Expositions

Soustraction

 

Du 18 octobre 2019 au 16 février 2020 une exposition à l'IMEC (Institut Mémoires de l'édition contemporaine), à l'Abbaye d'Ardenne, 14280 Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

Dessinant une trajectoire résolument oblique entre littérature, cinéma et arts plastiques, Valérie Mréjen s’inspire, pour son travail, de souvenirs, d’événements du quotidien, de détails burlesques et cruels de l’existence, de la folie ordinaire. Elle y mélange divers types de récits rapportés ou vécus qu’elle réécrit et réarrange, affectionne le mode de l’enquête comme une occasion d’enregistrer des paroles et des témoignages dans une approche documentaire.

Carte blanche à Hassan Hajjaj

 

Du 11 septembre au 17 novembre 2019, le mercredi et vendredi de 11h à 20h, le jeudi de 11h à 22h, et le week-end de 10h à 20h. - La Maison européenne de la Photographie - 5/7 Rue de Fourcy - 75004 Paris 

La MEP présente la première rétrospective en France de l’artiste anglo-marocain Hassan Hajjaj, en lui donnant carte blanche pour investir la totalité de ses espaces. 

Le parcours retrace plusieurs années du travail de l’artiste à travers de nombreuses séries photographiques, mais également des installations, des vidéos, du mobilier et des éléments de décoration.

Il souligne les sujets principaux qui se lovent au cœur du travail d’Hassan Hajjaj : son intérêt pour l’univers de la mode et du vêtement ainsi que ses contradictions ; son point de vue critique et décomplexé sur la société de consommation ; les questions de tradition et d’identité avec notamment son regard singulier sur le port du voile, ou bien encore le quotidien des gens qu’il côtoie, amis ou inconnus croisés dans la rue au Maroc ou ailleurs.

Jules Adler - Peintre du peuple

 

Du jeudi 17 octobre 2019 jusqu'au dimanche 23 février 2020, exposition au MAHJ - Hôtel de Saint-Aignan - 71, rue du Temple 75003 Paris - 01 53 01 86 60

Né à Luxeuil-les-Bains en Franche-Comté, au sein d’une famille juive d’origine alsacienne, Jules Adler (1865-1952) est un peintre de la mouvance naturaliste, qui incarne une voie alternative entre les avant-gardes impressionnistes et l’art officiel à la fin du XIXe siècle. À l’origine d’une œuvre aussi forte que singulière, il est aujourd’hui peu connu du grand public, bien qu’une de ses toiles, La Grève au Creusot (1899), soit devenue une icône des luttes ouvrières

Rosine Cahen - Dessins de la Grande Guerre

 

Du jeudi 17 octobre 2019 jusqu'au dimanche 23 février 2020 une exposition au MAHJ - Hôtel de Saint-Aignan - 71, rue du Temple 75003 Paris - 01 53 01 86 60

Rosine Cahen (1857-1933), née à Delme aujourd’hui en Moselle, arrive à Paris après que sa famille a opté pour la nationalité française, comme 25 % des juifs des territoires annexés par l’Allemagne en 1871.

Elle y étudie les arts à l’académie Julian, promotion remarquable pour une jeune fille d’un milieu aussi modeste – son père boulanger, puis boucher, devait subvenir aux besoins de six autres enfants.
À partir de 1884, elle expose régulièrement au Salon des artistes français et reçoit plusieurs récompenses, dont une médaille d’or en 1921. Professeur de dessin à l’école Gustave de Rothschild, elle gagne aussi sa vie en réalisant des gravures, notamment des lithographies d’œuvres de Jules Adler.
Entre 1916 et 1919, elle visite plusieurs hôpitaux militaires et exécute le portrait de grands blessés de guerre au pastel et au fusain. Cet ensemble de dessins d’une grande sensibilité, où l’artiste, dépassant l’horreur des blessures, s’attache à saisir l’expression des soldats convalescents, est ici présenté pour la première fois en France, faisant écho au travail de Jules Adler pendant la Première Guerre mondiale.

extraORDINAIRE : Regards photographiques sur le quotidien

 

Du 12 octobre au 15 décembre 2019 - Expositions, ateliers, événements - INSTITUT POUR LA PHOTOGRAPHIE, LILLE - 11, rue de Thionville 59 000 Lille 

Sept expositions, une installation dans l’espace public, des événements et des ateliers d’expérimentation couvrent l’histoire de la photographie depuis la fin du XIXème siècle jusqu’aux artistes contemporains. Cette programmation inédite rend compte de différentes approches et esthétiques photographiques explorant le quotidien et sa banalité, avec une sélection d’oeuvres à l’échelle internationale.

Cette première programmation, gratuite, organisée dans le cadre de la préfiguration, est l’occasion d’inviter tous les publics à découvrir le projet de l’Institut ainsi que son programme d’activités. Une seconde programmation d’expositions est prévue au printemps 2020.

Mémoires d'enfance - Exposition

 

Exposition du 25 mai au 27 octobre 2019 - tous les jours sauf mardi de 14h à 17h30 -  Abbaye-Ecole de Sorèze - Musée Dom Robert - rue Saint-Martin 81540 Sorèze

L’exposition met en lumière la parole des Sorèziens à partir de lettres, récits, photographies et objets, mis en dialogue étroit avec des œuvres d’art contemporains. Une cinquantaine d’archives et objets conservés à l’Abbaye-école de Sorèze (École royale militaire sous Louis XVI puis collège au XIXème et XXème siècles) révèle ainsi une histoire de la sensibilité enfantine, entre rire et larmes, esprit potache et solitude. 

Les œuvres d’art contemporain sélectionnées renvoient à la fragilité du souvenir de l’enfance. Les pièces en verre de Vincent Chagnon/Anne Donzé, Laure FRADIN, Sofian M’SADEK et Anne-Claude JEITZ/ Alain CALLISTE, aimablement prêtées par le Musée/Centre d’Art du Verre de Carmaux, côtoient des œuvres en porcelaine créées pour l’occasion par l’artiste plasticienne Violaine LAVEAUX, qui ponctuent une scénographie à la fois tendre et ludique. Un kaléidoscope d’émotions qui complète le parcours de visite déjà existant en mettant l’accent sur l’univers intime des pensionnaires.

Cette exposition est réalisée en synergie avec le colloque organisé sur le même thème les 19 et 20 octobre 2019 par Sylvie Mouysset, professeur d'histoire moderne, directrice adjointe de l'UMR 5136 Framespa de l’Université Toulouse – Jean Jaurès.

MARCEL PROUST, PRIX GONCOURT : L'EXPOSITION DU CENTENAIRE

 

Du 11 septembre au 23 octobre 2019 - GALERIE GALLIMARD 30/32 rue de l'Université, PARIS - TÉL. : 01 49 54 42 30

... Retour à la Galerie Gallimard sur l'histoire de ce prix, à partir des archives des Éditions Gallimard, de la Maison de Tante-Léonie (IlliersCombray), du prix Goncourt (Nancy), de la Bibliothèque nationale de France, et de la Bibliothèque littéraire Jacques-Doucet, avec la présentation d'une soixantaine de documents exceptionnels dont certains ont été exposés dans le cadre du Printemps proustien dans la Maison de Tante-Léonie à Illiers-Combray: lettres, épreuves d’imprimerie, manuscrits et « placards » originaux, dessins et photographies. ...

BACON EN TOUTES LETTRES

 

Du 11 septembre 2019 au 20 janvier 2020, exposition au Centre Pompidou - Paris

À la suite des monographies consacrées à Marcel Duchamp, René Magritte, André Derain ou encore Henri Matisse, le Centre Pompidou poursuit la relecture des œuvres majeures du 20ème siècle et consacre une vaste exposition à Francis Bacon.
Les six salles de « Bacon en toutes lettres » placent la littérature en leur cœur. De grandes voix lisent en français et en anglais des textes d’Eschyle, Nietzsche, Bataille, Leiris, Conrad et Eliot. Ces auteurs, qui ont tous inspiré à Bacon des œuvres et des motifs, partagent un univers poétique, forment comme une famille spirituelle dans laquelle s’est reconnu le peintre. Ils ont en commun la même vision réaliste, amoraliste du monde, une conception de l’art et de ses formes libérée des a priori de l’idéalisme.

L’exposition consacrée à Francis Bacon s’attache aux œuvres réalisées par l'artiste durant les deux dernières décennies de sa pratique. Au travers d’une soixantaine de tableaux, incluant douze triptyques et une série de portraits et d’autoportraits, les six salles de « Bacon en toutes lettres » placent la littérature en leur cœur ; de grandes voix lisent en français et en anglais des textes d'auteurs ayant inspiré à Bacon des œuvres et des motifs.

Giono - Expo

 

Du 30/10/2019 au 17/02/2020 - Exposition au MUCEM à Marseille

À la veille des commémorations du cinquantenaire de la disparition de Jean Giono (octobre 2020), le Mucem propose, à travers près de 300 oeuvres et documents, une rétrospective qui, loin de l’image simplifiée de l’écrivain provençal, suit le trajet de son oeuvre écrite et filmée en lui rendant sa noirceur, son nerf et son universalité. Giono,
poète revenu des charniers de la Première Guerre mondiale, s’est en effet autant attaché à décrire la profondeur du Mal qu’à en trouver les antidotes : création, travail, pacifisme, amitié des peintres, refuge dans la nature, évasion dans l’imaginaire...

Adolfo Kaminsky. Faussaire et photographe

 

Une exposition au MAHJ, du jeudi 23 mai au dimanche 8 décembre 2019 - Hôtel de Saint-Aignan 71, rue du Temple 75003 Paris

Adolfo Kaminsky, figure de la Résistance et faussaire de génie, a consacré trente ans de son existence à produire des faux papiers pour sauver des vies. C’est pendant la seconde Guerre mondiale qu’il découvre la photographie en reproduisant des tampons pour fabriquer des cartes d’identité.À travers 70 clichés, le mahJ rend hommage à une œuvre photographique remarquable, mais restée ignorée en raison des engagements et de l’existence pour partie clandestine de son auteur.