la régénération, le fragment et le souvenir. Andrea Emo est un philosophe italien nihiliste du XXe siècle, figure majeure de la nouvelle pensée métaphysique. Il a vécu volontairement reclus et à l'écart du monde académique. Ce philosophe développe une vision particulière du temps, dont l'élément central est le souvenir. 

Entrée libre

L'exposition à Pantin en 2012

Samuel Fosso

 

Jusqu'au 13 mars 2022, une exposition retraçant la carrière de Samuel Fosso, au MEP (Maison Européenne de la Photographie)  - 5/7 Rue de Fourcy, 75004 Paris (Tous les jours sauf lundi et mardi. Mercredi et vendredi 11h-20h. Jeudi 11h-22h. Samedi et dimanche 10h-20h).

"... Mêlant le médium photographique, le genre de l’autoportrait et la performance, son œuvre occupe aujourd’hui une place centrale sur la scène artistique internationale contemporaine.

Né au Cameroun en 1962, Samuel Fosso s’installe à Bangui, en Centrafrique, chez son oncle et débute une carrière de photographe de studio dès l’âge de 13 ans. En dehors de son travail de commande, il se crée une série d’avatars défiant les codes de la représentation. À partir de cette époque, Fosso n’aura de cesse de se réinventer dans des autoportraits qui lui permettent de traverser les frontières, qu’elles soient sociales, géographiques ou temporelles. Ses œuvres éprouvent les normes identitaires et célèbrent notre liberté à l’autodétermination.

Cette exposition, de plus de 300 tirages, rassemble des séries emblématiques et des travaux plus confidentiels, des photographies anciennes et inédites, dans un parcours majoritairement sériel. Elle rend compte du travail artistique de Samuel Fosso mais également de son parcours personnel par une mise en dialogue de ces deux perspectives."

Marcel Proust, un roman parisien

 

Une exposition du 16 décembre 2021 au 10 avril 2022, au Musée Carnavalet - Histoire de Paris - 23, rue de Sévigné 75003 Paris

Exposition ouverte du mardi au dimanche de 10h à 18h

Le musée Carnavalet – Histoire de Paris commémore le 150e anniversaire de la naissance de Marcel Proust (1871-1922), dont l’œuvre majeure "A la recherche du temps" perdu accède peu après sa parution au statut de mythe littéraire dans le monde entier.

Consacrée aux rapports de l’écrivain à Paris, où se déroule l’essentiel de son existence, l’exposition interroge la place de la ville dans le roman proustien.