Communiqués-Appels-Pétitions

Dans quelles vignes on vit !

 

Un livre en souscription (à paraître en décembre 2017)

Présentation du livre :

Un livre de photographies de Fred Merieau et textes de Catherine Malard.

Lequel du photographe ou du poète jubile le plus à voir ce qui se répète, ce qui  varie à l’infini des coteaux et des coulées de l’Anjou ?

Nous avons pris les vignes en filature, guettant les caprices des saisons, épiant les gestes du vigneron qui la façonnent jusque dans le verre. Sur notre route, nous avons rencontré des hommes et des femmes qui, dans la patience des jours, savent durer, témoignant du bienfait de s’inscrire dans un temps long, ce temps dont notre époque affolée ne connaît plus le goût.

Catherine Malard écrit des romans et des nouvelles. Elle anime des ateliers d’écriture et des rencontres littéraires en librairie.

Parutions aux Editions du Petit Pavé :

A paraître, Made in India, (roman) mai 2018

Tanguer (roman) 2016

Plus lourd que l’air (roman) 2013

Les Délaissés (nouvelles) 2011

L’Insolence du rouge (roman) 2010

Fred Merieau, photographe, privilégie la prise de vue rapprochée et compose principalement autour de sujets traitant de la matière. Il expose régulièrement les tirages réalisés par voie numérique dans son atelier angevin.

Adresse du site : http://fredm.photodeck.com

Le livre sera présenté à :

  • La Sadel, Angers en février 2018,
  • La Godeline, Angers en mars 2018,
  • Hyper-U, Mûrs-Erigné, (dates à préciser),
  • Médiathèque Toussaint, Angers,
  • L’Abbaye de Fontevrault (cloître St Lazare), en mars 2018,
  • Le Festival Terres à vins, Terres à vignes de Savennières en septembre 2018,
  • La Galerie de l’Aubance, Brissac, (dates à préciser),
  • Médiathèque La Bulle, Mazé en novembre 2018

 

DansQuelleVignesOnVit_souscription DansQuelleVignesOnVit_souscription [353 Kb]

Rencontre avec Jean-Marie Blas de Roblès

 

Communiqué

La librairie CONTACT d'Angers organise une rencontre avec cet écrivain le 21 septembre 2017 à 19h00 (3 Rue Lenepveu, 49100 Angers).

Jean-Marie Blas de Roblès y dédicacera également son dernier livre "Dans l'épaisseur de la chair".

 

Robles_Contact21sept2017 Robles_Contact21sept2017 [88 Kb]

Le Banquet du Livre - été 2017 : Penser, rêver, agir

 

Communiqué

Du 4 au 12 août 2017, le Banquet du Livre d'été 2017, penser rêver agir s'est remarquablement déroulé "de bout en bout", "de A à Z", "sur tout la ligne"... "entre les lignes"... "avec et entre tous" !

Nous vous adressons maintenant, avec grand plaisir, le communiqué et la revue de presse, quelques photos aussi.

Bien sûr, le programme d'activités de La Maison du Banquet et l'été continuent...

- la Librairie et le Café littéraire vous accueillent tous les jours jusqu'au 17 septembre,

- retrouvez le journal de La Maison du Banquet sur www.corbieres-matin.fr,

- découvrez le calendrier à venir sur www.lamaisondubanquet.fr

 

Com_Presse_banquet2017 Com_Presse_banquet2017 [5.264 Kb]

« Un jour dans l’année » : un WritingDay, le 27 septembre 2017

 

Communiqué

Le mercredi 27 septembre 2017, à Fribourg, chacun pourra se retrouver face à la page blanche ou à l’écran d’ordinateur pour écrire son vécu de l’année en cours et venir raconter un peu de son histoire.  L’Association Histoires d’ici, pour la collecte et la mise en valeur de la mémoire fribourgeoise, propose, pour ses 10 ans d’existence, une démarche inédite dans le canton: un WritingDay.

Chaque année, le 16 juin, Dublin se métamorphose en un immense laboratoire littéraire: c’est le «Bloomsday». En hommage à James Joyce, la ville, les musées, les bistrots se transforment en espaces de lectures des textes de cet auteur. Histoires d’ici veut créer à Fribourg un WritingDay, un jour d’écriture de soi: "Un jour dans l’année"

Le choix de la date correspond à un appel de l’écrivain russe Maxime Gorki. Son but était de constituer par l’intelligence et le talent collectif le «portrait de la planète» en documentant les impressions d’une journée de vie du monde. Il choisit arbitrairement la date du 27 septembre.

L’idée a été reprise par l’auteure allemande Christa Wolf en 1960. Elle a tenu son journal le 27 septembre de chaque année, de 1960 jusqu’à sa mort en 2011.

Dans Mon nouveau siècle, Un jour dans l’année 2001-2011 traduit en français, elle écrivait : «C’est contre cette irrémédiable perte de l’existence que je voulais écrire : au moins un jour chaque année devait fournir un pilier fiable à la mémoire, jour décrit sans intentions littéraires, de manière pure et authentique, c’est-à-dire : totalement laissé au hasard.» (Christa Wolf, op. cit., 2014, trad. française, p.8) ...

 

Contact : Catherine Schmutz-Brun, Présidente - Simplon1 – 1700 Fribourg - Catherine.schmutz@unifr.ch - 026 475 34 70 - 077 409 90 55

 

CommuniqueDePresse_Writingday-27sep2017 CommuniqueDePresse_Writingday-27sep2017 [624 Kb]

collectons la parole de celles et ceux qui l'ont fait !

 

Un appel de MEDIAPART et des Editions de L'ATELIER

Et si on donnait enfin la parole à celles et ceux qui ont fait et vécu mai-juin 68 ? Les Éditions de l'Atelier et Mediapart lancent un appel à témoignages.

Vous étiez apprenti-e, fonctionnaire, étudiant-e, ouvrier-ère, employé-e, artisan-e, lycéen-ne ou paysan-ne, ou même enfant ? Mobilisez votre mémoire pour rappeler ce que furent ces journées et ces moments dans les usines, les bureaux, les villages, ou simplement dans vos familles. Envoyez-nous vos témoignages, peut-être même aussi une copie, un scan de ces photos noir et blanc gardées dans un carton, d'un vieux tract, d’une feuille de paye amputée à cause des grèves, d’un journal intime, de dessins ou de notes personnelles. Vous avez jusqu’au 15 septembre 2017.

Votre récit peut être un texte racontant ce que vous avez fait pendant les événements, décrivant vos impressions d’alors, ou mettant le souvenir en perspective, montrant comment 68 a eu un effet sur votre vie. Ou, beaucoup plus simplement encore, une scène qui vous a frappé-e, un fait a priori anodin mais qui vous a paru significatif, les petits événements auxquels vous avez assisté ou participé, un moment d'émotion ou de bonheur, une prise de bec en famille, une rencontre marquante, etc. (en indiquant brièvement qui vous étiez et ce que vous faisiez à l’époque).

Quels que soient leur forme, leur taille, leur style ou leur contenu, tous les éclats de mémoire qui peuvent reconstituer la mosaïque de ces deux mois extraordinaires sont les bienvenus. Et que personne ne s’interdise d'en apporter au prétexte qu’il ne « sait pas écrire » ou qu’il n’a « pas fait grand-chose ». C'est justement d'avoir été ensevelie sous le flot de parole de ceux qui se croient importants que la mémoire de Mai s'est brouillée. Nous voulons au contraire retrouver la parole des innombrables soixante-huitards plus ou moins actifs sans qui l’événement n’aurait pas eu lieu – la vôtre.

Élargissez le cercle ! Soit en relayant cet appel à témoignage, soit en faisant parler vos proches. Vous avez, dans votre famille, dans vos relations, parmi vos voisins, au bureau, un aîné ou une aînée qui a pris part à une occupation d’usine, à un piquet de grève, à une manifestation, à une échauffourée, ou qui tout simplement vous a raconté comment ces semaines l’ont marqué, et même – mais si ! – un proche ou une relation que le mot « Mai 68 » suffit à rendre grognon avec le souvenir d'un chiffre d'affaires perdu, d'une rencontre houleuse avec des manifestants : cela nous intéresse aussi.

Toutes les formes de témoignages – écrite, audio ou vidéo – sont les bienvenues.

Vous l’avez compris : nous n’exigeons pas forcément des témoignages « bien écrits », nous souhaitons plutôt des souvenirs bruts, authentiques, brefs ou longs, accompagnés ou non de photos, de tracts, etc. Des souvenirs qui fassent remonter de tous les endroits (campagnes, villes moyennes, grandes villes), de tous les milieux sociaux, de toutes les générations, la parole de celles et ceux – vous – à qui l’occasion d’en parler n’a jamais été donnée, ou trop rarement.

Un livre est envisagé aux Éditions de l’Atelier en 2018. Il ne pourra pas, bien entendu, reprendre tous les témoignages, mais il essaiera de montrer la grande diversité des vécus de 68, et la grande diversité de celles et ceux qui l’ont fait.

Si vous le souhaitez, merci de nous laisser vos coordonnées de manière à pouvoir vous contacter si besoin. Merci aussi de nous indiquer si vous souhaitez être nommé ou anonymisé.

Envoyez vos contributions à l’adresse mail suivante mai68parceuxquilontfait@editionsatelier.com  ou Les Éditions de l’Atelier
"PROJET MAI 68" 51-55, rue Hoche - 94200 Ivry-sur-Seine