Revues 2014

Le JE au travail

 

Cahier de l'APA (n° 65 – février 2014)

 

 Besogne, tâche, labeur, ou plus familièrement boulot, turbin, taf : les mots ne manquent pas pour dire le travail, cette activité qui, pour la plupart d’entre nous, occupe une si grande partie de notre temps et, bien souvent, de notre esprit. Travail choisi ou subi, supporté, cherché, perdu, objet de passion ou de détestation, matériau de lutte sociale ou moyen d’épanouissement individuel… On ne s’étonnera donc pas que le travail soit également très présent dans toutes les formes de l’expression autobiographique, qui vont se refléter dans ce dossier.
Ce thème a été celui du séminaire organisé en octobre dernier par l’équipe toulousaine de l’APA (lire page 10), associant des Tables rondes, des ateliers, une soirée cinéma, afin de proposer une série d’analyses des situations de travail et des représentations qui en sont données....

  1. La suite
  2. Un article de Michèle Cléach

 

N 47 Revue de poésie

"Amis lecteurs,

Bonjour,

L'apocope bien connue des linguistes…. et des chirurgiens, a fait son œuvre : N4728 Revue de poésie devient désormais : N47 Revue de poésie. De même, le titre de la première rubrique Mémoire vive change : Plein Format lui succède. Transformations mineures, certes, qui répondent à des demandes de simplification venues de vous, lecteurs. Sachez aussi qu'une nouvelle association N4728 Poésie, (sans coupure, cette fois !) centrée uniquement sur l'édition et la diffusion de la revue remplace la précédente, dissoute.

Vous trouverez dans Plein Format des poètes que nous avons eu le plaisir de rencontrer ces derniers mois en Pays-de-Loire. Venu de Belgique, Serge Nuñez Tolin, ainsi que Cécile. Guivarch, Marie. Huot et Thierry. Froger. Exceptionnellement, deux cahiers plastiques vous sont donnés à voir : l'un composé de photos de Michel Durigneux et de textes d'Amandine Marembert ; l'autre, d'une série de cartes de vœux poétiques – c'est de saison, de Philippe Longchamp revisitées par Nélida Medina, artiste d'origine argentine. Ces cahiers encadrent Plurielles dont vous aurez plaisir à découvrir la qualité et la variété des écritures..."

N47-25N47-25 [140 Kb]

L'invention de l'autobiographie, une histoire décentrée


Un article de Jean-François Dortier dans le numéro 256 - février 2014 de la revue SCIENCES HUMAINES


"Dans La Tentation autobiographique, Philippe Gasparini jette les bases d’une histoire de l’autobiographie qui casse le cadre évolutionniste et autocentré forgé autour du cas occidental.

« Je naquis en l’an 3 de l’ère Jianwu. Tout enfant déjà, dans mes jeux avec mes camarades, je gardais une certaine réserve. Je n’aimais pas comme les autres enfants attraper des oiseaux ou des sauterelles, m’amuser avec des pièces de monnaie ou grimper aux arbres, et cela intriguait beaucoup mon père. » 


Celui qui parle ainsi se nomme Wang Chong. Il a vécu en Chine au Ier siècle apr. J.‑C. (27-97). Ce penseur est connu pour être un esprit très indépendant, à l’écart de la tradition confucéenne qui ne plaisantait pas avec le respect des ancêtres. Wang Chong n’en a cure et n’hésite pas à s’en prendre à son père et son grand-père en les accusant d’excès de violence. Ses Discussions critiques prônent de bout en bout l’esprit d’indépendance…"


  1. Sommaire
  2. Pour commander

Diane de Margerie


Dans LES MOMENTS LITTERAIRES n°31 

 

Romancière, critique littéraire, nouvelliste, traductrice, biographe, son œuvre fait une large place à l’autobiographie. Prix Marcel Proust 1985 pour Le Ressouvenir, Prix Médicis Essai 2004 pour Aurore et George, elle a obtenu en 2001 le Prix Prince Pierre de Monaco pour l'ensemble de son œuvre. 

Fille de diplomate, Diane de Margerie passe son enfance à Berlin, puis à Londres où elle est pensionnaire chez les nonnes. Adolescente, elle vit à Shanghai puis à Pékin. Jeune mariée, elle part pour l’Italie.

Son séjour à Pékin lui fait prendre conscience que souffrance et beauté cohabitent sur terre ; ce choc culturel lui fait perdre ses repères et ses valeurs. Son séjour en Chine est le temps de la déconstruction puis de la reconstruction de la pensée. En Italie, c’est le temps de la reconstruction physique, charnelle.

De ses désirs d'explorer la vie des autres, de faire émerger leur part d'ombre, de débusquer les mobiles, les thèmes d’une œuvre sont nés les portraits de George Sand, de Marcel Proust, d'Edith Wharton.

  1. Site de la revue


Charles Juliet dans la clarté


Dossier du magazine Le Matricule des Anges n°149 _ janvier 2014

Écrivain et poète, l’auteur de Lambeaux poursuit une aventure littéraire et spirituelle qui ne s’est jamais détournée de sa direction intiale. Il fait paraître Apaisement, le septième volume de son Journal.

  1. Sommaire et commande

La faute à Rousseau


Dans le n° 74 de la revue MUZE (janvier-février-mars 2014)

un article d'Anne-Laure Bovéron sur Philippe Lejeune, spécialiste de l'autobiographie, cofondateur de l'APA (Association pour l'autobiographie et le pâtrimoine).

  1. Le blog de MUZE

Ecrire la guerre

Dans la collection Nouveaux Regards du Magazine Littéraire

Le XXè siècle a débuté avec la Grande Guerre, premier exemple d'un conflit total et quasi industriel, sollicitant à des fins meurtrières les toutes dernières technologies. Cent ans après que se sont ouvertes les tranchées, ce recueil évoque la manière dont les écrivains ont mis leur art et leur pensée à l'épreuve de cette expérience sidérante. Autour de ce gouffre fondateur seront abordés ici quelques autres corps à corps entre guerre et littérature, à travers l'histoire (de l'Antiquité grecque à la guerre froide, de Tolstoï à Faulkner ou à Guyotat).

Kafka, coupable d'écrire

 

Dossier sur Franz KAFKA dans LE MAGAZINE LITTERAIRE n°539 - janvier 2014

 

En 1914, Kafka entame la rédaction du Procès. L’occasion, cent ans après, de revenir sur l’œuvre du Pragois, qui demeure l’un des totems essentiels de la modernité littéraire, l’un des rares écrivains dont le nom fonde un adjectif courant, «kafkaïen». Kafkaïen, le XXe siècle le fut sans nul doute, et la première décennie du XXIe siècle n’en a pas fait un adjectif révolu, bien au contraire. C’est pourquoi ce dossier insiste notamment sur la manière dont l’auteur de La Métamorphose et du Château nous aide à penser le monde qui vient (sur des questions aussi diverses que celles du langage, du pouvoir, de la subjectivité, des stéréotypes…). On y mesure aussi combien son influence est protéiforme : chez de nombreux écrivains, mais également en philosophie, au cinéma, et même en musique…

 

 

Les archives des revues

Les autres années  

  1. 2013  

 

Retour à la page des Revues