Communiqués-Appels-Pétitions

Nous reproduisons

 

des Communiqués, des Appels, des Pétitions

aleph-Ecriture Paris : des portes ouvertes

 

COMMUNIQUE

Le samedi 19 septembre dans les locaux d'Aleph (Aleph-Écriture - 6, rue du Fouarre - 75005 Paris) ou en ligne

"Nous avons le plaisir de vous inviter à nos portes ouvertes de rentrée à Paris et en ligne le 19 septembre 2020 ! Conditions sanitaires obligent, nous avons dû revoir notre organisation pour éviter au maximum les regroupements physiques. 

Nous proposons donc le programme suivant : 

- pour ceux qui n'ont jamais eu l'occasion de participer à un atelier d'écriture, sont proposés des ateliers gratuits limités à 10 participants dans nos locaux parisiens. Les tables seront disposées pour vous permettre de respecter la distanciation physique d'un mètre.
A l'issue de cet atelier, vous pourrez échanger avec un de nos intervenants sur votre parcours d'écriture. Il sera également possible de vous inscrire sur place.
- pour ceux qui nous connaissent et qui sont déjà engagés dans un parcours, nous vous proposons de rencontrer nos intervenants dans nos locaux, sur les thématiques qui vous importent, en prenant rendez-vous sur notre site.

A l'issue de la journée, nous pourrons nous retrouver à distance sur notre plateforme Teams ou en Facebook live pour une présentation générale et vivante de nos ateliers. 

Au plaisir de vous retrouver samedi prochain, sur place ou en ligne ! 

L'équipe d'Aleph-Écriture"

Soutenir la reconstruction des bibliothèques publiques de Beyrouth

 

Appel de l'ASSABIL

Assabil (Les amis des bibliothèques publiques), l'organisation non gouvernementale en charge de trois bibliothèques publiques de Beyrouth dévastées lors de l'explosion qui a dramatiquement secoué la capitale du Liban le 4 août dernier, a lancé un appel à soutiens et à financements pour reconstruire et la réhabiliter les trois établissements.

L'accident a causé de sérieux dommages aux bibliothèques, mais aussi aux musées, aux écoles ou aux librairies. Vitres et portes soufflées par la détonation ou encore bureaux et câbles électriques démolis, l'Assabil réclame pour les bibliothèques 55000 dollars pour tout reconstruire. Ce sont annuellement 35000 visiteurs qui se rendent dans ces établissements aujourd'hui fermés.

Dans un communiqué, Gerald Leitner, le président de l'Ifla (International federation of libraries association) a déclaré : "Les espaces offerts par les bibliothèques ainsi que le patrimoine culturel du Liban et de la ville de Beyrouth qu’elles sauvegardent joueront un rôle important dans la restauration de l’esprit de la ville"... "Ensemble, ces derniers jouent un rôle important dans le rapprochement des communautés, la reconstruction et le retour à une vie normale en ces temps les plus difficiles".

Le jeune poète Mohamed Tadjadit kidnappé dans la banlieue d’Alger

 

Appel du Pen Club français

Mohamed TADJADIT est un jeune poète algérien de 26 ans très impliqué dans le soulèvement de son peuple depuis le 22 février 2019, d’abord contre le cinquième mandat de l’ex-président Abdelaziz BOUTEFLIKA, ensuite contre le régime qui a mené le pays à la dérive.

Mohamed déclamait ses textes dans les rues d’Alger et dans les agoras mises en place par les manifestants et sur la toile, ce qui lui a valu le titre de « poète de la révolution ». Cela l’a conduit en prison : d’abord arrêté le 14 novembre 2019, puis condamné en décembre de la même année à dix-huit mois de prison ferme et 100000 dinars d’amende, la plus lourde peine prononcée dans ce cadre, à cette date, et ce pour « atteinte à l’intérêt national », en janvier 2020, il a écopé d’un an de prison avec sursis avec interdiction de s’exprimer, mais Mohamed a continué à s’exprimer et a refusé de céder aux menaces qu’il recevait régulièrement.

Épris de liberté et de justice sociale, il n’a pas arrêté de lutter depuis, mais aussi de subir le harcèlement des autorités algériennes ; depuis quelques mois, il vivait en clandestinité et se déplaçait dans plusieurs villes du pays où il était reçu par la population, suite à une tentative d’enlèvement dans son quartier où se trouve la maison parentale ; encerclé, il avait pu s’exfiltrer grâce à l’aide de voisins et d’amis.

À son dernier retour à Alger, le 21 août, il a été à nouveau encerclé avec un certain nombre de ses amis dans une maison de la casbah d’Alger ; réfugiés sur la terrasse d’une maison pendant des heures, ils ont pu sortir et s’échapper ce jour-là, mais deux jours après, le dimanche 23 août, il a été enlevé par des personnes en civil au niveau de la ville de Ain taya, dans la banlieue d’Alger. Des nouvelles ont circulé évoquant une éventuelle présentation devant le procureur le 24 août. Son avocate, Maître Meriem Kacimi, nous apprend qu’il a entamé une grève de la faim avec son coaccusé Khimoud Nourredine pour protester contre dix chefs d’accusation extrêmement lourds qui leur ont été signifiés....

L'équipe d'Aleph-Écriture présente ses formations 2020-2021

 

Communiqué

Bonjour à toutes et à tous,

Nous voici, nous voilà ! Le programme se dévoile pas à pas - un vrai suspense - pour des raisons, comme on dit, « indépendantes de notre volonté ». Chi va piano va sano ? 

Nos ateliers et formations en présentiel reprennent, dans le respect des nouvelles règles sanitaires (port du masque pour tous, gestes barrières, gel hydroalcoolique à disposition), ainsi que nos ateliers par e-mail. Nous proposons ici une première salve d'activités via notre plateforme Teams, que nous complèterons très vite. 2021 verra notre offre à distance s'enrichir, avec des approfondissements et des nouveaux stages.

A Bordeaux, les Portes Ouvertes se dérouleront le samedi 12 septembre avec ateliers d'écriture gratuits et présentation de la saison, avec masques bien sûr mais en extérieur, dans le jardin, ce qui change tout, et comme il fera très beau, c'est encore mieux.

A La Rochelle, nos rencontres de début d'année se font à la fois en ligne et sur place pour essayer l'atelier, avec la possibilité d'un entretien d'orientation individualisé (sur inscription).

À Paris, nous vous retrouverons le samedi 19 septembre, avec des ateliers gratuits en présenciel et une présentation du programme de la saison via notre plateforme en ligne (l'information vous sera communiquée dans les jours qui viennent)

En attendant, toute cette programmation, déjà présente et prometteuse, est disponible en ligne. Pour la consulter, rendez-vous sur la page Agenda de notre site internet, accessible ici.

Restons à distance mais en contact et on revient vers vous très vite !

Le PEN Club français : solidarité avec Svetlana Alexievitch

 

Communiqué du PEN Club français (26/08/2020)

Le PEN Club français demande l’abandon immédiat de la procédure pénale engagée contre le Comité de Transition mis en place la semaine dernière par l’opposition en Biélorussie. Celui-ci compte parmi ses membres Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de Littérature 2015 et présidente du PEN de Biélorussie. Voix dissidente majeure et l’une des figures tutélaires de ce Comité de Transition, elle était convoquée le mercredi 26 août 2020 par la police pour un interrogatoire. L’écrivaine risque cinq ans de prison pour atteinte à la sécurité nationale.
Le PEN Club français proteste vigoureusement contre la répression brutale et les arrestations d’opposants en Biélorussie qui ont suivi l’élection présidentielle du 9 août dernier. Ce sont de graves atteintes à la liberté du peuple biélorusse d’exprimer pacifiquement son désaccord avec Alexandre Loukashenko.

Le PEN Club français suit avec la plus grande vigilance l’évolution de la situation en Biélorussie et exprime son soutien au peuple biélorusse en lutte pour la reconnaissance de ses droits légitimes.

  • Emmanuel Pierrat, Président du PEN Club français
  • Michèle Gautard, Présidente du Comité pour la défense des écrivains persécutés, PEN Club français
  • Cécile Oumhani, Membre du Comité pour la défense des écrivains persécutés, PEN Club français

 

"Les agressions homophobes en Pologne toléréés par le pari au pouvoir"

 

Dans Le Monde du 17/08/2020, une tribune d'écrivains et artistes appelant à la fin des agressions homophobes en Pologne.

"Nous, soussignés, exprimons notre indignation face aux répressions dirigées contre la communauté LGBT+ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et tous les autres) en Pologne. Nous souhaitons dire notre solidarité avec les militants et leurs alliés, qui sont détenus, brutalisés et intimidés. Nous voulons faire part de notre préoccupation quant à l’avenir de la démocratie en Pologne, un pays dont l’histoire est marquée par sa résistance admirable au totalitarisme et par sa lutte pour la liberté...."

Se former et accompagner par les histoires de vie

 

Les 5 et 6 novembre 2020, colloque organisé par l'IST Pierre Bourdieu et l'ASIHVIF - 8 cours Léon Bérard à Pau

Présentation : De la crise aux histoires de vie en formation

Et si cette crise sanitaire sans précédent était une formidable occasion de repenser le cours de nos vies ; Une nouvelle manière de penser nos relations, dans le monde, avec nous-même et les autres.

Car ce qui est en question ne se pose plus en termes de concurrence, de recherche de performance ou de compétition, mais plutôt dans nos modes d’agir, nos manières de partager, de coopérer, de cheminer ensemble. Finalement c’est probablement parce que nous sommes atteints dans nos corps, dans notre existence propre et dans les restrictions relatives à nos libertés individuelles que le sens de la vie est réinterrogé. Là où il s’agissait d’acquérir ou de posséder, il s’agit maintenant de comprendre qui nous sommes, comment nous voulons exister personnellement et socialement. Autrement dit, chercher à comprendre ce qui nous arrive pour être ensemble sur notre planète.

Comment en sommes-nous arrivés là ? C’est par cette simple question, à un moment particulier de la vie, que s’enclenche parfois la démarche en histoire de vie. En s’arrêtant de courir, en ralentissant les temps qui s’imposent à nous, nous pouvons réinterroger le sens de notre vie, nous engager dans une quête de sens sur l’existence. Pour cela, il nous faut revenir sur notre passé, repenser nos pratiques sociales et nos expériences personnelles, repenser nos manières de faire, reconstruire une histoire apurée de ce qui nous asservit, faire de notre vie une histoire.

Et si la formation n’était pas uniquement une question d’acquisition de savoirs, mais aussi et avant tout une démarche de mise en forme permettant à chacun en conscience de considérer ses expériences, de leur donner une cohérence, de s’engager dans une visée d’existence partagée pour le bien commun.

Aussi proposer ce colloque, La « place » de la personne dans les accompagnements institués ;   Se former et accompagner par les histoires de vie », est pour nous l’occasion d’élaborer collectivement des réponses que peuvent se poser de nombreuses personnes. C’est aussi participer à la reconnaissance des pratiques, à les situer dans une perspective épistémologique, à leur proposer un cadre méthodologique et éthique ; Finalement, partager ensemble sur ce qui participe d’une démarche d’élaboration de connaissances incarnées et inter-personnelles.

Au nom du comité d’organisation, Hervé Prévost

"Le temps des voisins"

 

Communiqué

Vous avez été nombreux à nous suivre sur Teams et sur Facebook lors de nos toutes premières portes ouvertes numériques, qui présentaient nos ateliers de l'été. Merci à vous ! Pour ceux qui ne pouvaient pas se joindre à nous, vous trouverez ici le replay.

 

Pour profiter des vacances, l'Inventoire, la revue numérique d'Aleph, vous propose un concours de nouvelles d'un nouveau type, intitulé "Le Temps des Voisins".

Tout au long de l'été, notre rédactrice en chef Danièle Pétrès vous proposera des introductions au genre de la nouvelle et des exemples emblématiques ; vous pourrez ensuite nous envoyer votre texte, du 15 août au 15 septembre, et recevoir des retours de vos pairs.

Mais où cela se passe-t-il ? Sur notre plateforme en ligne, bien sûr !

Une sélection sera publiée sur l'Inventoire, où le vote populaire déterminera les trois lauréats.

Pour vous inscrire c'est par ici !

 

Concernant votre été en écriture, il est encore temps de vous initier à la nouvelle, au roman, ou de vous lancer dans la découverte de l'écriture littéraire, à Paris, à Lyon... ou de penser le monde et ses tumultes à partir de votre lieu de vacances, avec notre nouveau stage Philosopher en été.

 

A très bientôt avec des nouvelles de la rentrée !

 

L'équipe d'Aleph-Écriture

Après la nommination de Roselyne Bachelot à la culture

 

Sur le site de "L'autre Livre", regroupement de 185 éditeurs indépendants, la réaction du monde des livres

"Mesures de relance de la filière, réforme du statut des artistes-auteurs, concentration éditoriale… Les acteurs du livre confient à Livres Hebdo ce qu'ils attendent du gouvernement au lendemain de la nomination de Roselyne Bachelot au ministère de la Culture. Les noms changent, la crise demeure. Passé l’effet de surprise, la nomination de Roselyne Bachelot, chiraquienne et ancienne lieutenant de Nicolas Sarkozy, à la tête du ministère de la Culture en remplacement de Franck Riester, la poussière retombe et révèle un secteur en péril, déprimé par l’arrêt quasi-total pendant près de trois mois des activités culturelles. 
"Je sais que le temps m’est compté", ..."

ASLI ERDOGAN ET AHMET ALTAN, CITOYENS D’HONNEUR DU PEN CLUB FRANÇAIS

 

Réuni le 25 juin 2020, le Pen club Français a décidé de nommer « Citoyens d’honneur » Asli Erdogan, écrivaine turque, emprisonnée en 2016 pendant 132 jours et en exil en Allemagne depuis 2017, ainsi qu’Ahmet Altan, écrivain et journaliste turc arbitrairement emprisonné depuis 2016.

Actuellement en résidence à Berlin où elle subit des examens médicaux (le poids de l’exil et des campagnes de presse successives contre elle continuent de l’accabler), la romancière turque vient d’apprendre qu’après avoir été acquittée en février 2020, un nouveau procureur s’adresse maintenant à une juridiction plus haute. Il réclame des poursuites concernant l’accusation de propagande terroriste pour ses articles parus dans Ozgür Gündem et publiés en français sous le titre Le Silence même n’est plus à toi (Actes Sud 2017, trad. Julien Lapeyre de Cabanes).

les "bouillons" s'affichent sur facebook

 

Les BOUILLONS, café littéraire d'Angers, ont maintenant leur page sur facebook

é"Les Bouillons"c'est un temps pour partager la passion de la littérature, rencontrer des écrivains à propos de leurs derniers ouvrages et comprendre avec eux, "Comment va le monde". "Les Bouillons" C'est un lieu de rencontres nécessaire et convivial !
Une fois par mois, l'équipe vous convie à ces échanges en lien avec les librairies Sadel et Contact, l'association Le dire et l'écrire et en partenariat avec le Théâtre Le Quai et les Bibliothèques Municipales d'Angers.#angers"

Nous soutenir : Appel pour la maison de colette

 

Privée de visiteurs, sans aides publiques, la Maison de Colette peut mourir financièrement.

Un appel à soutenir cette maison est lancé

"La maison natale de Colette est gérée par une association grâce à la billetterie, aux ventes et aux dons, essentiels à la vie et à l’animation du lieu.

La crise sanitaire qui frappe notre pays et le monde entier met aujourd’hui en danger l’existence même de notre structure. Après 4 mois de fermeture, les pertes sont importantes avec des perspectives de reprise incertaines. Sans une aide exceptionnelle de l’Etat et des collectivités, sans le soutien des lectrices et des lecteurs de Colette, des amoureux/ses de la littérature et du patrimoine, l’association ne parviendra pas à surmonter cette nouvelle épreuvre.

« Je crois au merveilleux » écrivait Colette à son premier mécène, François Ducharne, qui, en 1925, sauvait une première fois la maison.Nous voulons également croire « au merveilleux » et souhaitons continuer à transmettre l’héritage littéraire et culturel de Colette aux générations à venir..."

Sauver les bouquinistes, un enjeu de civilisation !

 

Pétition en ligne

"... Nous voulons vous parler de femmes et d’hommes que vous n’avez peut-être jamais rencontrés et qui, pourtant, occupent dans l’imaginaire collectif une place singulière : les bouquinistes de Paris.

Leur histoire est une véritable épopée, entamée il y a bientôt cinq siècles. Dès 1620, on en dénombre une vingtaine regroupés sur le Pont-Neuf. Plus tard, suite à l’aménagement des quais par Napoléon, les bouquinistes s’emparent des parapets. Inscrits au patrimoine culturel immatériel français depuis février 2019, ils demandent aujourd'hui à intégrer le Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO..."

Pour une intermittence des arts et des lettres : ....

 

Une tribune et une pétition dans LIBERATION du 29 mai 2020

Titre complet : Pour une intermittence des arts et des lettres : une utopie concrète et réalisable

Il est urgent d'accorder aux auteurs et aux artistes les mêmes droits qu’aux comédiens, musiciens, et intermittents du spectacle.

"«Comme toute autre activité utile, écrire mérite salaire», notait Primo Levi dans le Métier des autres. Or les écrivains, les plasticiens, les photographes, les illustrateurs, les traducteurs et les scénaristes d’aujourd’hui ne bénéficient quasiment jamais du salariat dans le cadre de leur travail artistique qui n’est jamais reconnu comme tel. Depuis le mois de mars, privés de ventes et de revenus complémentaires, les voici extrêmement fragilisés par la crise sanitaire..."

ça va bouillonner à Contact

 

COMMUNIQUE

 

Bonjour,
Nous vous espérons en forme, parfaitement déconfinés et impatients de pouvoir à nouveau assouvir votre fringale de lecture. 
Les Bouillons reprendront leurs soirées coutumières à la rentrée, à compter du mois d’octobre, et ce, dans le respect des mesures de protection en vigueur, avec nos partenaires habituels.
Le 10 juin, dans un premier temps, vous recevrez  notre revue des Coups de cœur pour l’été : une quinzaine d’ouvrages que nous avons chroniquée et vous recommandons chaudement. Vous pourrez les retrouver sur une table, à la librairie.
Le 11 juin, l’équipe des Bouillons sera présente à Contact, pour vous retrouver avec grand plaisir et vous parler de tous ces Coups de cœur pour l’été. Nous vous ferons part aussi du futur calendrier et nous l’espérons, du premier auteur qui ouvrira notre saison littéraire. 
A très bientôt donc,
Recevez toutes nos amitiés, Christine Tharel, Catherine Malard et Benoît Fourrier

Les histoires de vie dans un monde en transformation

 

Titre complet : Les histoires de vie dans un monde en transformation : au carrefour de la recherche, de la formation et de l'intervention

COMMUNIQUE

Report du colloque Les histoires de vie dans un monde en transformation et nouvelles dates

Le colloque international prévu à Montréal (UQAM) du 19 au 22 mai 2020 a dû être reporté à cause de la pandémie de la covid-19. Il nous fait maintenant plaisir de vous annoncer les nouvelles dates. Si les conditions sont réunies, nous aurons le plaisir de vous accueillir à l’UQAM du mardi, 18 mai au vendredi, 21 mai 2021. Nous vous y attendons !

Adresse du site pour des mises à jour : https://sites.grenadine.uqam.ca/sites/hv/fr/hv2020

Au nom du comité d’organisation, Danielle Desmarais, coordonnatrice, professeure titulaire École de travail social - Université du Québec à Montréal

Pourquoi nous ne ferons pas de festival virtuel

 

Communiqué d'ETONNANTS VOYAGEURS (25 mai 2020)

Parce qu’en ces temps envahis par le numérique, submergés par un flot de contenus, nous pensons qu’un peu de silence est bénéfique pour tout le monde.

Parce que le festival est un lieu de réflexion et d’échange proprement unique entre un public passionné et des auteurs formidables. Parce que l ‘équipe du festival, tout comme les auteurs et les visiteurs, nous nous nourrissons tous de l’énergie humaine qui se dégage de ces trois jours intenses.

Le festival n’est pas une juxtaposition de rencontres autour d’auteurs et de livres. C’est un puzzle, difficile à assembler, une quête de sens, une grande énigme à choix multiples, une formidable chasse au trésor pour qui sait chercher...

Aucune édition virtuelle ne saurait remplacer cette infusion d’humanité qu’est pour nous le festival.

Déclaration de l'AILF à propos de la crise des librairies suite au confinement

 

L'AILF (Association Internationale des Libraires Francophones) s'est exprimée le 13 mai 2020 via une déclaration de son Président, Philippe Goffe.

"Parmi la quarantaine de pays sur lesquels nous avons obtenu des informations, plus de deux tiers des librairies ont dû « fermer boutique »

"Cette crise exceptionnelle que nous vivons aura au moins été un bon révélateur.
D’abord, de la réalité d’une chaîne du livre comme écosystème : pas besoin de réfléchir longtemps pour comprendre qu’une librairie à l’arrêt, c’est un diffuseur, puis un éditeur, puis un auteur qui s’arrêtent. Sans oublier les métiers intermédiaires que sont les graphistes, les imprimeurs, les illustrateurs etc.

La seconde réalité c’est la capacité du secteur et des pouvoirs publics à réagir et à proposer des mesures d’aide et d’accompagnement. La librairie a été particulièrement présente dans les débats, d’abord par ses prises de parole et la mobilisation des lecteurs, ensuite par les aides diverses qui lui ont été apportées en France, par le Ministère de la Culture via le CNL, par l’ADELC, ou par les autres mesures sociales ou de soutien économique apportées par l’Etat. Et enfin, ce qui a été démontré, c’est l’importance, et pas seulement symbolique, que nos sociétés accordent à la culture et ses acteurs.
A cela, j’ajouterais volontiers l’épiphénomène du discours omniprésent sur « le jour d’après ».

Or, pour certains, le jour d’après c’est maintenant ou jamais...."

L’approche biographique et l’approche narrative dans l’intervention : ...

 

28/04/2020

Titre complet : L’approche biographique et l’approche narrative dans l’intervention : convergences et spécificités.

Appel à contributions pour le volume 33, numéro 1 (printemps 2022) de la revue "Nouvelles pratiques sociales" (numéro sous la codirection de Danielle DESMARAIS, Professeure titulaire, École de travail social, UQAM et Annie GUSEW, Professeure associée, École de travail social, UQAM)

Ce numéro de la revue NPS veut rendre compte de la diversité des pratiques d’intervention avec l’approche biographique et avec l’approche narrative, de leurs caractéristiques respectives et de leur apport actuel dans un monde en profondes transformations sociales.

L’intervention est axée sur le changement. Un changement bénéfique aux individus, aux groupes ou aux collectivités, doublé, dans l’intervention sociale, d’objectifs de réduction des inégalités, des injustices, de promotion des droits, etc. Ce qu’on appelle maintenant l’approche biographique (Bertaux, 1980) d’une part et l’approche narrative d’autre part permettent de réaliser ces différents types de changement. L’approche biographique regroupe un grand nombre de pratiques et d’appellations, transitant depuis le début du XXe siècle du récit de vie en tant que technique de collecte de données en recherche – à l’histoire de vie et à l’(auto)biographie – vers le développement progressif d’une méthodologie autonome en sciences humaines, sociales et éducatives. La véritable révolution paradigmatique opérée par l’approche biographique tient toutefois au renversement complet de la posture motrice de production de connaissance et, conséquemment, d’intervention, qui est passée du chercheur.e-intervenant.e vers le ou les sujet(s) qui se raconte(nt). L’approche narrative, pour sa part, participe de ce nouveau paradigme car l’intervenant.e narratif.ve se distancie résolument de la position d’expert.e et place les savoirs de l’usager.e ainsi que les savoirs locaux au cœur de l’intervention.

Pour développer cette proposition, il nous semble important d’aborder quelques éléments du processus inédit d’intervention avec l’approche biographique, et plus particulièrement de son utilisation dans des groupes.  De plus nous traiterons de la posture clinique commune à l’une et l’autre approches, des enjeux théoriques et méthodologiques de la narration de soi dans l’intervention, en particulier dans l’approche narrative, ainsi que du rôle de l’intervenant.e dans les deux approches. Enfin, il nous semble essentiel d’aborder quelques effets de l’intervention biographique ou narrative : la réarticulation de la temporalité et l’édification d’un monde meilleur....

Cause confinement, Aleph écriture modifie ses formations et vous propose

 

Communiqué

Le printemps est là, l’heure d’été aussi ; le confinement, lui, s’étire. Nous espérons que vous allez aussi bien que possible et parvenez à trouver l’énergie et l’imagination nécessaires pour endurer cette période.  

On peut écrire partout, tout le temps. C’est la force de l’écriture et la raison pour laquelle nous avons très vite cherché un moyen pour continuer vos ateliers, même à distance. Nous avons mis en place un outil collaboratif , “Teams”. Via cette plateforme, l’intervenant et le groupe communiquent dans les conditions aussi proches que possibles du direct de l’atelier. Les voix, les visages, les embarras, les éclats de rire. 

Depuis le 20 mars, nous l’avons testé avec succès et plusieurs groupes poursuivent désormais leur atelier ainsi. Nous mettons systématiquement en place un temps d’initiation pour les participants, de façon à moins buter sur les aspects techniques.  

Ceci fait, nous avons travaillé à composer une offre qui, outre celle prévue au programme, réponde au temps disponible et à l’envie d’écrire, au besoin d’ouvrir l’espace derrière les portes fermées, à la nécessité d’être reliés les uns aux autres.  

Nous intensifions la programmation des ateliers ouverts (un auteur, un livre paru récemment, une proposition) que vous connaissiez notamment en librairie. L’atelier dure 2 h et son tarif passe, la durée du confinement à 10 € au lieu de 20 €.  

Nous adaptons en demi-journées le format à distance de la plupart de nos ateliers pour vous permettre de vous organiser. 

Nous ouvrons en avril nos ateliers par e-mail, notamment pour ceux qui ne peuvent pas être disponibles à des heures précises. 

Vous trouverez ci-dessous l'ensemble de notre offre pour les jours à venir, sur la plateforme (cliquez sur le titre de l'activité pour en savoir plus et pour vous inscrire).  

Nous revenons très vite vers vous avec d’autres propositions et vous souhaitons d’apercevoir le « forsythia gai d’avant printemps » cher au poète Jude Stéfan

La santé n’a pas de prix et cela vaut pour les librairies ...

 

Titre complet : La santé n’a pas de prix et cela vaut pour les librairies. Pour le boycott d’Amazon ! Pour un soutien massif au secteur du livre !

23 mars 2020 : Des écrivains, des éditeurs s'élèvent contre la réouverture des librairies et appelle le gouvernement à prendre ses responsabilités vis à vis d'un secteur en grandes difficultés

Au quatrième jour de confinement, deux déclarations ministérielles sont venues tour à tour révéler les incohérences de la politique sanitaire et la confusion entretenue par le gouvernement. La ministre du Travail Muriel Pénicaud s’est dite « scandalisée » que le syndicat des artisans du bâtiment ait appelé à fermer les chantiers. Or, ce qui est scandaleux, c’est justement que la ministre s’en indigne. Car c’est bien ce qu’il y a à faire : le confinement. Les démonstrations scientifiques solides et salutaires se multiplient pour démontrer son efficacité exemplaire afin d’enrayer l’épidémie. La protection de la santé vaut aussi pour les ouvriers. Au même moment, le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire a déclaré réfléchir à rouvrir les librairies. Le Syndicat de la librairie française a pourtant indiqué qu’il ne le souhaitait pas. La protection de la santé vaut aussi pour les libraires. ...

« La Turquie a lancé une guerre totale contre les Droits Humains »

 

Une lettre d'Asli Erdogan - 29 janvier 2020 Chers amis, chers collègues,

Comme vous vous en souvenez peut-être, j’ai été arrêtée le 16 août 2016, au prétexte que j’étais membre du symbolique comité consultatif de « Özgür Gündem », un journal pro-Kurde, tout à fait légal, en même temps que les deux rédacteurs en chef. Bien que nous ayons été six à faire partie du comité consultatif, seule Necmiye Alpay, linguiste et critique littéraire, a été arrêtée deux semaines après moi. Les chefs d’accusation qui pesaient contre moi étaient « atteinte à l’unité de l’Etat » (réclusion à perpétuité aggravée) et « propagande et appartenance à une organisation terroriste » (jusqu’à quinze ans d’emprisonnement). Au bout de quatre mois et demi, j’ai été libérée mais l’affaire se poursuivait.

On l’a laissée traîner pendant trois ans, le procureur reportant continuellement le procès. Le mois dernier, un nouveau procureur a soudain pris une décision. Il a demandé que les rédacteurs en chef, ainsi qu’Eren Keskin, Président de l’Association des Droits Humains et ancien rédacteur en chef soient jugés pour avoir été membres du PKK (jusqu’à 15 ans d’emprisonnement). Il a aussi demandé une peine de prison de 2 à 9 ans pour moi, pour quatre articles que j’ai écrits, disant qu’il s’agissait de propagande.

Le plus absurde est que ces articles ont été publiés en 2016 et qu’ils n’ont alors suscité ni procès ni même une enquête. En fait aucun de mes articles dans toute ma carrière n’a jamais entraîné de procès. L’un d’eux est un monologue intérieur, un texte en prose intitulé : « Journal du fascisme : aujourd’hui ». Il n’y a presque rien de politique dans ce texte, il est tout à fait abstrait et ne fait référence ni à un lieu ni à une époque. Il s’agit d’une description littéraire de la destruction intérieure d’un individu sous un régime autoritaire ainsi que du lourd poids qu’implique d’être témoin. En fait cet article a été inclus dans « Le silence même n’est plus à toi » et a été publié par plusieurs éditeurs dont Actes Sud, Penguin Knaus, Gyldendal, Ramus et Potamos notamment. Le livre a été récompensé par plusieurs prix littéraires.

Maintenant les éditeurs de plus de douze maisons d’édition, ainsi que plusieurs membres appartenant à des jurys littéraires sont indirectement tenus responsables de propagande terroriste. Le procureur affirme que j’ai fait des commentaires sur des « civils assassinés », alors qu’aucun « civil » n’a jamais été assassiné et que donc j’essaie de représenter les membres du PKK assassinés comme des « civils », en conséquence de quoi je fais de la propagande, etc. Je suis certaine que ces éditeurs ne savent même pas pour quelle organisation ils sont censés avoir fait de la propagande !

Mais l’attaque contre mon œuvre littéraire ne s’arrête pas là. L’un des articles qui figure dans mon dossier s’intitule « Le plus cruel des mois : avril », en référence à T.S Eliot. Il décrit la mort d’un chien errant dans une ville entièrement en ruines. Étrangement, aucun des articles où je décris comment des civils ont été effectivement massacrés ne figure dans le dossier.

Le procès est pour très bientôt, avant qu’aucune vraie solidarité ou réaction forte n’ait le temps de s’organiser : le 14 février, jour de la Saint-Valentin.

J’en appelle instamment à vous pour que vous protestiez contre ce qui attaque très gravement la liberté d’opinion, d’expression et bien plus… La Turquie a lancé une guerre totale contre les Droits Humains, la littérature et pire encore, la CONSCIENCE, par son insistance à me poursuivre.

Mes salutations,

Asli Erdogan

Texte traduit par Cécile Oumhani, membre du PEN français et du Parlement des Écrivaines Francophones.

Les histoires de vie dans un monde en transformation

 

Note (22/01/2020) de Danielle Desmarais, au nom du Comité  d’organisation du colloque : dernières nouvelles du colloque qui se tiendra à Montréal les 19, 20 21 et 22 mai 2020

D’abord, une mauvaise nouvelle : nous avons essuyé un refus concernant notre 2e (et dernière !) demande de financement par l’organisme fédéral du CRSH. Nous attendons toujours les commentaires du comité d’évaluation. Le comité d’organisation du colloque a donc dû revoir le budget. La principale rentrée d’argent viendra des inscriptions dont nous avons fixé le tarif au plus bas niveau possible afin de favoriser la participation la plus large et ce, pour toutes les catégories de participant.e.s au colloque. Cet exercice difficile de prestidigitation (équilibre entre un tarif bas et une couverture des frais minimaux) nous laisse toutefois avec une inquiétude qui s’effacera lorsque nous aurons atteint un certain nombre d’inscriptions. Ici, vous pouvez apporter une contribution en encourageant la diffusion de l’info concernant le colloque, et notamment l’offre d’un tarif préférentiel pour les personnes qui s’inscrivent maintenant au colloque.

Voir les tarifs selon les catégories de personnes et les dates sur le site : 

https://sites.grenadine.uqam.ca/sites/hv/fr/hv2020/documents/get_document/24

J’ajoute ici que nous pouvons compter sur la contribution financière directe ou indirecte de plusieurs d’entre vous, à titre de partenaires, contributions que nous apprécions à leur juste valeur ! Nous nous efforcerons dans les semaines qui viennent de poursuivre notre quête de partenaires intéressés à notre colloque et prêts à y contribuer financièrement.

Notre colloque a certes suscité un grand intérêt. Outre les 4 panels constitués d’experts que nous avons sollicités pour leur expertise, mais aussi parce que nous privilégions une diversité de points de vue sur les thématiques des panels, nous avons reçu une centaine de propositions de contribution, réparties en 3 catégories : des communications, des ateliers d’exploration et des symposiums. Toutes ces propositions ont été évaluées en double aveugle. La très grande majorité d’entre elles ont été retenues, ce qui démontre déjà la qualité de ces propositions. Le comité d’organisation s’attelle maintenant à la construction du programme, tâche colossale, comme vous pouvez l’intuitionner. Nous avons annoncé une mise en ligne du programme complet du colloque le 1er mars prochain. Nous tâcherons de nous y tenir. 

Étant donné le grand nombre de propositions reçues, nous avons dû modifier l’horaire du colloque – en ligne - pour augmenter le nombre de plages horaire d’ateliers.  ....

Communiqué des éditions du "Petit Pavé"

 

Communiqué

12è chapitre de NoëlLivre, le 15 décembre 2019 de 10h00 à 18h00 à Mûrs-Erigné (49610) au Bistrot des Citoyens du Monde.
Ce sera aussi l'occasion de fêter le 25è année des éditions du Petit Pavé

Nonfiction a besoin de votre soutien !

 

Appel (28 novembre 2019)

Média participatif, Nonfiction est aussi une association d'intérêt général : aidez-nous à assurer la meilleure qualité pour nos contenus grâce à vos dons défiscalisés.

Depuis plus de dix ans désormais, Nonfiction s’efforce de faire vivre un projet éditorial original qui est aussi un idéal démocratique : celui d’occuper un espace laissé vacant entre la presse conventionnelle, qui s’est détournée du travail patient des sciences humaines, et les revues scientifiques, peu diffusées et peu accessibles. Dans cet espace, nous nous efforçons d'animer une rencontre à trois dimensions, entre les différentes approches disciplinaires, entre les sciences et les arts, et avec le grand public....

Pourquoi donner ? Si nos contributeurs sont bénévoles, pourquoi Nonfiction a-t-il besoin de votre soutien ?

Vos dons financeront l’hébergement de notre site, et surtout, le développement de nos projets numériques, comme cette année la refonte de notre charte graphique et encore l’amélioration de l’ergonomie et de la lisibilité de nos contenus sur supports mobiles.

Plus largement, un financement participatif régulier nous permettra de continuer notre activité en toute indépendance et d’envisager sur le long terme de nouveaux projets.

Pour toutes ces raisons, Nonfiction compte sur votre soutien, ponctuel ou récurrent, selon vos envies et vos moyens....

Collecte nationale d’archives - Confiez-nous vos archives familiales

 

Adresse du Mémorial de la Shoah : 17 rue Geoffroy l’Asnier 75004 Paris

Le Mémorial de la Shoah mène une campagne nationale de recueil d’archives en interpellant  le grand public sur la nécessité de sauvegarder tous types de documents privés de 1880 à 1948 pour l’aider dans sa mission de transmission et de sensibilisation à la prévention des crimes contre l’humanité.

Retourà la case prison !

 

Une semaine après sa libération de prison, l’écrivain et romancier turc Ahmet Altan a été de nouveau arrêté hier, mardi 12 novembre, sur une décision de justice.

 

Déclaration de "Reporters sans frontières", le 12 novembre 2019 

Reporters sans frontières (RSF) dénonce la décision scandaleuse d’annuler la remise en liberté sous contrôle judiciaire du célèbre journaliste turc Ahmet Altan. La 27e chambre de la cour d’assises d’Istanbul a ordonné mardi 12 novembre qu’il soit de nouveau jeté en prison.

C’est un tragique coup de théâtre, révélateur de la parodie de justice actuellement à l’oeuvre en Turquie. Une semaine après sa libération, le journaliste Ahmet Altan va être renvoyé en prison. Le parquet d’Istanbul a gagné en appel l’annulation de la décision prise le 4 novembre de le remettre en liberté sous contrôle judiciaire.

“Cette nouvelle décision met en évidence un acharnement inouï contre l’un des plus brillants journalistes turcs, dénonce le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire. Ahmet Altan a déjà passé plus de trois ans en prison pour rien, sans aucune preuve des charges pesant contre lui.”

Condamné en deuxième instance à 10 ans et demi de prison pour “assistance à une organisation terroriste”, il avait pourtant été relâché en raison des plus de trois années déjà passées derrière les barreaux, avec interdiction de quitter le territoire. Mais le parquet a fait valoir, avec succès, le risque qu’il s'enfuit du pays.

La Turquie occupe la 157e place au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF

permanence parisienne de l’APA

 

Communiqué de l'APA (23/10/2019)

La prochaine permanence de l’APA se tiendra mardi 12 novembre 2019 de 17h à 19h à la Maison de la Vie Associative et Citoyenne (MVAC), bureau 1, 181 avenue Daumesnil, 75012 (métro Dugommier, ou Daumesnil).

Des bénévoles de l’association pourront répondre à toutes vos questions sur les activités et le fonctionnement de l’APA, les modalités pour déposer un texte ou pour consulter le fonds, etc...

En outre vous pourrez découvrir et vous procurer les derniers numéros de La Faute à Rousseau, du Garde-mémoire ainsi que les Cahiers de l’APA récemment parus.

Donnez à lire aux jeunes

 

Communiqué

Du 17 octobre au 20 novembre 2019, en librairies partout en France

Avec le Secours populaire français, offrons un livre à un enfant qui n’en a pas. Du 17 octobre au 20 novembre 2019, les Librairies Indépendantes, en partenariat avec le Secours populaire français, initient une opération solidaire qui vise à offrir des livres jeunesse aux enfants et adolescents qui n'en ont pas.

Nous entendons dire régulièrement que les jeunes ne lisent pas, ou plus. Mais avant de déplorer quoi que ce soit, ne serait-il pas plus juste de s’inquiéter du fait que trop d’enfants et d’adolescents aient un accès limité au livre et n’en possèdent pas eux-mêmes ?

La pratique de la lecture a cette vertu de renforcer la capacité à utiliser un vocabulaire riche et adapté, et nous savons que ne pas avoir les mots pour s’exprimer et décrypter la société est un facteur d’inégalité, voire de crispation sociale.

Dans nos librairies nous voyons des enfants lecteurs, nous savons que bien souvent pour que la rencontre ait lieu entre un enfant et un livre, il faut qu’il y ait une proposition. Car maintes enquêtes le montrent : les Français lecteurs ont eu un contexte familial favorable, c'est-à-dire des livres à la maison et une place naturelle accordée à la lecture.

Lire un album à voix haute à un enfant créé toujours un moment d’échange et de partage, l’occasion d’éprouver ce que le papier, les mots et l’image peuvent avoir de magique et de rassurant, car la phrase imprimée ne varie pas. Un livre ouvert est une promesse de libération de l’imagination et de compréhension du monde dont nous ne pouvons que souhaiter que chaque enfant puisse bénéficier.

Le principe de « Donnez à lire » est simple : choisissez un livre jeunesse dans la librairie,  ajoutez-le à vos achats, confiez-le à votre libraire.  Ce livre sera offert à un enfant accompagné par le Secours populaire

Maya Flandin, libraire et vice-présidente du SLF & Henriette Steinberg, secrétaire générale du Secours populaire français

Du matériau autobiographique au roman

 

COMMUNIQUE D'ALEPH-ECRITURE (16 octobre 2019)

Le samedi 26 octobre de 10h00 à 15h00, Masterclass avec Catherine Cusset - à la Maison de la Poésie -  Passage Molière 157, Rue Saint-Martin 75003 Paris

Entre 1990 et 2013, les "romans" de Catherine Cusset interrogent les frontières entre autobiographie et fiction : de l'autofiction au roman autobiographique, du thriller psychologique à la biographie romancée d'un peintre qui ressemble fort à certains de ces personnages... 

Vous êtes donc cordialement invité(e) à exprimer, sous la forme d’une liste de 750 signes maximum, les questions que vous vous posez sur la manière dont l'expérience vécue se transpose, se métamorphose en fiction et à nous les transmettre avant le 22 octobre. Une sélection de ces questions sera posée directement à Catherine Cusset. 

Masterclaas organisée par Aleph Ecriture

  • Inscription au bout de ce lien 

Pourquoi soutenir EAN (En attendant nadeau)

 

Communiqué

Dans un monde où tout s’accélère, il faut savoir prendre le temps de lire et de réfléchir. Fort de ce constat, le collectif d’En attendant Nadeau a souhaité créer un journal critique, indépendant et gratuit, afin que tous puissent bénéficier de la libre circulation des savoirs. 

Nos lecteurs sont les seuls garants de l’existence de notre journal. Par leurs dons, ils contribuent à préserver de toute influence commerciale le regard que nous portons sur les parutions littéraires et les débats intellectuels actuels. Rejoignez-les, rejoignez-nous !

Campagne de souscription à l’envers.... pour sauver «Filles de Mai» du pilon !

 

Grâce à la mobilisation, aucun des 525 livres du stock restant chez l’éditeur ne partira au pilon !

Filles de Mai,68 mon mai à moi. Mémoires de femmes, réédité en janvier 2018 aux Editions Le Bord de l’Eau, dans le cadre du cinquantenaire de Mai 68, est aujourd’hui un objet frappé d’obsolescence qui doit faire place aux jeunes, aux nouveaux livres de la rentrée 2019 sur les rayons des libraires et dans les réserves de notre éditeur qui a programmé la mise au pilon du stock de 600 exemplaires. Encombrantes, les Filles de Mai ? Ah, ça, mais ! Elles ne vont tout de même pas se laisser faire et accepter cette mort indigne !. Une issue nous est proposée par l’éditeur:le rachat du stock au prix de 4 E l’unité et une échéance:fin septembre 2019. Donc nous lançons une sorte de souscription à l’envers...pour sauver tout ou partie du stock. Nous lançons un appel à toutes et tous:sur la base du prix unitaire de 4E, vous pouvez acheter 5 ex (20E), 10ex(40E), 15ex(60E), 20 ex (80), 25, etc...Votre soutien peut correspondre à trois actions différentes ....

"Pas vu Maurice" : retard dans la parution du livre, mais...

 

COMMUNIQUE 

Bonjour à vous

Voilà l’été et avec lui un livre qui s’est mis au vert forêt, ou plutôt vert Forez ! Comme il y a un peu de retard à la fabrication, il faudra attendre mi-août pour trouver Pas vu Maurice, chroniques de l’infraordinaire   ailleurs que dans le Forez  - mais cela n’empêche pas de le commander dès maintenant ! En revanche le livre sera disponible à Noirétable le samedi 3 août prochain, avec une expo photos et une signature, au moment du marché, à la  Librairie Papeterie «Quoi d’autre». Le livre sera aussi disponible à la Maison de la Presse. Nous serons ensuite au festival des Arts et des Histoires de Cervières le 9 et 10 août et au festival des Insectes de Viscomtat le 23 août - avec lecture, photos, bonne humeur et tout ça. À la rentrée rendez-vous le 20 septembre à La Librairie 5 rue des Gras à Clermont, avec une expo des photos dès la semaine précédente, et le week-end du 20 octobre à la Fête du Livre de Saint Étienne. Pour Paris, nous confirmerons très vite les dates de signatures/expos en septembre,  avec une librairie rive droite et une autre rive gauche a priori.  D’autres dates et d’autres lieux sont en discussion, à suivre... On a hâte d’avoir le livre entre les mains, et on espère que vous aussi ! Merci pour votre soutien et votre intérêt, Amicalement, Laurence et Claude

Création du Prix Clarens du Journal Intime

 

Communiqué

Depuis 20 ans, la revue Les Moments littéraires s’est donné pour objectif de promouvoir l’écrit intime en publiant récits autobiographiques, journaux intimes et correspondances …

A ce jour, le journal est la seule composante de l’écrit intime à ne pas être célébrée par un prix. En effet, chaque année, Le Prix Saint-Simon couronne un livre de mémoires, le Prix Jean-Jacques Rousseau, des œuvres autobiographiques ou d’autofiction et le Prix Sévigné, un livre de correspondances. Pour remédier à cette lacune, Les Moments littéraires crée, en partenariat avec la Fondation Clarens, le Prix Clarens du journal intime. 

Décerné annuellement, ce prix d’une dotation de 3.000 € récompensera un journal intime paru en première édition durant l’année écoulée.

Le jury est composé de Daniel Arsand, Monique Borde, Michel Braud, Béatrice Commengé, Colette Fellous, Jocelyne François, Gilbert Moreau (président du jury) et Robert Thiery. 

Réuni le 14 juin, le jury a dévoilé la première sélection pour le prix 2019.

Le jury se réunira à nouveau le 10 octobre pour sélectionner les 4 livres finalistes.

Les  Vaisseaux du  Hasard…

 

On nous communique

Anita Conti,  La Dame de la Mer,  1899-­‐1997, écrivaine, océanographe, photographe, actrice unique dans le monde maritime à une époque où les  femmes en étaient exclues, est connue pour ses récits dont le célèbre Racleurs d’Océans, ou le Carnet Viking, publiés chez Payot.  Elle trace un sillage dont l’aventure est un véritable embarquement.  
Sa poésie est  méconnue. Au delà de l’évocation maritime, les Vaisseaux du Hasard entraînent un récit allégorique dont l’Odyssée perce le cercle de nos horizons par les interrogations qui ne cessaient d’animer la  Dame de la Mer. Ses visions croisent l’actualité de tous ceux qui, dans la dérive des évènements, viennent à s’échouer au hasard des destins.
L’exposition peut être installée pour une durée de 15 jours à deux mois. La lecture peut être représentée sans l’exposition.

"NOUS NE SOMMES PAS DUPES"

 

L’APPEL DES ARTISTES, CRÉATEURS ET CRÉATRICES (1 400 au 4 mai 2019)

Depuis plusieurs mois le mouvement des Gilets Jaunes, sans précédent dans l’histoire de la Vème République, bat le pavé de nos rues.

Un mouvement de citoyen.ne.s, né spontanément, qui ne se rattache à aucun parti politique.

Un mouvement qui mobilise des dizaines de milliers de français chaque samedi, depuis plus de 6 mois, et qui est soutenu par des millions d’autres.

Un mouvement qui réclame des choses essentielles : une démocratie plus directe, une plus grande justice sociale et fiscale, des mesures radicales face à l’état d’urgence écologique.

Ce qu’ils demandent, ils le demandent pour tou.te.s. Les Gilets Jaunes, c’est nous. Nous artistes, technicien.ne.s, auteur.rice.s, de tous ces métiers de la culture, précaires ou non, sommes absolument concerné.e.s par cette mobilisation historique.

Et nous le proclamons ici : nous ne sommes pas dupes. ...

Prix de l’Inventoire 2019

 

L’Inventoire et Aleph-Écriture sont heureux de vous annoncer l’ouverture de leur premier concours de nouvelles.

« Dans la ville » : du 15 avril au 15 juin 2019 !

« Écrire la ville, c’est écrire les lieux de passages, de transition. À l’image de cette photo, les couleurs, le bruit de la ville, serviront de décor aux destins que vous mettrez en scène dans une ville réelle ou imaginaire. Faites-nous ressentir l’atmosphère d’un de ces lieux dans lequel un instant de drame ou de comédie peut faire basculer un moment ou une vie. » 

Pour que la Grande Librairie invite aussi les auteurs des "petits éditeurs

 

Pétition auprès de François Busnel et France 5

Un relevé sommaire a permis au site « ActuaLitté » d’observer sur une période donnée que les groupes éditoriaux rassemblent 48 invités sur 56, soit 85 % des invités, contre 8 invités seulement dont les livres sont issus de 7 maisons d’édition indépendantes.
Si la programmation de la Grande Librairie donne un manque de diversité, cela correspond au fait que l’édition française est détenue par 4 groupes industriels et financiers avec une grande force de frappe, y compris dans les médias.

"Je suis un téléspectateur qui regarde depuis longtemps et très souvent l'émission La Grande Librairie qui passe le mercredi soir à 20h50 sur France 5 et je remarque qu'elle invite les auteurs des grands maisons d'édition et très rarement des moyennes et petites maisons d'édition. Est-ce que cela peut changer ?"

Aleph-écriture présent au salon "Livre Paris" 2019

 

Communiqué

Rencontrez Aleph-Écriture au salon Livre Paris 2019

Cette année, Aleph-Écriture sera ainsi présente à travers les écrivains et formateurs qui y animent régulièrement des stages d’écriture, sur le stand de l’éditeur Iggy Book pour des mini-conférences-débats (Stand L85).