Expositions

Willy Ronis par Willy Ronis

 

Exposition prolongée jusqu'au 2 janvier 2019, du mardi au samedi de 11h à 18h - au Pavillon Carré de Baudoin, 121 rue de Ménilmontant, Paris 20e. En partenariat avec l'Agence Photographique de la Rmn-Grand Palais. 

 Willy Ronis (1910- 2009) est un personnage clé de l’histoire de la photographie française. Une des plus grandes figures d'un médium attaché à capter fraternellement l’essentiel de la vie quotidienne des gens : une photographie dite « humaniste ». À partir de 1985, l'artiste se plonge dans son fonds photographique et sélectionne ce qu’il considère être l’essentiel de son travail. La série de six albums, qui constituent ainsi son testament photographique, est au cœur de cette exposition.

Les photos de Willy Ronis dressent un portrait à la fois intimiste et profond de la société et de l’époque d'alors. Elles permettent ainsi d'observer, de comprendre et d'apprécier les gens dans leur vie quotidienne. Des albums, ainsi qu'une série de films et de vidéos réalisés par l'artiste, complètent un parcours riche de près de 200 photos réalisées entre 1926 et 2001.

Entrée gratuite

Mai 68 en Alsace

 

Du 28 avril au 7 octobre 2018 - exposition à la Bibliothèque Nationale Universitaire - Salle d’exposition - 1er étage - 6 place de la République Strasbourg

Avec Mai 68, Paris a occupé le devant de la scène et a bien souvent occulté ce qui s’était passé en province. Dans l’imaginaire collectif, Mai 68 évoque d’abord des images en noir et blanc de manifestations et de barricades au Quartier latin. Si Paris est bien l’épicentre du mouvement, ces seules images passent sous silence une réalité plus complexe qui touche l’ensemble des régions françaises.

Loin des cigognes et des colombages des cartes postales, l’Alsace de 1968 apparaît elle aussi traversée par le vent de la contestation. Dans une région réputée conservatrice, Mai 68 sème le trouble. Dès 1966, à l’Université de Strasbourg, les situationnistes et leurs partisans, qui ont pris le contrôle de l’AFGES, principale association étudiante, remettent en cause les fondements de la société. Grâce à la publication du pamphlet De la misère en milieu étudiant qui fait scandale, les thèses situationnistes sont diffusées pour la première fois à grande échelle. Leurs théories subversives inspirent la contestation étudiante à Strasbourg comme ailleurs....

Entrée libre et gratuite.

"détenues"

 

Exposition de Bettina Rheims au château de Cadillac (4 Place de la Libération, 33410 Cadillac) du 1er juin au 4 novembre 2018

La série « Détenues » offre une fenêtre de conversation avec l’univers sensible et peu connu de la détention. Ces femmes photographiées en prison, dans un studio improvisé, ont pu s’engager avec la photographe dans une démarche de reconstruction de leur identité féminine et amorcer un travail de restauration de leur image.

« Il me fallait aller à la rencontre de femmes qui n’avaient pas fait le choix de vivre entre quatre murs. Nous avons beaucoup parlé. Elles se sont racontées, et j’ai tenté de leur offrir un moment hors de ce temps-là ». Bettina Rheims, novembre 2016.  

Au total, une cinquantaine de photographies sont exposées.

Familles à l’épreuve de la guerre

 

Du 2 juin au 2 décembre 2018 - Musée de la Grande Guerre - Rue Lazare Ponticelli - 77100 Meaux

Avec une orientation résolument intimiste, l’exposition temporaire de l’année 2018 s’attache à présenter les bouleversements et les répercussions de la Grande Guerre pour des millions de familles.

Quelles répercussions la Grande Guerre a-t-elle eues sur ces millions de familles qui ont subi le conflit ?
En quoi la Première Guerre mondiale a-t-elle bouleversé la vie des foyers ? Dans le cours de l’histoire européenne et mondiale, comme sur les destins individuels, la rupture provoquée par la guerre est profonde et brutale

Sabine Weiss - les villes, la rue, l'autre

 

Du 20 juin 2018 au 15 octobre 2018 - de 11h à 21h - Galerie de photographies - Centre Pompidou, Paris

Au travers de cette exposition qui couvre la période 1945-1960, correspondant aux années confuses et précaires de l’après-guerre, le Centre Pompidou propose une nouvelle lecture des photographies de Sabine Weiss, appartenant à un courant injustement perçu comme « sentimentaliste ». Son œuvre riche et variée, dévoilant un regard inédit sur son travail à partir de ses propres archives, témoigne d’un engagement en faveur d’une réconciliation avec le réel.

Entrée libre

Respirations

 

Du 1er septembre au 10 novembre 2018, exposition Patyricia Cartereau, le mercredi, vendredi et samedi de 14h30 à 17h30 - 1 rue du Grenier à sel - Saint-Florent-le-Vieil (Région Pays de Loire)

"Que Sapho chante Barbara ou qu’elle prenne la plume pour dire le blanc sous toutes ses couleurs, qu’Emmanuèle Jawad explore le corps androgyne de la frontière, que Laurence Pagès danse autour du corps brisé de Joë Bousquet, qu’Israel Ariño fasse surgir du noir la pesanteur d’un sein, c’est notre corps – et particulièrement notre corps féminin – qu’elles/ils interrogent en dessinant, en peignant, en dansant, en écrivant, en chantant, en photographiant. Nous vous invitons à venir les rencontrer pour transgresser les frontières entre les arts, entre les genres."

Divers événements durant  cette période, voir le document PDF annexé.

"Autour de Zehra Doğan "

 

Du 21 septembre au 21 octobre 2018, le festival des Autres Mondes 2018 - Le Roudour – Pôle Culturel / La Salamandre (dans le Pays de Morlaix)

• Ce projet fait suite à deux expositions simultanées, qui se sont déroulées en janvier 2018. L’une à Traon Nevez (Plouézoc’h) a accueilli 750 personnes sur 15 jours, tandis que l’autre à Angers recevait 2000 visiteurs.

• Il est à l’initiative de La Minoterie-A Pleine Voix, association basée dans le Pays de Morlaix, association dont la raison d’être est l’organisation de manifestations culturelles transdisciplinaires, conjointement avec l’association « Les amis du Kedistan », qui permet la réalisation d’un web magazine sur les questions du Moyen-Orient.

L’objectif de cette exposition, comme des rencontres qui l’accompagneront, est :

  • de faire entendre une voix, celle de Zehra Doğan, jeune artiste kurde de 28 ans, et d’en transmettre toute la portée,
  • de faire découvrir une œuvre picturale d’une très grande force, réalisée dans l’urgence, et avec des moyens réduits.
  • de faire également le point sur la situation des minorités dans une Turquie en pleine mutation, notamment celle de la communauté Kurde, et en son sein, y décrire la condition des femmes.

Zehra Doğan a été condamnée par l’État turc, tant pour son travail de journaliste, que pour une œuvre artistique diffusée sur les réseaux sociaux. Elle est aujourd’hui incarcérée, privée matériellement des moyens d’exercer son art, mais conserve sa parole, qu’elle ne cesse de renforcer.

David Perlov Cinéaste, photographe, dessinateur

 

Une exposition d'oeuvres (dessins, photos, cinéma) du cinéaste David Petrov au MAHJ à Paris, du 2 octobre 2018 au 10 février 2019

Le parcours artistique de David Perlov (1930-2003), figure centrale du cinéma israélien du dernier quart du XXe siècle, excède sa seule activité de cinéaste. Son œuvre s’est nourri d’une pratique du dessin et de la photographie, qui l’a accompagné tout au long de sa vie.

"...La fantaisie déployée dans ses propres dessins met en lumière d’autres aspects du travail de Perlov, où l’artiste laisse libre cours à ses rêves et ses sentiments, croisant parfois dans une même œuvre des temporalités distinctes. Rarement exposées, ces œuvres permettent de poser un regard renouvelé sur son travail documentaire, déjouant sa linéarité pour souligner l’affleurement des souvenirs et du passé dans l’appréhension du présent. Les dessins et photographies que Perlov réalise constituent ainsi des prises de notes, lui permettant de trouver le ton juste pour se raconter. L’exposition présente ce dialogue entre dessins, films et photographies...."

Les combats de Minuit : dans la bibliothèque de Jérôme et Annette Lindon

 

Du 9 octobre au 9 décembre 2018 - mardi au samedi de 10h à 19h - dimanche de 13h à 19h -fermé lundi et jours fériés – à la BNF François-Mitterrand / Galerie des donateurs

Jérôme Lindon a dirigé les Éditions de Minuit de 1948 à sa mort, en 2001. Avec sa femme Annette ils ont construit un catalogue unanimement salué. Leurs trois enfants ont fait don à la BnF des livres dédicacés à leurs parents. Des ouvrages qui racontent l’aventure humaine vécue aux Éditions de Minuit, animée par leurs engagements esthétiques et politiques.

Cette exposition rend hommage à l’ambition et à l’exigence d’un travail d’éditeur qui a marqué la vie intellectuelle de la seconde moitié du XXe siècle.

Entrée libre

Sigmund Freud. Du regard à l’écoute

 

Du mercredi 10 octobre 2018 jusqu'au dimanche 10 février 2019 au MAHJ - Hôtel de Saint-Aignan - 71, rue du Temple 75003 Paris - Téléphone 01 53 01 86 60

Cette exposition, proposée à l’occasion des vingt ans du MAHJ, est la première présentée en France sur Sigmund Freud (1856-1939). Par un ensemble de 200 pièces – peintures, dessins, gravures, ouvrages, objets et dispositifs scientifiques –, dont des œuvres majeures de Gustave Courbet (L’Origine du monde), Oskar Kokoschka, Mark Rothko ou Egon Schiele, elle jette un regard nouveau sur le cheminement intellectuel et scientifique de l’inventeur de la psychanalyse.

Mémoires de la Belle

 

Les 13 et 14 octobre 2018 au MUCEM à Marseille

Après une première édition en 2015, les Archives Municipales et le Centre de conservation et de ressources du Mucem se ré-associent le temps d’un week-end pour proposer l’événement « Mémoires de la Belle » qui vise à mieux faire connaitre les structures culturelles du quartier de la Belle de Mai. La thématique retenue cette année est celle de la présence italienne à Marseille.

Autour de l’exposition « Ciao Italia ! » présentée pour l’occasion, les Archives Municipales proposeront des visites de leurs magasins, des ateliers pédagogiques (fabrication de sceaux, généalogie, calligraphie) et une braderie des produits dérivés des fonds. Le dimanche à 16h aura lieu une conférence de Stéphane Mourlane, commissaire de l’exposition « Ciao Italia ! » autour de la mémoire de l’immigration italienne à Marseille.

Au centre de Conservation et de Ressources du Mucem, en plus de l’exposition « 5 ans déjà ! » qui retrace les acquisitions conduites par le Mucem depuis son ouverture, seront proposées des visites des réserves (mettant en avant les collections italiennes : marionnettes, masques, charrettes siciliennes, instruments de musiques, etc.), des ateliers-jeux pour enfants (autour du Roland Furieux de l’Arioste et de sa retranscription dans l’imagerie populaire), des propositions gustatives au moment du déjeuner et des mini-conférences permettant de présenter des fonds de collections italiennes conservées par le Mucem.