Expositions

Willy Ronis par Willy Ronis

 

Exposition prolongée jusqu'au 2 janvier 2019, du mardi au samedi de 11h à 18h - au Pavillon Carré de Baudoin, 121 rue de Ménilmontant, Paris 20e. En partenariat avec l'Agence Photographique de la Rmn-Grand Palais. 

 Willy Ronis (1910- 2009) est un personnage clé de l’histoire de la photographie française. Une des plus grandes figures d'un médium attaché à capter fraternellement l’essentiel de la vie quotidienne des gens : une photographie dite « humaniste ». À partir de 1985, l'artiste se plonge dans son fonds photographique et sélectionne ce qu’il considère être l’essentiel de son travail. La série de six albums, qui constituent ainsi son testament photographique, est au cœur de cette exposition.

Les photos de Willy Ronis dressent un portrait à la fois intimiste et profond de la société et de l’époque d'alors. Elles permettent ainsi d'observer, de comprendre et d'apprécier les gens dans leur vie quotidienne. Des albums, ainsi qu'une série de films et de vidéos réalisés par l'artiste, complètent un parcours riche de près de 200 photos réalisées entre 1926 et 2001.

Entrée gratuite

"détenues"

 

Exposition de Bettina Rheims au château de Cadillac (4 Place de la Libération, 33410 Cadillac) du 1er juin au 4 novembre 2018

La série « Détenues » offre une fenêtre de conversation avec l’univers sensible et peu connu de la détention. Ces femmes photographiées en prison, dans un studio improvisé, ont pu s’engager avec la photographe dans une démarche de reconstruction de leur identité féminine et amorcer un travail de restauration de leur image.

« Il me fallait aller à la rencontre de femmes qui n’avaient pas fait le choix de vivre entre quatre murs. Nous avons beaucoup parlé. Elles se sont racontées, et j’ai tenté de leur offrir un moment hors de ce temps-là ». Bettina Rheims, novembre 2016.  

Au total, une cinquantaine de photographies sont exposées.

Familles à l’épreuve de la guerre

 

Du 2 juin au 2 décembre 2018 - Musée de la Grande Guerre - Rue Lazare Ponticelli - 77100 Meaux

Avec une orientation résolument intimiste, l’exposition temporaire de l’année 2018 s’attache à présenter les bouleversements et les répercussions de la Grande Guerre pour des millions de familles.

Quelles répercussions la Grande Guerre a-t-elle eues sur ces millions de familles qui ont subi le conflit ?
En quoi la Première Guerre mondiale a-t-elle bouleversé la vie des foyers ? Dans le cours de l’histoire européenne et mondiale, comme sur les destins individuels, la rupture provoquée par la guerre est profonde et brutale

Respirations

 

Du 1er septembre au 10 novembre 2018, exposition Patyricia Cartereau, le mercredi, vendredi et samedi de 14h30 à 17h30 - 1 rue du Grenier à sel - Saint-Florent-le-Vieil (Région Pays de Loire)

"Que Sapho chante Barbara ou qu’elle prenne la plume pour dire le blanc sous toutes ses couleurs, qu’Emmanuèle Jawad explore le corps androgyne de la frontière, que Laurence Pagès danse autour du corps brisé de Joë Bousquet, qu’Israel Ariño fasse surgir du noir la pesanteur d’un sein, c’est notre corps – et particulièrement notre corps féminin – qu’elles/ils interrogent en dessinant, en peignant, en dansant, en écrivant, en chantant, en photographiant. Nous vous invitons à venir les rencontrer pour transgresser les frontières entre les arts, entre les genres."

Divers événements durant  cette période, voir le document PDF annexé.

David Perlov Cinéaste, photographe, dessinateur

 

Une exposition d'oeuvres (dessins, photos, cinéma) du cinéaste David Petrov au MAHJ à Paris, du 2 octobre 2018 au 10 février 2019

Le parcours artistique de David Perlov (1930-2003), figure centrale du cinéma israélien du dernier quart du XXe siècle, excède sa seule activité de cinéaste. Son œuvre s’est nourri d’une pratique du dessin et de la photographie, qui l’a accompagné tout au long de sa vie.

"...La fantaisie déployée dans ses propres dessins met en lumière d’autres aspects du travail de Perlov, où l’artiste laisse libre cours à ses rêves et ses sentiments, croisant parfois dans une même œuvre des temporalités distinctes. Rarement exposées, ces œuvres permettent de poser un regard renouvelé sur son travail documentaire, déjouant sa linéarité pour souligner l’affleurement des souvenirs et du passé dans l’appréhension du présent. Les dessins et photographies que Perlov réalise constituent ainsi des prises de notes, lui permettant de trouver le ton juste pour se raconter. L’exposition présente ce dialogue entre dessins, films et photographies...."

Les combats de Minuit : dans la bibliothèque de Jérôme et Annette Lindon

 

Du 9 octobre au 9 décembre 2018 - mardi au samedi de 10h à 19h - dimanche de 13h à 19h -fermé lundi et jours fériés – à la BNF François-Mitterrand / Galerie des donateurs

Jérôme Lindon a dirigé les Éditions de Minuit de 1948 à sa mort, en 2001. Avec sa femme Annette ils ont construit un catalogue unanimement salué. Leurs trois enfants ont fait don à la BnF des livres dédicacés à leurs parents. Des ouvrages qui racontent l’aventure humaine vécue aux Éditions de Minuit, animée par leurs engagements esthétiques et politiques.

Cette exposition rend hommage à l’ambition et à l’exigence d’un travail d’éditeur qui a marqué la vie intellectuelle de la seconde moitié du XXe siècle.

Entrée libre

Sigmund Freud. Du regard à l’écoute

 

Du mercredi 10 octobre 2018 jusqu'au dimanche 10 février 2019 au MAHJ - Hôtel de Saint-Aignan - 71, rue du Temple 75003 Paris - Téléphone 01 53 01 86 60

Cette exposition, proposée à l’occasion des vingt ans du MAHJ, est la première présentée en France sur Sigmund Freud (1856-1939). Par un ensemble de 200 pièces – peintures, dessins, gravures, ouvrages, objets et dispositifs scientifiques –, dont des œuvres majeures de Gustave Courbet (L’Origine du monde), Oskar Kokoschka, Mark Rothko ou Egon Schiele, elle jette un regard nouveau sur le cheminement intellectuel et scientifique de l’inventeur de la psychanalyse.

Dorothea Lange - Politiques du visible

 

Du 16 octobre 2018 au 27 janvier 2019, une exposition de photos - Musée du Jeu de paume - Du mercredi au dimanche
de 11h à 19h. - 1 place de la Concorde 75008 Paris

  "Présentant des œuvres majeures de la photographe américaine de renommée mondiale Dorothea Lange (1895, Hoboken, New Jersey ; 1966, San Francisco, Californie), dont certaines n’ont jamais été exposées en France, l’exposition « Dorothea Lange. Politiques du visible » est articulée en cinq ensembles distincts. Ceux-ci mettent l’accent sur la force émotionnelle qui émane de ces photographies ainsi que sur le contexte de la pratique documentaire de la photographe. Plus d’une centaine de tirages vintage, réalisés de 1933 à 1957, sont mis en valeur par des documents et des projections qui élargissent la portée d’une œuvre déjà souvent familière au public grâce à des images emblématiques de l’histoire de la photographie comme White Angel Breadline (1933) et Migrant Mother (1936). Les tirages exposés appartiennent pour l’essentiel à l’Oakland Museum of California, où sont conservées les archives considérables de Lange, léguées par son mari Paul Schuster Taylor et sa famille..."

I AM A MAN

 

Du 17 octobre 2018 au 6 janvier 2019 - au Pavillon Populaire - Esplanade Charles de Gaulle — 34000 Montpellier - de 10h à 13h et de 14h à 18h

Exposition de photographies et luttes pour les droits civiques dans le Sud des États-Unis, 1960-1970

Elle propose un large éventail de photographies d'amateurs, de photojournalistes régionaux ou de photographes de renommée internationale. Ensemble, ils offrent un récit visuel saisissant de la manière avec laquelle le Mouvement des Droits Civiques a évolué dans le Sud des États-Unis pendant la décennie 1960-1970, traversant des périodes dramatiques et violentes. Leurs images éclairent par ailleurs l'intégration du mouvement dans la vie quotidienne du Sud.

De nombreux évènements clés ont été immortalisés : l'admission de James Meredith à l'Université du Mississippi, les rassemblements du Ku Klux Klan en Caroline du Nord, la marche pour Selma en Alabama, la grève des éboueurs de Memphis, les funérailles de Martin Luther King, le convoi de Mulets (convoi funéraire de Martin Luther King après son assassinat) et la marche pour les pauvres sur Washington...

Ces photographies, dont beaucoup présentées dans cette exposition sont totalement inédites, prises il y a cinquante ans s'avèrent toujours aussi pertinentes ; elles nous rappellent les sacrifices courageux pour garantir les droits civiques des Noirs Américains.

Festival Visions d'exil

 

Du 2 au 11 novembre 2018 - Musée national de l'histoire de l'immigration (Porte Dorée - 293, avenue Daumesnil 75012 Paris)

Pour sa seconde édition, le festival Visions d’exil met en exergue la figure de l’Exilé.

Qui sont ces femmes et ces hommes qui ont réussi à passer nos frontières ? Quelles épreuves ont-ils et ont-elles traversées? Comment vivent-ils et vivent-elles sur une terre nouvelle, coupés de leurs attaches ? Quels dispositifs et procédures sont adoptés pour les accompagner ou a contrario pour éviter de les accueillir ?

L’Exilé c’est l’autre, l’étranger, celui qui ébranle notre monde et qui le fait bouger, celui qui peut nous aider à avancer. L’art permet d’interroger et d’en déconstruire les représentations, en les mettant à distance, en les poussant dans leur retranchement, en les détournant et en les vrillant.

Le festival a souhaité privilégier l’expression d’artistes en exil à travers des films, des spectacles, des concerts, une exposition, un bal hip-hop et des rendez-vous dédiés au jeune public, réunissant des créations portées par des artistes venus d’Afghanistan, du Brésil, du Cameroun, du Chili, de Centrafrique, du Congo Brazzaville, de Côte d’Ivoire, d’Egypte, de France, de Gambie, de Grèce, de Guinée, d’Iran, d’Irak, du Liban, du Mali, de Russie, du Soudan, de Syrie et d’Ukraine...

Riad Sattouf, l'écriture dessinée

 

Du 14/11/2018 au 11/03/2019 à la Bpi - Niveau 2 - Entrée rue Beaubourg - 75004   Paris

Organisée en trois parties, l’exposition, présentée au cœur de la Bibliothèque, montre toutes les facettes et les évolutions d’un travail graphique et narratif complexe. Il s’agit tout d’abord d’un récit des autres, celui de la chronique sociale et kaléidoscopique, au rythme de la fragmentation et du feuilleton. Mais il s’agit aussi de construire un récit personnel, autobiographique et linéaire. Ce récit de la maturité prend alors valeur universelle pour dire la construction de soi et la naissance du jeune adulte. Cette construction accompagne des choix visuels, une maturation technique, des options méthodologiques qui traversent une œuvre diverse et foisonnante.

Le parcours propose ainsi d’interroger la nature et les pouvoirs de la bande dessinée, le lien qu’elle entretient avec l’écriture, l’articulation entre l’univers graphique et la tension du récit littéraire.....

Entrée libre pendant les horaires d'ouverture de la Bibliothèque : 

Lundi, mercredi, jeudi et vendredi : 12h - 22h
Samedi, dimanche et jours fériés  : 11h - 22h
Fermeture les mardis

L’internement des Nomades, une histoire française (1940-1946)

 

Du mercredi 14 novembre 2018 au dimanche 17 mars 2019, une exposition au Musée de la Shoah - 17 Rue Geoffroy l'Asnier, 75004 Paris

D’octobre 1940 à mai 1946, près de 6 700 personnes, en majorité françaises, dont un grand nombre d’enfants, sont internées dans plus d’une trentaine de camps pour Nomades situés sur l’ensemble du territoire métropolitain. Assignés à résidence, enfermés dans des conditions indignes, les Nomades sont spoliés, sous-alimentés, empêchés de travailler ou contraints aux travaux forcés. Certains décèdent dans ces camps. Des déportations ont lieu à partir de 1943. Ces répressions, à l’encontre de ceux que la loi française dénomme Nomades, diffèrent de la politique allemande menée dans le Reich envers les Zigeuner (Tsiganes) et s’insèrent dans une histoire plus longue des persécutions de la République à l’égard de ce groupe exclu de la communauté nationale. L’internement continue après la Libération, le dernier camp ferme seulement en mai 1946. Documents d’archives, témoignages et photographies ravivent la mémoire de cette page de notre histoire restée méconnue pendant des décennies.