Expositions

Le grand ordonnateur et autres nouvelles des prisons

   

Jusqu'au 6 septembre 2020 une exposition au Centre d'art GwinZegal à Guingamp (en partenariat avec le centre photographique Rouen Normandie , le Bleu du ciel (Lyon) et le Point du jour (CHerbourg))

Entre 2016 et 2018, Maxence RIFFLET a réalisé des phtotgraphies dans sept prisons françaises. Evitant la fascination du fait divers et le pathos des anecdotes personnelles, il tente de mettre à nu le mécanisme même de l'enfermement.

Lors d'ateliers, il partage avec les détenus cette expérimentation : photographier derrière ces lourdes portes, entre ces murs épais, sans pour autant réduire l'espace ou écraser davantage les perspectives et sans que l'appareil photographique ne crée un registre supplémentaire de surveillance et de paranoïa.

Ensemble, ils observent et documentent l'espace exigu qui leur est dévolu - cette privation d'espace - devenant tantôt le théâtre d'une table , tantôt celui d'une performance. Et si l'oeuvre de Maxence RIFFLET  nous renvoie à des questions de société essentielles, elle déploie dans l'espace du centre d'art GwinZegal , dans une ancienne prison, des formes singulières et expérimentales, entre photographies, installations, volumes ...

L'artiste nous pousse à nous interroger sur l'histoire de ce lieu, sur la cohérence et l'acuité de sa réhabilitation patrimoniale, et sur notre impunité à y déambuler librement.

Exposition «Paul Éluard, Gérald Cramer, Joan Miró | À toute épreuve»

 

Une exposition jusqu'au 30 août 2020 à la Fondation Janmichalski à Montricher en Suisse - du mardi à vendredi, de 14h à 18h, le samedi et dimanche, de 11h à 18h

Présentation de l'exposition :  

La collaboration entre le poète Paul Éluard (1895–1952), l’éditeur Gérald Cramer (1916–1991) et l’artiste Joan Miró (1893–1983) pour l’édition de À toute épreuve, en 1958, a produit l’un des plus beaux livres d’artiste du XXe siècle.

Éluard en écrit les poèmes entre 1929 et 1930, au moment où Gala, qu’il a épousée en 1917, prend ses distances et entame une relation amoureuse avec Salvador Dalí. C’est l’heure aussi de la rencontre du poète avec Nusch. Les textes sont publiés aux Éditions surréalistes en 1930, mais ce n’est qu’en 1947, à l’issue d’une entrevue avec Gérald Cramer, que naît le projet d’en faire un livre d’artiste avec des illustrations de Joan Miró.

Séduit par la composition de l’édition de 1914 du poème de Stéphane Mallarmé, Un coup de dés jamais n’abolira le hasard, Éluard répartit ses vers sur les quelque quarante doubles pages d’une première maquette. Cramer, qui assure pas à pas la mise au point du livre, lui donne toute latitude pour fixer l’importance de la typographie et son emplacement. À partir de leurs indications, Miró conçoit l’idée d’en faire une sculpture polychrome autant qu’un livre. Ayant découvert les xylographies de Paul Gauguin chez Gérald Cramer et trouvant de l’inspiration dans les estampes japonaises, il fait alors le choix de la gravure sur bois. Au total, ce sont 233 bois qui sont taillés, « sculptés », imprimés en couleur, et forment avec les poèmes autant de paysages de mots et d’images.

Les lettres envoyées par Miró à Cramer témoignent d’un long processus de création et de réalisation. Le livre paraît en 1958. Tiré à 130 exemplaires, il est présenté pour la première fois à la Galerie Berggruen, à Paris, la même année.

En collaboration avec la Fundació Joan Miró, qui lui a consacré une exposition en 2017, la Fondation Jan Michalski raconte à son tour l’histoire de ce livre d’artiste majeur à travers un ensemble de correspondances, de photographies, de matrices et les six maquettes conservées. Quatre exemplaires de l’édition originale permettent d’en contempler toutes les pages.

Programme autour de l’exposition :

Visites commentées
Samedi 18 juillet à 11h et Dimanche 23 août à 11h 
Un parcours commenté de l’exposition vous propose de découvrir l’histoire du livre d’artiste À toute épreuve, réunissant des poèmes d’Éluard et des xylographies de Miró, et paru aux Éditions Gérald Cramer, à Genève, en 1958.
Offert avec le billet d’entrée à l’exposition | Sur réservation à visite@fondation-janmichalski.ch

Concert littéraire «La voix surréaliste: voyage à travers les œuvres de Paul Éluard et de Francis Poulenc»
Par Anaëlle Gregorutti et Marie-Cécile Bertheau
Jeudi 23 juillet à 19h
Entrée CHF 20.- (plein tarif), CHF 15.- (retraités, chômeurs, AI), CHF 10.- (étudiants) | Sur réservation à concert@fondation-janmichalski.ch

Lecture «Paul Éluard : poèmes À toute épreuve et lettres à Gala»
Par le comédien Jacques Bonnaffé
Dimanche 26 juillet à 18h30
Entrée CHF 10.- | Sur réservation à lecture@fondation-janmichalski.ch

[Présentation de l'exposition dans le journal LE TEMPS du 1 mars 2020]