Expositions

Anselm Kiefer à la galerie Thaddaeus Roppac

 

Du dimanche 9 janvier au mercredi 11 mai 2022, Galerie Thaddaeus Ropac, 69 avenue du Général Leclerc - 93500 PANTIN

Anselm Kiefer revient à la Galerie Thaddaeus Ropac de Pantin en 2022 pour exposer ses nouveaux travaux avec Hommage à un poète. L'artiste présente 18 nouvelles peintures grand format. Anselm Kiefer rend hommages aux poètes Paul Celan, Ingeborg Bachmann, Osip Mandelstam et August von Platen. L'exposition suit celle au Grand Palais Éphémère, Pour Paul Ceylan.

L'artiste aborde les thématiques qui lui sont familières : la sédimentation du souvenir, la destruction et la régénération, le fragment et le souvenir. Andrea Emo est un philosophe italien nihiliste du XXe siècle, figure majeure de la nouvelle pensée métaphysique. Il a vécu volontairement reclus et à l'écart du monde académique. Ce philosophe développe une vision particulière du temps, dont l'élément central est le souvenir. 

Entrée libre

L'exposition à Pantin en 2012

Juifs d'Orient - Une histoire plurimillénaire

  Jusqu' au 13 mars 2022, à l'iInstitut du Monde Arabe - 1 Rue des Fossés Saint-Bernard, 75005 Paris

Dans le prolongement des expositions « Hajj, le pèlerinage à La Mecque » en 2014 et « Chrétiens d’Orient, 2000 ans d’histoire » en 2017, l’IMA poursuit sa trilogie consacrée aux religions monothéistes dans le monde arabe avec une exposition exceptionnelle dédiée à l’histoire des communautés juives d’Orient.

Une approche chronologique et thématique déclinera les grands temps de la vie intellectuelle et culturelle juive en Orient et révèlera les échanges prolifiques qui ont façonné les sociétés du monde arabo-musulman durant des siècles. 

Du pourtour méditerranéen jusqu’à l’Euphrate en passant par la péninsule arabique, l’exposition explorera les multiples facettes de la cohabitation entre juifs et musulmans, des premiers liens tissés entre les tribus juives d’Arabie et le Prophète Mohammed à l’émergence des principales figures de la pensée juive durant les califats médiévaux à Bagdad, à Fès, au Caire et à Cordoue, de l’essor des centres urbains juifs au Maghreb et dans l’empire ottoman aux prémices de l’exil définitif des juifs du monde arabe. 

Le récit de cette coexistence, tour à tour féconde ou tumultueuse, témoignera du rôle de chacun dans l’enrichissement de la culture et de la religion de l’autre, qu’il s’agisse de la langue parlée, des coutumes, de l’artisanat ou encore de la production scientifique et intellectuelle.

Samuel Fosso

 

Jusqu'au 13 mars 2022, une exposition retraçant la carrière de Samuel Fosso, au MEP (Maison Européenne de la Photographie)  - 5/7 Rue de Fourcy, 75004 Paris (Tous les jours sauf lundi et mardi. Mercredi et vendredi 11h-20h. Jeudi 11h-22h. Samedi et dimanche 10h-20h).

"... Mêlant le médium photographique, le genre de l’autoportrait et la performance, son œuvre occupe aujourd’hui une place centrale sur la scène artistique internationale contemporaine.

Né au Cameroun en 1962, Samuel Fosso s’installe à Bangui, en Centrafrique, chez son oncle et débute une carrière de photographe de studio dès l’âge de 13 ans. En dehors de son travail de commande, il se crée une série d’avatars défiant les codes de la représentation. À partir de cette époque, Fosso n’aura de cesse de se réinventer dans des autoportraits qui lui permettent de traverser les frontières, qu’elles soient sociales, géographiques ou temporelles. Ses œuvres éprouvent les normes identitaires et célèbrent notre liberté à l’autodétermination.

Cette exposition, de plus de 300 tirages, rassemble des séries emblématiques et des travaux plus confidentiels, des photographies anciennes et inédites, dans un parcours majoritairement sériel. Elle rend compte du travail artistique de Samuel Fosso mais également de son parcours personnel par une mise en dialogue de ces deux perspectives."

Marcel Proust, un roman parisien

 

Une exposition du 16 décembre 2021 au 10 avril 2022, au Musée Carnavalet - Histoire de Paris - 23, rue de Sévigné 75003 Paris

Exposition ouverte du mardi au dimanche de 10h à 18h

Le musée Carnavalet – Histoire de Paris commémore le 150e anniversaire de la naissance de Marcel Proust (1871-1922), dont l’œuvre majeure "A la recherche du temps" perdu accède peu après sa parution au statut de mythe littéraire dans le monde entier.

Consacrée aux rapports de l’écrivain à Paris, où se déroule l’essentiel de son existence, l’exposition interroge la place de la ville dans le roman proustien.

Patrick Zachmann . Voyages de mémoire

 

Du 2 décembre 2021 au 6 mars 2022, une exposition au MAHJ - Hôtel de Saint-Aignan, 71, rue du Temple, 75003 Paris

Patrick Zachmann dit être devenu photographe parce qu’il n’a pas de mémoire. Aussi la photographie lui a permis de reconstituer les albums de famille qu’il n’a pas eus. Membre de l'agence Magnum, photojournaliste et réalisateur, il développe une œuvre qui traite de façon récurrente des questions d’identité, de mémoire et d'exil. 

Voyages de mémoire rassemble une douzaine des grandes séries du photographe, pour certaines jamais publiées. L’œuvre de Patrick Zachmann est complexe et dense. Elle se lit notamment à la lumière de plusieurs thèmes récurrents qui la traversent. Le premier, et l’un des plus importants, est la question de l’identité juive. Cette identité, il va la chercher, l’explorer, la découvrir, partant pour cela en introspection dans sa propre famille, puis dans différents pays d’Europe, à un rassemblement des survivants de la Shoah ou dans une communauté loubavitch. De cette enquête naîtront d’autres questionnements sur la disparition et l'exil avec ses travaux en Afrique du Sud, au Rwanda ou au Chili. 

Le chef-d'oeuvre inconnu - ENTRE GÉNIE ET FOLIE

 

Du 18 novembre 2021 au 6 mars 2022, une exposition à La Maison de Balzac - 47, rue Raynouard 75016 Paris

Plusieurs dessins et peintures majeurs des XXe et XXIe siècles, associés au roman de Balzac Le Chef-’œuvre inconnu, incitent à réfléchir au rapport des artistes avec un texte qui évoque la maîtrise de l’art.

Le Chef-d’œuvre inconnu est un récit très vivant qui met en scène à Paris au début du XVIIe siècle deux grands peintres ayant existé, Nicolas Poussin et Frans Pourbus le jeune, ainsi qu’un génie fictif, Frenhofer.

Les premiers illustrateurs s’en tiennent à ces personnages ou à des scènes d’atelier. En 1926, l’éditeur Ambroise Vollard décide d’utiliser des études graphiques de Picasso. Ces dessins sont complétés par des planches plus en rapport avec le texte, commandées à Picasso. Picasso y explore les rapports du peintre avec son modèle, exploitant le texte de Balzac pour réfléchir à un thème qui le préoccupe. Quelques années plus tard, Picasso s’installe rue des Grands-Augustin, à l’adresse même où commence la nouvelle de Balzac. C’est là qu’il réalise Guernica. Plus récemment, d’autres grands artistes tels Eduardo Arroyo ou Paula Rego vont à leur tour réagir au Chef-d’œuvre inconnu, sans chercher davantage à suivre le récit.

Lorsque le cinéma s’est emparé de la nouvelle de Balzac, la question s’est posée de savoir qu’associer à un chef-d’œuvre inconnu. Le réalisateur Jacques Rivette choisit en 1991 Michel Piccoli pour incarner Frenhofer, mais s’adresse à un peintre vivant, Bernard Dufour, pour esquisser sous l’œil de la caméra les formes de la jeune Emmanuelle Béart. En situant l’action à la fin du XXe siècle et en adaptant très librement le roman, Eduardo Arroyo, Jacques Rivette, Bernard Dufour ou Paula Rego, s’inscrivent dans la descendance de Picasso car chacun ouvre de nouvelles voies.

L’exposition souligne ainsi combien la réflexion de Balzac, aujourd’hui encore, nourrit la création artistique sous toutes ses formes. [COMMISSAIRE :  Yves Gagneux, directeur de la maison de Balzac]

Réservation conseillée